Simca 1300/1500 (1963-1975)

1965 Simca 1300 GL - Photos : Laurent de Six-Fours-les-Plages (83)

 

Publié par Philippe Baron le 29 décembre 2014.

 

Le 14 mars 1963, Simca choisit le Salon de Genève comme terrain de lancement pour ses nouveautés 1300 et 1500. Ces nouveaux modèles affichent ainsi leur ambition de faire largement carrière sur les marchés extérieurs. Il convient d’ajouter que la Suisse, carrefour des courants internationaux et siège de nombreuses institutions internationales, accueille également celui de Chrysler International, actionnaire à 63 % de la marque française Simca depuis décembre 1962.

 

 

Pour la première fois, un constructeur français choisit le Salon de Genève pour y présenter un nouveau modèle. Simca souligne ainsi la vocation internationale de ses deux nouveautés qui viennent remplacer l’Aronde, son best-seller des années 50. Les deux voitures ont des carrosseries identiques, d’une longueur de 4.24 m, à la ligne élégante ni carrée ni arrondie. Seule leur calandre spécifique permet de les identifier. Elles sont toutes les deux confortables et la visibilité est excellente à toutes les places. La Simca 1300 est la première à être commercialisée en mai 1963, tandis que la Simca 1500 attendra l’automne et le Salon de Paris.

 

 

Pour la 1300, le moteur 4-cylindres de 1 300 cm 3 à cinq paliers est une évolution du moteur Rush qui a fait ses preuves sur l’Aronde. La puissance est de 62 ch à 5 200 tr/mn et la vitesse maximale est annoncée à 130 km/h. Le moteur est équipé d’un filtre centrifuge. La commande de l’embrayage, monodisque à sec, est hydraulique. La boîte est à quatre rapports tous synchronisés et il a été fait appel à des synchros Porsche dont les qualités sont indiscutables. La boîte, dont la partie postérieure repose sur un ressort transversal à lame, est reliée au pont arrière par un arbre de transmission en deux parties, ce qui a permis de réduire la saillie du tunnel de transmission dans l’habitacle.

 

Simca 1500 - Photo : BigBlockAgency
Photo : BigBlockAgency

 

Les freins sont à tambours. Des fentes aménagées dans les flasques des roues garantissent le refroidissement. La suspension avant comprend un trapèze avec levier supérieur triangulé et inférieur simple. L’articulation à rotule supérieure du trapèze prend appui sur le ressort hélicoïdal dans l’axe duquel est logé l’amortisseur hydraulique télescopique. C’est une nouveauté au sein de la construction européenne du fait de l’emplacement des ressorts hélicoïdaux. La voiture est, réellement, suspendue entre des ressorts. Entièrement montée sur silent-bloc, cette suspension ne nécessite aucun entretien.

 

 

A l’arrière, l’essieu rigide est guidé par deux jambes horizontales superposées (courte en haut et plus longue en bas) ainsi que par un stabilisateur transversal à barre de torsion. La suspension proprement dite est assuré par des ressorts hélicoïdaux avec amortisseurs hydrauliques télescopiques coaxiaux. 

 

Photo : Padicha

 

La Simca 1500 est équipée quant à elle d’un moteur entièrement nouveau, tant par sa construction que par ses cotes. Ce moteur de 1 482 cm3, alimenté par un carburateur double corps inversé, développe 81 ch. Autre différence notable, la 1500 reçoit à l’avant des freins à disque de type Bendix-Lockheed. La finition est aussi plus luxueuse que celle de la 1300.

 

 

En 1964, au Salon de Paris, suivent les breaks à moteur 1500 proposés en trois degrés de finition et une berline 1500 GL. D’un design agréable, ces Simca grand volume ont opté pour une vitre de hayon de coffre arrière descendante et un hayon bas qui peut faire office de table de pique-nique.

 

Scan : Michiel V

 

Fin 1965, Simca change un peu les calandres et en profite pour modifier les appellations. Les deux modèles sont vendus chacun en quatre versions : luxe, super luxe, grand luxe et grand luxe super. Plus importante, est l’adoption des disques avant sur la 1300 tandis que la gamme 1500 qui peut recevoir en option un levier de vitesses au plancher est désormais disponible en version automatique. Pour la circonstance, le moteur est un peu gonflé pour développer 72 ch. Il est équipé d’une transmission Borg-Warner. La 1500 automatique est appelée GLA.

 

Photos : SuperCarFreak

 

Au Salon de Paris 1966, les 1300/1500 deviennent 1301/1501. La carrosserie est fortement retouchée : 20 cm de plus en longueur dont 14 cm sur l’arrière. Cela permet aux voitures de mieux lutter contre la Peugeot 404 et ses 4.42 m. A cette occasion, Simca offre une garantie de 2 ans ou 60 000 km à ses clients. Hélas, cette mesure ne sera qu’éphémère. En 1968, les modèles ont la possibilité de recevoir un servofrein en option tandis qu’un break Spécial développant 81 ch et atteignant 160 km/h fait son apparition. Pour ce faire, les chambres de combustion ont été redessinées, l’échappement modifié, et un nouvel arbre à cames monté. La 1501 Spécial est équipée de pneus radiaux, de projecteurs à iode, d’un avertisseur à compresseur, d’un pare-brise feuilleté. Le levier de vitesses est au plancher mais la Spécial en version automatique est également disponible. A côté de la berline, apparait un break Special à mécanique identique. En 1967, les phares longue portée rectangulaires sont incorporés dans la calandre de la 1501 S. Fin 1969, la 1301 échange son moteur type « Rush » pour un moteur dérivé de celui de 1501.

 

Simca 1301 Special - Photos : Maurizio Boi

 

En 1970, apparait la 1301 Spécial, mais la 1501 Spécial disparaît du catalogue. Un an plus tard, la 1301 S adopte la calandre de la 1501 S, puis en 1972, la commande de vitesses au plancher est montée en série sur la 1301 S. Au salon 1973, la 1501 reçoit un alternateur, son taux de compression se voit ramené de 9.1 : 1 à 8.8 : 1 par souci de dépollution, mais son couple moteur augmente légèrement. Au Salon de Paris 1975, qui sera aussi le dernier, les 1301 reçoivent en série un toit en vinyle, très tendance, une lunette arrière chauffante et des feux de recul. En 1976, la carrière à succès des Simca 1301/1501 prend fin avec toutes versions confondues 1 372 989 exemplaires vendus.

 

Simca 1301 - Photo : Marvin 345
1974 Simca 1301 Special - Scan : Christophe Ramonet
1975 Simca 1301 S - Scan : Человек!

 

Dans le film Playtime de Jacques Tati, les Simca 1300/1500 sont les principales voitures circulant dans Paris et participent en quelque sorte à l'esthétique de ce film délibérément futuriste. Cependant, à la sortie du film en 1967, les modèles Simca 1300/1500 avaient déjà évolué en 1301/1501.