Renault Safrane (1992-2001)

 

Publié par Philippe Baron le 28 décembre 2015.

 

Présentée en mars 1992 au Salon de Genève, manifestation importante du monde automobile en termes d’image, la Safrane est le fruit de la culture et du savoir-faire Renault en haut de gamme dans la lignée des mythiques 40 CV, de la Reinastella ou de la Superstella. Elle connaît un franc succès grâce à son comportement routier d’une grande sûreté, et son confort qui fait toujours référence. 

 

 

Les six premiers mois de l’année 1992 ont été particulièrement importants pour Renault SA. Ils ont été marqués par cinq événements majeurs : l’adoption d’un nouveau logo, les Jeux Olympiques d’Albertville, Renault étant l’un des principaux partenaires du Comité olympique international, la présentation en mars de la Safrane, la fermeture définitive du site de production de Billancourt, un pan de mur de l’histoire ouvrière de la France s’est écroulé, et enfin la fin du mandat du Président Raymond Lévy, l’homme qui a, en six ans, redonné une image très forte à l’entreprise. Louis Schweitzer lui succède avec, en main, des atouts considérables : une structure financière assainie, un recentrage sur l’automobile et sur l’Europe réussi, d’éclatantes victoires en F1, et surtout une gamme de produits de grande qualité.

 

 

Pour répondre aux attentes d’une clientèle particulièrement exigeante, Renault a délibérément opté pour une berline deux volumes et demie. La remplaçante de la Renault 25 est un produit de haute technologie dont les implications sont directes sur la qualité, le confort, l’agrément de conduite et la sécurité. Comme tous les constructeurs, Renault ajoute aussi une dimension écologique à cette nouvelle voiture peu polluante et dont les principaux éléments sont facilement recyclables.

 

1993 Renault Safrane Bi-Turbo

 

Confortable et spacieuse, la voiture a été conçue autour de ses occupants. Les cotes intérieures de la Safrane sont plus généreuses que celles de la Renault 25 et la capacité du coffre de la nouvelle venue est de 10 % supérieure à celui de son aînée. L’architecture du poste de conduite a fait l’objet d’études ergonomiques tout particulièrement bien réussies : le conducteur a en effet sous les yeux et sous la main toutes les informations et toute l’instrumentation qui lui sont indispensables pour rouler avec une sécurité optimale.

 

Renault Safrane Bi-Turbo

 

La Safrane est dotée de suspensions, avant et arrière, basées sur le principe Mac Pherson et bénéficiant de déformations programmées. La direction est assistée sur toutes les versions et cette assistance est même variable en fonction de la vitesse sur certains modèles. La suspension intelligente en série ou en option associe deux avantages : un amortissement variable trois fois et une correction d’assiette permanente puisqu’au-dessus de 120 km/h la caisse s’abaisse de 15 mm si les conditions le permettent. Le freinage est à disques sur les 4 roues, ventilées à l’avant pour les versions qui n’ont pas l’option ABS. Il existe aussi une version V6 Quadra à quatre roues motrices qui ne sera produite qu'à 806 unités.

 

 

Toutes les motorisations essence sont à injection multipoint et répondent aux normes de dépollution Euro 93. L’offre de base est le 4-cylindres 1 995 cm3 8 soupapes de 107 ch qui existe aussi avec 12 soupapes. La motorisation centrale de la gamme est représentée par un moteur 4-cylindres 2.2i 12 soupapes 140 ch ou 110 ch avec 8 soupapes. En haut de gamme, est positionné le V6 3 litres de 170 ch. Suralimenté avec deux turbocompresseurs, il donne naissance à une version hautes performances de 260 ch, un couple de 360 Nm à 3 000 tr/mn dont près de 350 Nm disponibles sur l’ensemble de la plage d’utilisation. Ce moteur est l’apanage de la Safrane Baccara Biturbo qui est équipée de la transmission intégrale permanente Quadra. Côté diesel, deux moteurs turbocompressés sont proposés : 2.1 l de 90 ch pour le premier et pour le second un 2.5 l 115 ch bloc en fonte et culasse en alliage léger installé pour la première fois sur une berline Renault. De conception entièrement nouvelle à 3 arbres, la boîte mécanique 5 rapports a été développée pour s’adapter aux nouveaux groupes-moteurs qui sont en position transversale. La boîte automatique 4 rapports reprend quant à elle les caractéristiques de celle de la R 25.

 

1996 Renault Safrane

 

En juin 1996, la Safrane est restylée (calandre, boucliers, feux arrière, double airbag et antidémarrage de série). Renault supprime les Biturbo et Quadra, mais dévoile deux moteurs à essence prêtés par Volvo, un 4-cylindres 2 litres 16 soupapes 138 ch et un 5-cylindres 20 soupapes de 168 ch. Les deux anciens blocs diesel sont remplacés par un 2.2 de 113 ch. Abandonné à l’automne 1998, le V6 PRV est remplacé en juillet 1999 par un V6 2 946 cm3 PSA-Renault à 24 soupapes de 194 ch.

 

 

Avec 30 % de parts de marché dans l’Hexagone au plus fort de sa production, la Safrane se classe loin devant ses concurrentes allemandes. Hélas, cette réussite ne s’est pas exportée et la Safrane ne réalise, par exemple en milieu de carrière, que 6 % de parts de marché en Allemagne. Elle quitte la scène automobile à l’été 2001 après 313 088 exemplaires assemblés dans l’usine de Sandouville dont des séries limitées : Palme d’or (1993), Alizé (1994 et 1997), Camargue (1997) et Fairway (1998).