Volkswagen Golf VI (2008-2012)

 

Publié par Philippe Baron le 11 juin 2014.

 

En octobre 2008, Volkswagen renouvelle pour la sixième fois son best-seller : la Golf. Le constructeur allemand s’est encore efforcé à la rendre identifiable malgré les générations qui défilent, en l’améliorant par petites touches pour ne pas trop brusquer ses partisans et en séduire de nouveaux. Autrement dit, le client ne perd pas ses repères et ne peut constater que du « mieux » dans tous les domaines.

 

 

Placés sous la direction de Walter de Silva, les stylistes du groupe VW ont donc opéré le changement dans la continuité avec une Golf aux traits plus accentués et par des reliefs de carrosserie plus marqués que précédemment. Longue de 4,199 mètres, la Golf VI mesure 5 millimètres de moins que sa devancière mais elle est en revanche 2 cm plus large (1,779 m). Quant à sa hauteur elle reste fixée à 1,479 m. Du coup, l’habitabilité ne progresse pas. Même constat pour le compartiment à bagages dont la contenance ne change pas : 350 dm3 lorsque les cinq places sont occupées, 1.305 dm3 lorsque la banquette arrière est rabattue. Après les versions 3 et 5 portes, le Break SW apparaîtra en septembre 2009.

 

 

Quatre niveaux de finition sont proposés avec en entrée de la gamme la « Trendline » : ABS, ESP (sauf 1.4 l / 80 ch et 2.0 TDI / 110 ch), airbags frontaux, airbags latéraux AV, airbags rideaux AV et AR, airbag genoux conducteur, fixations Isofix aux deux sièges extérieurs AR, régulateur de vitesse, ordinateur de bord, climatisation semi-automatique, siège conducteur réglable en hauteur, volant réglable en hauteur et en profondeur, vitres AV électriques, rétroviseurs extérieurs électriques et dégivrants. A un niveau supérieur la « Confortline » qui propose en plus : accoudoir central avec rangement, aumônières au dos des sièges conducteur et passager avant, banquette AR rabattable 60/40 avec accoudoir central, climatisation automatique bi-zone, allumage automatique phares et essuie-glace, vitres AR électriques (5 portes), volant cuir multifonction, radio CD 4 X 20W avec fonction MP3…La finition « Carat » offre en plus : jantes alliage 16’’, radar de stationnement AV et AR, témoin d’alerte de pression des pneus, sièges AV Sport, antibrouillards, radio CD MP3 avec chargeur 6 CD, rétroviseurs extérieurs rabattables électriquement, sellerie Alcantara et tissu, tiroirs de rangement sous sièges AV…La Carat Edition (en plus et uniquement en 5 portes) : sellerie cuir, siège conducteur réglable électriquement.

 

 

De nombreux Packs s’ajoutent à l’offre avec de nombreuses options dont la régulation adaptative du châssis DCC : en mode « normal », le système DCC adapte (jusqu’à mille fois par seconde) chaque amortisseur à l’état de la chaussée. Le conducteur dispose aussi de deux autres modes : Sport (fermeté et dynamisme accrus) ou Confort (douceur accrue). La régulation adaptative de la distance ACC (disponible en 2009) : l’ACC permet de conserver automatiquement une distance de sécurité avec les véhicules qui précèdent lorsque le régulateur de vitesse est enclenché. Le Park Assist permet à la Golf VI de se garer toute seule, quant au Rear Assist, il propose une caméra de recul intégrée dans le logo VW du hayon.

 

 

La Golf « VI »  reprend  nombre  d‘éléments  de  la  Golf  V  dont sa plate-forme,  ses trains roulants,  sa  direction   à  assistance  électrique  ainsi  que l’essieu arrière multibras. La VI étrenne  une   nouvelle  palette  de  motorisations,  toutes  à  injection  directe  (en  essence comme en Diesel), et  répondant  à  la  norme  Euro-5. Cette génération est aussi marquée par la disparition du 6-cylindres dans la gamme.

 

 

En essence, la Golf VI propose trois moteurs TSI d’une grande sobriété. L’offre débute avec un 1.4 l TSI 16 soupapes de 80 ch (149 g/km de CO2) accouplé à une boîte manuelle à 5 rapports. Suit un 1.4 l de 122 ch turbocompressé qui rejette 144 g/km de CO2 lorsqu’il est accouplé à une boîte manuelle à 6 rapports et seulement 138 g/km de CO2 lorsqu’il bénéficie de la boîte DSG 7 rapports à double embrayage. Puis vient  le 1.4 l TSI de 160 ch (compresseur + turbo) qui la propulse à plus de 220 km/h en ne consommant en moyenne normalisée que 6,3 l/100 km avec la boîte manuelle 6 rapports et 6,0 l/100 km (139 g/km de CO2) avec la DSG 7 rapports. Arrive en scène, la nouvelle Golf GTI en juin 2009.

 

 

Elaborée sur la base de la Golf VI, la nouvelle GTI bénéficie d’un châssis sport, abaissé de 22 mm à l’avant et de 15 mm à l’arrière tandis que ressorts et amortisseurs bénéficient de réglages spécifiques. En option, la Golf GTI peut recevoir un contrôle dynamique du châssis DCC qui modifie en permanence les caractéristiques de suspension en fonction de la chaussée et des situations de conduite et qui est également programmable sur trois positions, « Confort », « Normal » et « Sport ». Le moteur, un quatre cylindres 2.0 l TSI (turbo + injection directe d’essence) de 210 ch affiche exactement la même cylindrée (1.984 cm3) que celui qui animait la Golf GTI V, mais il est nouveau et délivre son couple maxi de 280 Nm de 1.700 à 5.200 tr/min. Le 0 à 100 km/h est atteint en 6,9 secondes et la vitesse de pointe est de 240 km/h avec la boîte manuelle et de 238 km/h avec la boîte DSG à double embrayage, facturée 1.700 €, palettes au volant comprises.

 

 

La Golf R opte logiquement pour la voie du downsizing, avec une version du 2.0 TSI gonflée à 270 ch. Malgré la perte de deux cylindres, la Golf R progresse ainsi sur tous les plans : le couple avec 350 Nm (contre 320 Nm précédemment) diffusés sur une période plus large entre 2.500 et 5.000 tr/min, le 0 à 100 km/h est avalé en 5.5 s contre 6.5 s auparavant et la vitesse maximale est bridée électroniquement à 250 km/h. La consommation et les émissions de CO2, sont respectivement 8,5 l/100 km (- 21 %) et 195 g/km (contre 255 g).

 

VW Golf VI R - Photos : Julien Huet

 

Les moteurs Diesel abandonnent les injecteurs-pompes au profit d’une alimentation Common-Rail de troisième génération. Le 2.0 TDI 140 ch est accouplé à une boîte manuelle à 6 rapports. Une boîte DSG à 6 rapports est proposée en option. Le 1.6 TDI est décliné en 90 ou 105 ch, et la 2.0 GTD avec 170 ch. En 2010, pas moins de trois variantes de la Golf bénéficient du logo BlueMotion. Ils sont basés sur le 1.6 TDI 105 : 99 g, 107 g et 2.0 de 140 ch.

 

VW Golf GTI Edition 35 - Photos : Stefan Gruber

 

En 2011, la Golf GTI fête ses 35 ans et pour l’occasion une série spéciale baptisée  GTI Edition 35 est lancée avec des jantes spécifiques de 18 pouces et son 2.0 TSI boosté de 25 ch, passant ainsi à 235 ch. En 2011, la Golf Cabriolet, oublié depuis la Golf IV, fait son retour toujours avec une capote en toile, électrique dès la version de base, mais, cette fois-ci, sans le disgracieux arceau, remplacé par deux arceaux actifs qui se déploient derrière les sièges arrière en cas d’accident. Les choix de motorisation sont nombreux : TSI 1.2 105 ch, TSI 1.4 122 ch et 160 ch, TDI 1.6 105 ch et le 2.0 140 ch BlueMotion Technology.

 

 

En septembre 2012, est présentée la Golf 7 dont le design ne bouleverse en rien les habitudes de la marque. Tous les modèles de cette nouvelle génération reçoivent désormais le label BlueMotion Technology, indiquant qu’ils sont équipés du « start&stop » et de la récupération d’énergie au freinage. La sixième génération aura été produite à 2 850 000 exemplaires.

 

VW Golf 7