Rover 75 (1999-2004)

1999 Rover 75

 

Publié par Philippe Baron le 14 mars 2014.

 

En 1999, la Rover 75, Rover renouait avec la tradition du haut de gamme typiquement britannique. Initié avant que BMW ne devienne propriétaire de Rover Group, le projet fut validé très rapidement et bénéficia de l'expertise BMW en termes de processus d'assemblage et de finition, ainsi que pour certains composants. Ainsi pour la Rover 75, dessinée par Richard Woolley, le châssis et les mécaniques essence sont de conception Rover, tandis que le bloc moteur diesel est issu de la BMW 320d. 

 

 

Conçue sous l’ère BMW, la Rover 75 en véhicule les gènes de qualité, de fiabilité et d’agrément de conduite, pour un prix nettement inférieur aux berlines de la marque allemande. Destinée à remplacer les 600 et 800, à son lancement, la 75 est commercialisée avec 3 motorisations essence (4 cylindres 1.8L, V6 2L et V6 2.5L - puissances de 120 ch à 177 ch), et un diesel 2L (115 ch puis 135 ch). La motorisation V6 2L, d'une puissance de 150 ch, fut remplacée en 2002 par une version turbo du moteur 4 cylindres 1.8L, développant la même puissance. La version V8 fut commercialisée en 2004.

 


 

Les finitions s’articulent autour de deux axes « d’ambiance », Heritage et Sport, avec trois niveaux d’équipement. De base, la 75 possède quatre airbags, la clim’ et l’ABS. La finition Pack ajoute les jantes alliage, climatisation automatique bi-zone, chargeur CD et les vitres arrière électriques. Le Pack Luxe offre en plus, une sellerie cuir et des sièges avant électriques et chauffants, radar de recul et GPS. Le correcteur d’assiette est en option sur le break Tourer.

 


 

L'influence de BMW fut assez importante, non pas dans la direction du projet en lui-même, qui resta à 100% dans les mains de Rover, mais dans la fourniture de composants et dans les méthodes de production et de finition. Ainsi, outre le bloc moteur diesel issu de la BMW 320d (E46), de nombreuses autres pièces mécaniques, électriques ou électroniques issues de cette même voiture trouvent leur place dans la Rover 75. De même, l'ensemble de l'électronique est rattaché à un bus K-bus, d'origine BMW (que l'on retrouve aussi sous l'appellation i-Bus). Le système de GPS/radio/TV intégré est issu de la BMW série 3 E46, et à ce titre, peut bénéficier des mêmes possibilités de mise à jour de ses différents composants.

 


 

Une idée assez largement répandue par la presse lors du lancement de la 75 voulait que la plateforme de la voiture soit dérivée de celle de la BMW Série 5. La présence d'un large tunnel central, signe distinctif des véhicules à propulsion, semblait accréditer cette idée. En réalité, il n'en est rien. La plateforme de la 75 est basée, de manière indirecte, sur un projet abandonné par BMW de véhicule à traction avant. Le tunnel central, qui ne devait pas servir à un arbre de transmission puisque la Rover 75 est une traction avant, est uniquement présent pour renforcer la rigidité d'ensemble du châssis. Cette approche fut également utilisée par Rover et BMW pour la conception de la nouvelle Mini (R50), commercialisée par BMW en 2001.

 


2004 Rover 75

 

La Rover 75 Tourer est la version break de la Rover 75. Développée en même temps que la berline, elle ne reçut jamais l'aval de BMW pour sa commercialisation lorsque BMW était propriétaire de Rover Group. Elle fut commercialisée en 2001 et reprend le style avant de la berline, mais aussi l'ensemble de ses motorisations et niveaux d'équipements. Son hayon présente l'originalité d'avoir une double ouverture (la vitre arrière pouvant s'ouvrir indépendamment du hayon).

 


2001 Rover 75 Tourer

 

Début 2001, le groupe MG Rover lança une version davantage sportive de la Rover 75 sous l'appellation MG ZT. Le châssis et les suspensions furent retravaillés, de même que la motorisation V6 2.5L qui passa de 177ch à 190ch sur la MG ZT 190. La déclinaison break fut aussi commercialisée sous l'appellation MG ZT-T, et la MG ZT V8 fut lancée en 2002.

 


MG ZT
MG ZT-T

 

En 2002, un spécialiste anglais de la conversion de véhicules en limousines, S. MacNeillie & Son Limited, créa une version rallongée de la 75, baptisée Vanden Plas. Plus longue de 200 mm, elle apporte aux passagers arrière davantage d'espace aux jambes. En 2003, MG Rover décida de reprendre sa fabrication en interne, et la rebaptisa Limousine.

 


2002 Rover 75 Vanden Plas
2004 Rover 75 Limousine

 

Un modèle V8 a vu le jour en 2004, avec un V8 4.6L et 260 ch d’origine américaine : celui de la Ford Mustang. Dotée d'une large et imposante calandre, cette version n'était pas sans rappeler les Audi A6 et A8. Pour faire passer de manière plus efficace le couple important de ce bloc moteur, la Rover 75 passe, pour sa version V8, de la traction avant à la propulsion, les ingénieurs de MG Rover tirant ainsi parti du large tunnel central qui équipait le châssis dès l'origine.

 


2004 Rover 75 V8

 

Longtemps, les Anglais ont cru que Rover serait sauvée. Le 24 avril 2004, l’historique usine de Longbridge, où étaient produits les modèles MG et Rover, ferme ses portes. Cette conclusion, malheureusement prévisible, survient après une période d’une trentaine d’années marquée par la nationalisation des vestiges de l’ex-florissante industrie automobile britannique dans le groupe Leyland. Progressivement revendues par l’Etat, les marques anglaises survivantes connaissent alors des fortunes diverses. Ainsi, Jaguar est rachetée par Ford, tandis que Rover passe sous contrôle de l’avionneur British Aerospace et collabore avec Honda. Puis, BMW achète Rover et quelques autres marques, dont MG et Mini, lance la 75 mais jette l’éponge en 2000. Dès lors, le sort de Rover est scellé. A 101 ans, la belle anglaise est à bout de souffle. La plupart des employés de Rover sont licenciés et partent "une main devant une main derrière", le fond des salaires de Rover ayant fait faillite sauf celui des patrons (les 4) qui repartent chacun avec 4 000 000 £.

 


Un siècle de Rover résumé en quatre modèles : 8 CV de 1904, P3 75 de 1948, P5 de 1967 et la 75 V8 de 2004.

 

En juillet, les actifs MG-Rover sont revendus au chinois SAIC qui délocalise la production en Chine tandis que 1 000 employés sont rappelés pour finir les dernières Rover qui étaient en cours de fabrication. Puis l'ultime Rover, une 75 berline CDTI rouge, sort de chaîne. Rover disparaît. Pour la 75, le bilan s'élève à 211 175 exemplaires vendus.

 


Les ultimes modèles Rover côtoient ceux du passé

 

Lors de la vente des actifs du groupe MG Rover suite à sa mise en liquidation judiciaire, le groupe chinois NAC (Nanjing Automobiles Corporation) achète les lignes de production de la Rover 75 ainsi que les droits sur la marque MG, et produit sa propre version sous l'appellation MG7 en Chine. Le groupe chinois SAIC, qui avait racheté les droits intellectuels de la Rover 75 au groupe MG Rover quelques mois avant sa faillite, développa sa propre version sous une marque spécialement créée pour l'occasion, Roewe. En 2008, le groupe SAIC se porte acquéreur du groupe NAC, récupérant ainsi les droits sur la marque MG. La Rover 75 devient alors la Roewe 750.

 


2005 MG7
2012 Roewe 750

 

Durant ses belles années, Rover a produit quelques grandes berlines remarquables. Leurs silhouettes, finitions et performances ont figuré parmi l’élite de la production européenne. La 75 perpétuait cette tradition. Dévoilé en 2004, le concept-car 75 Coupé sera l’ultime cadeau de la marque pour son centenaire et qui, hélas, restera lettre morte. Pourtant il renouait également avec le passé. A 101 ans, Rover tire sa révérence. Une belle marque disparaît. Dommage …

 


2004 Rover 75 Concept Coupé