Renault 18 (1978-1986)

Renault 18 Turbo

 

Publié par Philippe Baron le 12 mai 2016.

 

Promoteur et champion de la 5ème porte, Renault étonne le public en commercialisant le 7 avril 1978 la très traditionnelle Renault 18. La Régie est convaincue que chaque constructeur se doit de posséder un modèle très classique dans sa gamme, d’autant plus qu’à cette époque, les voitures à coffre séparé représentent 52% des ventes en Europe. Bien vu, la Renault 18 sera la voiture familiale la plus vendue en France au début des années 80.

 

 

Très classique d’allure, la Renault 18 appartient à la catégorie des trois volumes. Son design est signé Gaston Juchet. La Renault 18 doit remplacer à moyen terme la Renault 12, mais bien que la Renault 12 ait été fabriquée dans de nombreux pays, la 18 est la première Renault véritablement prévue pour pouvoir être facilement montée sur d'autres continents. D'ailleurs, le slogan publicitaire sera « Renault 18 : une exigence internationale ». Hors de France, la voiture a continué à être produite en Argentine, en Australie, en Colombie, en Côte d'Ivoire, au Mexique, au Maroc, en Espagne, en Uruguay et au Venezuela, elle a été vendue aussi en Algérie, au Canada, en Croatie, à Chypre, en Finlande, en Grèce, en Indonésie, en Israël, en Jordanie, au Liban, en Mauritanie, en Nouvelle-Zélande, en Norvège, en Pologne, au Sénégal, en Slovénie, en Suède, en Syrie, aux États-Unis, en Thaïlande, en Turquie et au Zimbabwe.


Renault 18 US Sportwagon

 

La Renault 18, longue de 4.37 m et large de 1.68 m, est disponible avec un moteur quatre-cylindres positionné en avant de l’essieu et décliné en deux cylindrées : 1 400 et 1 700 cm3, ce qui les classe dans les catégories fiscales 7 et 9 CV. Pour les deux versions, les deux roues avant sont motrices, la transmission reçoit un embrayage monodisque à sec. Pour la suspension : train avant à roues indépendantes par triangles, essieu arrière rigide avec triangle central et jambes de forces longitudinales, amortisseurs hydrauliques et télescopiques, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis à l’avant et à l’arrière. D'autre part, la suspension s'améliora nettement lorsqu'un nouveau réglage généralisé pour 1983 dit à déport négatif lancé sur la Renault 20 diminua l'écrasement de la suspension avant au freinage, associée aux nouvelles lois d'amortissement et au raidissement des articulations du train arrière. Pour le freinage : disques à l’avant et tambours à l’arrière, double circuit, limiteur de pression sur les roues arrière, servo-frein à dépression. La direction est à crémaillère et l’équipement électrique en 12 volts.


 

Le 1 400 cm3 ressort à 65 ch DIN. Il équipe les versions TL et GTL avec une boîte à quatre rapports (la GTL, de plus, est équipée de pneumatiques de 155 x 13 au lieu des 145 x 13 de la TL). Le second moteur, le 1 700 cm3, celui de la TS et de la GTS, adopte une transmission 4 rapports pour la première et une boîte 5 vitesses pour la seconde. Pour ces deux modèles, une boîte automatique à convertisseur de couple et trois rapports, avec dispositif électronique, est prévue. Grâce à un profil aérodynamique, la version 1400 dépasse les 150 km/h tandis que la version 1700 dépasse les 160 km/h.


 

En avril 1979, Renault lance la version break. Le diesel fait son apparition en juillet 1980, un moteur de 2 068 cm³ 67 ch qui provient de la Renault 20 diesel. Puis en septembre 1980, apparition de la 18 Turbo (185 km/h) à moteur 1 565 cm³ développant 110 ch DIN à 5 000 tr/min, la faible puissance de suralimentation de 0,6 bar fait bondir le couple maximal de 11,3 mkg à 3 000 tr/min à 18,5 mkg à 2 250 tr/min. La pression sera légèrement augmentée pour 1983 pour atteindre 125 ch. Le train avant à déport négatif est de série. La 18 Turbo, première berline sportive familiale française capable de concilier confort et performances, se démarque par le tableau de bord de type Fuego, les jantes avec pneus taille basse de la Fuego GTX 2 litres, le spoiler avant, les pare-chocs noirs, les pieds-milieu noirs, le stripping latéral, les baguettes de protection latérale de type large et le becquet arrière.Avec un rapport poids/puissance de 9,45 et 8,32 Kg/ch respectivement pour les 18 Turbo 110 et 125, la vitesse maxi atteint 188 et 198 Km/h et les accélérations sur le 1000m D.A font état de 32,5" et 31,2", pour un 0 à 100 km/h en 11,8" et 11, 2". 


Renault 18 GTD 4x4

 

En janvier 1984, arrive la motorisation turbo diesel avec un moteur de 2 068 cm³ 88 ch. La gamme 18 est restylée en mars 1984 et prend le nom de Type 2. Au mois de juillet, Renault lance les breaks 4x4. La carrière de la Renault 18 prend fin en juillet 1986 pour être remplacée par la Renault 21. Cependant, à cause de la poursuite de l'exportation des modèles 2 litres essence, la production s'arrêtera seulement en 1989 en France et 1995 pour l’Argentine portant le total d'unités produites à 2 028 964.


Photo : foguetabraze1