Saab 99 (1968-1984)

1968 Saab 99

 

Publié par Philippe Baron le 22 octobre 2013.

 

La Saab 99 n’est pas la première berline à turbocompresseur (cet honneur revient à l’Oldsmobile Turbo Fire en 1963) mais elle a redéfini le concept avec excellence lorsqu’elle est apparue en 1976. Saab pour la première fois offrait un moteur turbo réglé pour fournir un couple important à bas régime, ce qui en faisait une voiture idéale pour une utilisation quotidienne.

 


 

Désireuse d'investir le marché de voitures plus grandes, Saab démarre un 2 avril le programme Gudmund, nom suédois du même jour, en 1965. Le prototype utilise une Saab 96 élargie de 20 cm, connue sous le nom Paddan (crapeau), dont il existera quatre modèles expérimentaux. Elle abordera pour plus de discrétion un logo Daihatsu. La ligne du véhicule représente une rupture ; Sixten Sason dessine un capot « coquillage » qui enveloppe toute la surface avant, et l'arrière trace ce qui deviendra le traditionnel pilier C en forme de crosse de hockey. Le pare-brise se bombe, pour offrir un champ de vision plus grand et optimiser l'écoulement de l'air. Au fil des années, elle subira quelques retouches, l'adaptation de doubles phares ronds pour le marché américain, une modification de la calandre et la migration des clignotants avant du pare-chocs vers les ailes. 

 


Catalogue 1975

 

Dans le domaine de la sécurité, la Saab 99 intégrera des lave/essuie-phares de série dès 1970, les pare-chocs à absorption d'énergie en 1971 ainsi que les toutes premières barres de protection latérales dans les portières en 1972. De plus, le frein à main agit sur les roues avant. La Saab 99 affiche un Cx de 0,37. Présentée à la presse le 22 novembre 1967, elle entra en production à l’automne 1968. Proposée en 2 portes, la 99 est aussi lancée en 4 portes, ce qui fait d'elle, le premier modèle de la marque à quatre portes.

 


 

La 99 est la première Saab à inaugurer le classique moteur « Saab H » de 2 litres, dont plusieurs évolutions seront encore utilisées sur les Saab 9-3 de première génération. Il s'agissait à l'origine d'une adaptation du moteur Triumph Slant-4, celui qui animait la Dolomite, pourvu d'un carburateur Zenith-Stromberg CD développé pour l'occasion. Triumph ne cessera d'en augmenter la cylindrée, passant de l'originel 1.5 litre au 1.7 litre disponible en version injection électronique dès 1970, jusqu'à 1.85 litre à carburateur ou injection à partir de 1971. Saab, qui se chargera ensuite personnellement du développement du moteur, le portera définitivement à 2,0 litres en 1972 avec le début des moteurs B. 

 


 

Sorti en 1972, l'EMS (Electronic Manual Special) est le modèle sportif de la gamme disponible uniquement en version 2 portes, qui bénéfice d'une suspension renforcée et d'une peinture métallisée argent. Le moteur de 1 985 cm3 délivre 108 ch et permet une vitesse maximale de 170 km/h. C’est sur ce moteur que l’ingénieur motoriste Per Gillbrandy adapta le premier turbo pour voiture de série, à partir de 1976. 

 


1976 Saab 99 Turbo

 

Reprenant la ligne originale de la 99, la Turbo se pare d'un spoiler avant, un becquet arrière, et des jantes en aluminium 15 pouces. Basé sur le moteur 1.7 litre, le 4-cylindres de la Saab 99 Turbo placé en position longitudinal avant de 1985 cm3 à l'origine atmosphérique est équipé, comme son nom l'indique, d'un Turbo. Incliné à 45 degrés, ce moteur repose sur un bloc en fonte et une culasse en alliage léger. Côté alimentation en air/essence, c'est une injection mécanique Bosch, un arbre à came en tête 8 soupapes et un Turbo Garet soufflant à 0.70 bar. Développant en atmosphérique 110 ch, le 2.0 litre voit ses performances améliorées. 

 


 

Avec une puissance de 145 ch à 5500 tr/min et 24 mkg de couple à 3000 tr/min, la 99 Turbo offre une vitesse de pointe de 195 km/h et un 0 à 100 abattu en 8,5 secondes. L'embrayage de la 99 Turbo est fixé sur le volant moteur et donne le mouvement de rotation à l'étage au-dessous, grâce à un réducteur entrainé par chaîne. Dans cette configuration, le moteur se retrouve en léger porte-à-faux avant pour que les arbres de transmission puissent entraîner les roues avant. 

 


 

Côté châssis, la 99 repose sur une caisse autoportante en acier. Le train avant est à roue indépendante par triangle superposé, le tout équipé d'amortisseur à gaz double effet. Le train arrière est un essieu rigide maintenu par quatre bras. Avec ses 4,50 mètres de long et ses 1 210 kilos sur la balance, la 99 Turbo est freinée par quatre disques avec un circuit en diagonale. 

 


1985 Saab 90

 

La Saab 99 a marqué l'histoire du rallye, puisque Stig Blomqvist signera en 1979 sur le rallye de Suède, la première victoire d'une voiture équipée d'un turbo en championnat du monde des rallyes. La 99, produite à 614 021 exemplaires, sera proposée au catalogue jusqu'en 1987 sous le nom de Saab 90, au côté de sa remplaçante, la 900, sortie en 1984.