Smart Roadster (2003-2005)

Photo : Robert Saabrobz

 

Publié par Philippe Baron le 12 mai 2014.

 

Fondée en 1994, la petite marque allemande Smart a créé un nouveau marché, celui des microcitadines. Toujours fidèle à sa philosophie du « reduce to the max » (réduire au maximum), Smart, qui a réussi son pari en faisant accepter ses City comme des automobiles à part entière, commence à voir plus grand en 2003 en lançant le Smart Roadster et le Roadster Coupé avec hayon en verre, ses deux premiers modèles de plus de 3 m de long.


 

À la fin des années 80, Nicolas G. Hayek, inventeur de la montre Swatch, a l’idée d’appliquer à l’automobile les mêmes recettes que celles qui ont fait le succès de ses montres. Son idée, tout d’abord appelée Swatch-mobile est de créer une mini voiture qui soit pratique, fonctionnelle et parfaitement adaptée à la circulation en ville. Après avoir approché plusieurs constructeurs automobiles, Renault, PSA, GM et Volkswagen, Hayek signe en 1994 un partenariat industriel avec Mercedes-Benz et le projet prend forme sous le nom de smart (Swatch Mercedes Art car), écrit en minuscules dans les documents du groupe. En raison du gabarit de la voiture un site de production totalement neuf a été décidé. Après de nombreuses recherches et en pleine période de construction européenne, c’est le site d’Hambach en Moselle qui sera choisi. L’usine a été inaugurée le 27 octobre 1997 par Jacques Chirac et Helmut Kohl.


 

Peu après le lancement de la smart city-coupé (ensuite renommée Smart Fortwo) en 1998, les ingénieurs de Smart ont commencé le projet de création d'une petite voiture de sport reprenant le train arrière et l'ensemble moteur-boîte de vitesses du city-coupé et utilisant une plate-forme de city-coupé allongée à 3 427mm. Avec un poids de seulement 790 à 820 kg, il permet les sensations de conduite d'une voiture de sport, grâce à son châssis rigide, son centre de gravité très bas, sa direction précise, son train arrière bien collé à la route, avec un moteur à la sonorité sympathique de puissance limitée, une consommation et des émissions polluantes réduites. 


 

Commercialisés au printemps 2003, le Roadster et le Roadster Coupé adoptent une calandre similaire. Le Roadster possède une capote en toile électrique et le Roadster Coupé un toit en verre amovible avec hayon. Les deux véhicules possèdent un équipement de sécurité très complet avec l’ABS, l’ESP et double airbag, vitres électriques, fermeture centralisée avec télécommande, une instrumentation qui rappelle l’univers de la moto, des sièges sport et des jantes alliage. Le Roadster coupé profite de la climatisation. Les nombreuses options sont regroupées en packs appelés Cuir, Confort,  Sécurité Plus, Lumière et Sport.


Photo : Shay Garvey

 

Le Smart Roadster reprend l’architecture du modèle City Coupé (Fortwo) : cellule de sécurité tridion apparente, panneaux de carrosserie en matière plastique interchangeables et ensemble moteur-boîte à l'arrière. Le roadster est motorisé par le Suprex 3-cylindres en ligne de 698 cm³ turbocompressé, disponible en 45 kW (61 ch) ou 60 kW (82 ch). Le roadster coupé est seulement disponible avec la version la plus puissante de 60 kW. Le changement de vitesse est assuré par une boîte automatique robotisée à 3 vitesses associée à un double rapport de pont, donnant au total 6 vitesses. Le changement de vitesse se fait soit par un levier au plancher soit en option sur certaines versions par des palettes au volant.


Photo : Jonathan Clark

 

Le roadster et roadster coupé sont disponibles en version Brabus, incluant une augmentation de la puissance à 74 kW (101 ch), un double échappement central, suspension abaissée, embrayage renforcé et changements de vitesses plus rapide, jantes aluminium monobloc 17 pouces. La version Brabus Xclusive ajoute l'habillage intérieur en cuir, le levier de frein à main en aluminium et divers habillages intérieurs en aluminium. En 2003, Brabus a créé un prototype utilisant deux moteurs 3 cylindres adossés pour former un V6 bi-turbo de 160 kW (215 ch) pour un poids de seulement 840 kg. Smart annonçait une accélération de 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes. L'espace occupé par le moteur V6 a forcé l'utilisation d'un réservoir de carburant souple de type Formule 1, installé dans le coffre à bagages avant, soit dans la zone déformable prévue pour absorber les chocs en cas d'accident. En conséquence le Smart roadster V6 n'a pas été homologué sur route, seuls 10 exemplaires ont été produits.


 

Réussites techniques et succès auprès de la critique, les Roadster et Roadster Coupé n'ont pas atteint leurs objectifs commerciaux : outre les limites de la voiture (stricte 2 places, faible charge utile, insonorisation...), le prix très élevé au regard de la concurrence (de 15 000 à 27 000 euros hors options, et non négociables) a limité la diffusion. La production s'est arrêtée en novembre 2005. 43 091 Roadsters furent construits au total. Reste que ces modèles sont devenus des « collector ».