Vauxhall Victor, VX 4/90, Ventora (1957-1978)

 

Publié par Philippe Baron le 25 avril 2015.

 

Dès la fin des années 1950, Vauxhall, filiale britannique de General Motors, se bat pour conserver ses spécificités, engagée dans un combat fratricide avec Opel, le puissant Germanique lui aussi sous la tutelle du même géant américain. Parmi ses modèles les plus emblématiques, figurent la Victor et ses dérivés qui vont, dès 1957, occuper une place de choix pas moins de 21 ans au catalogue.

 

 

A la fin des années 50, de plus en plus les grands groupes de constructeurs américains attachent de l’importance aux productions de leurs filiales européennes. En février 1957, Vauxhall, fondée en 1903 et affiliée à la General Motors depuis 1925, présente une nouvelle 1500 cm3, la Victor. Cette voiture, dessinée par les stylistes de la GM à Detroit et produite dans l’usine de Luton en Angleterre, n’apporte rien de révolutionnaire, mais la puissance des moyens mis en œuvre pour sa fabrication a permis d’en faire le « cheval de bataille » de la GM sur les grands marchés.

 

1959 Vauxhall Victor - Photos : New Old Cars Uk

 

La Vauxhall Victor, présentée officiellement le 7 février 1957 à Londres, au Gaumont State Theatre de Kilburn, concrétise bien les normes techniques de la construction internationale de la fin des années 1950, sans apporter quoi que ce soit de nouveau au point de vue mécanique. Le moteur, celui de l’ancien modèle Wyvern 1956, un 1 507 cm3, 4-cylindres, a été poussé à 56 ch. Il est alimenté par un carburateur Zenith inversé. La Victor à caisse autoporteuse dispose d’une boîte à trois rapports, entièrement synchronisée et commandée par un levier sous le volant. La suspension avant fait appel à des trapèzes transversaux ainsi qu’à des ressorts hélicoïdaux, et à l’arrière, à un essieu rigide et des lames de ressorts semi-elliptiques. La vitesse maximale se situe entre 125 et 129 km/h. 

 

1958 Vauxhall Victor F Type Estate - Photos : New Old Cars Uk

 

A l’occasion du Salon de Genève de mars 1958, la berline Victor est rejointe par la version break. Très populaire au Royaume-Uni, la Victor est aussi en 1958 la voiture anglaise la plus exportée. Sur le marché américain, la carrière de la Victor sera de courte durée car dès l’automne 1962, les Vauxhall ne seront plus importées pour éviter de concurrencer les nouvelles compactes produites par GM aux Etats-Unis. En 1959, la finition De Luxe vient se positionner au-dessus des Standard et Super. Cette première génération F, produite jusqu’à l’automne 1961, s’est écoulée à 390 745 unités et laisse place à la Victor FB, présentée à la presse britannique au mois d’août.

 

 

La Victor FB abandonne le pare-brise panoramique et présente des lignes plus sobres, plus harmonieuses et plus modernes. Sa carrosserie, un peu plus légère, est plus rigide, notamment grâce à l’intégration de la traverse avant, qui supporte à la fois le groupe motopropulseur et les organes de suspension. La puissance du moteur passe à 57 ch et la suspension bénéficie d’améliorations. La gamme Victor est constituée des berlines Standard, Super et De Luxe, et du break. Le 18 octobre 1961, à l’occasion du Salon de Londres, est présentée la version VX 4/90 (Four Ninety), plus luxueuse et surtout plus sportive, grâce à ses deux carburateurs et sa puissance de 82 ch qui lui permettent d’atteindre 144 km/h contre 121 km/h pour la Victor Super.

 

1961 Vauxhall Victor De Luxe Estate (FB)

 

En 1964, le moteur de la Victor FB voit sa cylindrée portée à 1 594 cm3. De ce fait, la puissance progresse jusqu’à 70 ch pour la Victor et 87 ch pour la VX 4/90. La vitesse maximale passe maintenant à 130 km/h pour la Victor parée d’une nouvelle calandre en aluminium anodisé et 150 km/h pour la VX 4/90 qui conserve sa grille de calandre spécifique. La Victor type FB est remplacé par le type FC à l’automne 1964 après une production de 328 642 unités.

 

 

Présentée le 21 octobre 1964, au Salon de Londres, les nouvelles Victor du type FC affichent des carrosseries dont des lignes plus douces et les galbes sont revendiqués par Vauxhall du style « Space Curve Look », qui profite également à l’espace intérieur. La gamme se décline toujours avec les berlines Standard, Super, De Luxe, la plus sportive VX 4/90 ainsi que les breaks Super et De Luxe. Les modèles de cette série 101 conservent leur motorisation spécifique. Les Standard et Super sont équipées d’une boîte à trois rapports avec commande au volant, tandis que la Victor De Luxe et la VX 4/90 sont dotées d’une boîte à quatre rapports et commande au plancher. Lors du restylage du millésime 1967, la puissance des Victor passe à 76 ch. La production du type FC s’achève en septembre 1967 après la diffusion de 219 814 Victor et de 13 449 VX 4/90.

 

1966 Vauxhall Victor FC

 

A la mi-octobre 1967, Vauxhall profite du Salon de Londres pour fêter son jubilée de diamant (60 ans) et présenter le type FD composé uniquement de berlines. Les nouvelles Victor se rapprochent des standards de la catégorie supérieure comme une certaine Opel Rekord. Côté motorisation, Vauxhall présente deux nouveaux 4-cylindres super-carrés à cinq paliers, arbre à cames en tête et chambres de combustion hémisphériques, alimentés par un carburateur inversé à simple corps: un 1600 de 84 ch et 2 litres de 105 ch. Les suspensions sont aussi remaniées, la direction à recirculation de billes est remplacée par un système à crémaillère et la version 2000 reçoit des disques à l’avant. L’aspect sécuritaire n’a pas été oublié avec une colonne de direction rétractable en cas d’accident, des parties avant et arrière déformables en cas de choc, le réservoir essence placé sous le coffre et un tableau de bord rembourré et étudié pour répartir les forces consécutives à un choc.

 

Vauxhall Victor FD

 

En mars 1968, est lancée pour la première fois la luxueuse Ventora lors du Salon de Genève. Dans le même esprit que la Commodore d’Opel, la Ventora associe la carrosserie de la Victor à un 6-cylindres, en l’occurrence le 3 294 cm3 monté sur la Vauxhall Cresta. Développant 142 ch, le moteur est associé à une boîte à quatre rapports ou, en option, à la transmission automatique Powerglide. Extérieurement, la Ventora se reconnaît immédiatement grâce à son toit en vinyle et à sa calandre spécifique type « harmonica ». Au mois de mai, la gamme est complétée par le Break et une Victor 3300, destinée aux marchés extérieurs et dotée de la mécanique de la Ventora.

 

Vauxhall Ventora

 

Commercialisée en février 1970, la VX 4/90 se distingue extérieurement par sa calandre à fond noir mat traversée par une baguette unique à motif central et ses jantes spéciales Rostyle. Son moteur est le 2 litres dont la puissance a été portée à 114 ch, grâce au montage de deux carburateurs, d’un filtre à air spécifique et d’un double collecteur d’échappement. En 1969, la gamme est légèrement restructurée, la Victor 1600 devient Super, la Victor 2000, 2000 SL et la Ventora devient la Ventora II. La production de la Série FD se termine fin 1971. 198 085 Victor et Ventora et 14 277 VX 4/90 sont à cette date sorties d’usine.

 

 

La nouvelle génération de Victor, portant le type FE, est présentée à la presse au Portugal, à Estoril, en février 1972. Commercialisées dès le mois de mars, les nouvelles Victor partagent la plate-forme des récentes Opel Rekord II. La gamme FE, qui ne sera jamais officiellement importée sur le marché français, se compose à nouveau des berlines quatre portes Victor, VX 4/90 et Ventora, et des breaks cinq portes. Pour se distinguer, la Victor présente une grille de calandre à fines baguettes horizontales et séparation centrale encadrée par des phares rectangulaires combinés aux clignotants. Les Vx 4/90 et les Ventora au toit vinyle noir possèdent une calandre type « coupe-frites » avec un motif en forme d’avion stylisé sur la première et l’écusson de la marque sur la deuxième, encadrée par quatre phares carrées et l’ensemble clignotant/feux de position migré sous le pare-chocs.

 

1972 Vauxhall Victor Sedan (FE)
1972 Vauxhall Ventora (FE)
1974 Vauxhall Victor FE 1800 - Photo : Shagracer

 

Deux nouvelles motorisations quatre-cylindres, dérivées des anciens moteurs, sont proposées sur la Victor : 1 759 cm3 91 ch et 2 294 cm 3 114 ch. La VX 4/90 reprend le moteur 2300 mais avec deux carburateurs et 122 ch. Quant à la Ventora, elle conserve son moteur 6-cylindres de 3.3 l et 142 ch. Sa version break arrive en octobre 1973 et remplace le break Victor 3300 SL. L’ultime évolution de la gamme Victor intervient en janvier 1976. Après 7 291 unités produites la Ventora quitte la scène comme la VX 4/90 avec ses 18 042 unités et les Victor avec 44 771 unités. Les Victor berlines et breaks sont maintenant des VX 1800, VX 2300 et VX 2300 GLS, tandis que la VX 4/90 (900 exemplaires produits) fait un bref retour en mars 1977, la fin de production des modèles type FE se terminant définitivement à l’automne 1978 après 25 815 VX 1800/2300 fabriquées. Dès lors, les futures Vauxhall ne seront plus que des Opel plus ou moins maquillées.

 

1976 Vauxhall VX 2300 GLS - Scans : Al Walter
Catalogue 1978 - Scans : AL Walter
1978 Vauxhall VX 490
1978 Vauxhall VX 2300 GLS
1978 Vauxhall VX 2300
1978 Vauxhall VX 2300 GLS