Volvo XC90 (2002-2014)

 

Publié par Philippe Baron le 29 août 2014.

 

Volvo est, dès 1997, l’une des premières marques à croire au break de loisir 4x4 avec son V70 XC.  Le marché américain des SUV pousse ensuite la firme scandinave à enfoncer davantage le clou avec le XC90. Présenté au Salon de Detroit en février 2002,  l'imposant SUV suédois vient piétiner les plates-bandes des BMW X5 et Mercedes ML avec des prestations routières de premier ordre, grâce à une transmission intégrale gérée électroniquement et à divers systèmes de contrôle de stabilité.

 

 

Le Volvo XC 90 partage sa plate-forme avec le break V70. Pourtant, il demeure un véhicule entièrement nouveau, tant par son concept que par son style. S’il n’est pas un 4x4 pur et dur de franchissement, il possède de solides arguments. Disponible en 5 ou 7 places, grâce à deux strapontins invisibles, qui s’extraient facilement du plancher, le porte-drapeau de la marque avec la S 80 intègre le clan des SUV de luxe. Conçu en priorité pour le marché américain, le XV 90 doit sa naissance, grâce à l’insistance de Hans-Olov Olsson. Nommé responsable des ventes aux Etats-Unis à la fin des années 90, il réussit à convaincre Tuve Johannesson, Président Directeur Général de Volvo Cars, de l’intérêt à investir dans un SUV.  En mai 1999, l’année du rachat de Volvo par la groupe américain Ford, Hans Wikman, en charge du projet nommé alors P28, présenta aux dirigeants sénior, sur le circuit d’essai de Volvo Cars à Phoenix en Arizona, trois propositions de design extérieur, un élaboré en Suède à Göteborg et les deux autres en Californie. La proposition gagnante fut remportée par Doug Frasher du centre VMCC (Volvo Concept and Monitoring Center) en Californie. Il avait déjà conçu le design extérieur de la S80.

 

 

Produit en Suède, à Torslanda, le XC 90 bénéficie d’un habitacle qui regorge de luxe et d’équipements haut de gamme. Trois finitions sont proposées : Optimum, Summum et Xenium. La première offre en série huit airbags en version 5 places et dix en version 7 places, avec correcteur d’assiette pour ce dernier, la climatisation, le contrôle de stabilité au roulis. La Summum dispose, en série également, d’une sellerie cuir, et la Xenium, du téléphone GSM, du GPS et du toit ouvrant. En 2002, aux Etats-Unis, le XC90 est élu « SUV de l’année ». Volvo en profite pour lancer une nouvelle finition : l’Executive, qui se distingue notamment par son système DVD comprenant un lecteur, des casques et deux écrans LCD intégrés aux appuie-tête et douze haut-parleurs.

 

 

Le XC 90 dispose du système de Contrôle de Stabilité (RSC) qui utilise un capteur gyroscopique pour détecter et neutraliser les risques de retournements, et le Système de Protection en cas de Retournement (ROPS) qui assure la protection  des passagers au cas où, malgré tout, le véhicule se retournerait. Trois moteurs sont disponibles : le nouveau 5-cylindres 2.5 T de 210 ch, le six-cylindres 2.9 T6 de 272 ch et le D5 six-cylindres de 163 ch. Tous sont obligatoirement couplés à la transmission séquentielle robotisée Geartronic et montés transversalement, conformément à la tradition Volvo. En 2004, la gamme du XC 90, qui n’en finit pas de séduire,  est étendue avec un puissant moteur V8 de 4.4 l de 315 ch, tout aluminium, conçu en priorité pour le marché américain.

 

 

Au printemps 2006, le Volvo XC90 subit un léger restylage. Outre ses boucliers subtilement redessinés, il reçoit des rétroviseurs intégrant les répétiteurs de clignotants et offre de nouveaux équipements dès l’entrée de gamme comme les jantes alliage, le détecteur de pluie, le régulateur de vitesse, l’ordinateur de bord et la climatisation régulée. Il étrenne par la même occasion un nouveau six-cylindres essence de 238 ch, hérité de la berline S80.

 

 

Le 28 mars 2010, Volvo Cars quitte le giron de la Ford Motor Company pour être repris par Geely, un groupe chinois fabricant de réfrigérateurs, devenu  que constructeur automobile qu’en 1998 et maintenant acteur incontournable du marché asiatique. En 2009, Geely, qui livre la majorité de ses voitures dans ses frontières, a décidé de scinder sa gamme en trois marques : Gleagle (contraction de Global et Eagle), Emgrand (contraction d’Emperor is Grand) et Englon (pour les véhicules premium, contraction d’England London), qui mélangent berlines, SUV et coupés. Pour Volvo, Geely injecte beaucoup d’argent sans pour autant perturber l’indépendance de la marque. L’opération réussit à Volvo qui, en 2011, voit ses ventes progressées de 19.5 % par rapport à 2010. En France, la progression est encore plus affirmée avec 28.3 %. Il s’agit d’un record de ventes jamais atteint dans l’Hexagone par Volvo France depuis vingt-quatre ans.

 

 

Le XC 90 continuera sa carrière jusqu’en juillet 2014, certes à un âge canonique dans la production actuelle, mais grâce à des lignes qui ne se seront pas démodées. Les Etats-Unis auront été le plus grand marché pour le XC90, avec des chiffres record atteint en 2004 (38 000 voitures écoulées) et en 2005 (36 200).Après une production de 636 143 unités, dont 15 758 pour la France, le XC90 première génération quitte l’usine de Torslanda  pour laisser place à la nouvelle. Le dernier XC90 conçu à Göteborg sera directement conduit au Musée Volvo de la ville. Cependant, la production de l’actuel XC90 se poursuivra dans la nouvelle usine Volvo de Daqing, sous le nom de Volvo XC Classic, vendu uniquement en Chine. Le tout nouveau XC90, également conçu dans l’usine de Torslanda, est dévoilé le 27 août 2014 pour une production débutant fin janvier 2015. 

 

2015 Volvo CX 90