Saab 900 (1978-1993)

Photos : Robert Saabrobz

 

Publié par Philippe Baron le 27 juillet 2014.

 

En mai 1978, Saab présente la 900, un modèle original, d’une forte personnalité et à fort potentiel. Caractérisée par un style singulier, la ‘900’ se démarque des autres automobiles de son époque. Ses lignes intemporelles séduisent immédiatement une clientèle chic, branchée et avide de différence. Pour parler d’elle, les amateurs de la ‘900’ première génération ont par la suite adopté la désignation ‘900 Classic’.

 

 

Sous la direction du designer Björn Envall, la Saab 900 fut dessinée dans une perspective principalement ergonomique et fonctionnelle pour les habitants de régions fortement enneigées. Surfaces de carrosserie facilitant le dégagement de la neige, boutons de commande accessibles aux mains gantées de moufles, champ visuel élargi, soute adaptée aux équipements volumineux.  L’absence de seuil au pied des portes évite de se salir le pantalon.  Les portières qui viennent s’emboiter sous le bas de caisse sont profilées pour évacuer de la neige lorsqu’on les ouvre. La Saab 900 est évidemment équipée de pare-chocs à absorption d’énergie, des essuie-phares, de sièges chauffants, ainsi qu’un filtre à pollen, une première mondiale. Pour la sécurité, la colonne de direction télescopique est pourvue d'un soufflet en acier déformable. En cas d'une collision frontale, l'axe de direction, placé loin du conducteur, permet de réduire au minimum le risque de dommages corporels.

 

 

Véritable signature du constructeur instaurée sur la Saab 99 en 1968, la clé de contact se trouve entre les sièges, à côté du frein à main. Pour pouvoir la retirer, il faut enclencher obligatoirement la marche arrière. Ce système a été élaboré pour éviter d’utiliser le frein à main par grand froid. Le gel ne risque pas alors d’immobiliser la voiture. La clé au plancher évite aussi en cas d’accident que le conducteur soit blessé aux jambes contrairement à une clé de contact sur le tableau de bord.

 

 

Par rapport à la Saab 99 qu’elle remplace, la Saab 900 gagne en longueur (21 à 32 cm selon les versions), l’empattement de 52 mm et la voie de 10 mm. Le gabarit de la voiture est de 4,74 mètres de longueur avec un Cx de 0,34. A ses débuts, la Saab 900 est disponible en deux types de carrosseries, berline et combi-coupé (hatchback), cinq niveaux de finition et quatre motorisations 4-cylindres de 1 985 cm3 (huit soupapes) au choix : 100 ch (GL à simple carburateur), 108 ch (GLS à double carburateur), 118 ch (EMS 911i à injection) et 145 ch (900 Turbo). Toutes avec boîte quatre vitesses ou automatique en option.

 

 

En mars 1980, le constructeur suédois introduit une nouvelle carrosserie pour la Sedan qui est une berline, quatre portes avec malle arrière et propose une boîte cinq vitesses pour les 900i et Turbo, ainsi que le toit ouvrant et les vitres électriques de série pour la Turbo dès 1981. À partir de 1982, Les Saab 900 sont équipées de l'Automatic Performance Control (APC). Ce système électronique permet d'exploiter toute la puissance développée par le turbo sans risquer le phénomène de cliquetis, autorisant un ratio de compression de 9:1 au lieu du 7.2:1 précédent. Un capteur piézoélectrique intégré au bloc moteur détecte le risque ; le module de contrôle électronique commande alors l'ouverture d'une soupape de décharge (wastegate) chargée de dévier directement vers la tubulure d'échappement une partie du gaz d'échappement destiné à la turbine. Ce système autorise l'utilisation d'indices d'octane plus bas et rend également l'usage du turbo plus sûr pour le moteur. 

 

 

Saab complète à nouveau la gamme 900 avec une Sedan à deux portes pour le millésime 1984. De son côté, la Turbo est secondée par la Turbo S avec 175 ch et 16 soupapes. En 1985, alors que le logo Saab Scania apparaît sur les voitures, la version 900 de base avec carburateurs disparaît du catalogue. Le cabriolet 900 Turbo 16 est lancé en 1986, juste avant un léger restylage en 1987.

 

 

En 1990, Saab, qui était en proie à de graves difficultés financières, est racheté par le trust américain General Motors. La division automobile de Saab est donc restructurée en une société indépendante dénommée Saab Automobile AB. Saab-Scania et General Motors ayant chacun une participation de 50 % dans cette nouvelle société. Plusieurs versions limitées de la 900 ont vu le jour : l’Enduro, assemblée par Saab Australie à seulement 12 exemplaires. Produite à 70 exemplaires tous numérotés, la GT Aero reprenait la mécanique de la turbo 16S avec une puissance portée à 185 ch. La version rallongée, nommée « Finlandia » en 1978 puis badgée 900 CD dès 1981, fut développée et produite dans l'usine Valmet en Finlande. Elle fut produite à 99 exemplaires entre 1979 et 1980, et la 900 CD à 486 exemplaires entre 1981 et 1986. Enfin, la Saab 900 Monte-Carlo, série limitée réservée à la version cabriolet. Présentée en 1992 au salon de Genève, elle fut construite à 300 exemplaires dans l'usine Valmet d'Uusikaupunki.

 

 

La production de la 900 "Classic" prend fin en 1993 avec un total de 908 920 exemplaires construits. Elle est remplacée par la 900 NG pour ‘nouvelle génération’ à la philosophie quelque peu différente, actionnaire américain oblige, et qui sera disponible avec un moteur V6, le premier de la marque. La production du cabriolet, en revanche, se prolongera une année de plus, principalement en raison du retard pris dans la conception d'un nouveau modèle basé sur la nouvelle Saab 900 "New Generation".

 

Saab 900 (1993-1998)