Porsche 924 (1976-1988)

Porsche 924 Carrera GT - Photo : Art & Revs

 

Publié par Philippe Baron le 20 août 2013.

 

En 1976, Porsche s’est attelé à créer une auto d'entrée de gamme de caractère, efficace, confortable et utilisable au quotidien. Nommée 924, la nouveauté de Stuttgart marque un tournant important dans l’histoire de la marque. Novatrice sur de nombreux points, elle est aussi la Porsche la plus abordable de la gamme. Avec ses phares escamotables, sa lunette arrière bulle et ses rétroviseurs bien rectangulaires, la 924 dispose de tous les attributs stylistiques des années soixante-dix.

 

1987 Porsche 924 S
Longueur 4 220 mm - Largeur 1 690 mm

 

Dans les années soixante-dix, Volkswagen est dans une conjoncture très précaire, la Coccinelle est sur le déclin. Porsche, de son côté, voit les ventes de la 911 s’émousser peu à peu. C’est donc d’un commun accord que Porsche et Volkswagen, étroitement liés (Ferdinand Porsche a conçu la Coccinelle), entament le développement d’un deuxième coupé sportif accessible au grand public, comme c'était déjà le cas avec la Porsche 914. Les ingénieurs prendront comme modèle la 928 encore en développement. Ils concevront une voiture avec la même architecture inédite "Transaxale", tout en utilisant un maximum de pièces disponibles dans la banque d'organe de VW. Le design est signé Harm Lagaay. L'ancienne usine NSU de Neckarsulm est désignée pour assurer la production.

 

 

Le contexte de crise économique et la hausse du coût du carburant, entre autres, poussent Volkswagen à abandonner le projet (EA 425), la firme concentre ses efforts sur des modèles plus populaires comme la Golf. Porsche rachète donc la part des travaux de Volkswagen, et poursuit le développement de son côté. Elle s’attelle à créer une auto d'entrée de gamme de caractère, efficace, confortable et utilisable au quotidien. C’est la naissance de la gamme des Porsche à moteur avant, gamme qui sera renforcée par la suite par les 928, 944 et 968.

 

 

La conception de la 924 est radicalement différente de celle des 911, leurs architectures sont totalement opposées : le moteur est un Flat 6 à refroidissement par air sur les 911 (jusqu’à la génération dite « 993 »), un 4 en ligne à refroidissement liquide (par eau) sur les moteurs avant. Le groupe propulseur des 911 est implanté en porte-à-faux arrière, c’est-à-dire entre l’extrémité de la voiture et l’essieu arrière. Il est placé à l'avant, sur l'essieu, sous le capot moteur « classique », dans les 924/928/944/968. La transmission s’effectue via un système portant le nom de Transaxale. L'ensemble boîte de vitesses et pont est positionné au niveau de l'essieu arrière. Ce qui donne une répartition des masses favorable.

 


Porsche 924

 

L'utilisation importante de pièces d'origine VW caractérise la 924 : Le moteur est une évolution d'un modèle Audi/VW, la boîte de vitesses est d'origine Audi, les freins (disques pleins à l'avant, tambours à l'arrière) sont déjà utilisés sur les Coccinelle, le train arrière est celui des VW type. Grâce à l'architecture "Transaxale", la gamme des 924 bénéficie d'un châssis naturellement équilibré et efficace. Cependant, la 924 n'a pas que des bons côtés. La motorisation d'entrée de gamme, développant 125 chevaux, est considérée comme juste « suffisante », de même que les freins peu performants en usage intensif, faute à sa masse assez élevée. La Porsche 924 est disponible avec plusieurs qualités d'aménagement intérieur, notamment avec des sièges mélangeant cuir et tissus de différents coloris et à motifs variables dans leur partie centrale, ou totalement recouverts de cuir. Si le noir est la couleur de cuir la plus fréquemment rencontrée, il existe des options d'usine arborant d'origine des coloris bordeaux, gris et beige.

 

 

La première 924 est équipée d’un moteur à 4 cylindres en ligne de 2 litres de cylindrée, bénéficiant d’un bas moteur d’origine VW LT (et exclusivement le bas moteur). Le haut moteur est entièrement développé par Porsche. Le moteur utilise le système d'injection K-Jetronic développé par Bosch. Au lancement, il est accouplé à une boîte manuelle 4 rapports Audi. Une boîte automatique 3 rapports et une boîte manuelle sport 5 rapports Porsche (avec la première en bas à gauche) sont disponibles en option. Par la suite, une boîte 5 rapports Audi est montée de série. La boîte automatique est toujours proposée en option. À partir de 1981, l'allumage électronique est installé. La 924 2.0 L sera produite jusqu’en 1985 à 121 672 exemplaires.

 

 

En raison de normes antipollution très contraignantes, la 924 était moins puissante outre-Atlantique qu’en Europe, c’est pourquoi les Américains ont boudé la 924 atmosphérique. Porsche répondit à cela par le lancement d’une 924 à moteur turbocompressé. Elle se reconnaît à sa calandre ajourée, ainsi qu’à ses jantes de type « nid d’abeilles », à entraxe Porsche (5x130) abritant des freins à disque performants, issus de la 911. Les 924 Turbo sont équipées de la boîte 5 rapports inversés (Getrag), avec la première en bas à gauche. Certains modèles (US, 150 ch) peuvent avoir une boîte 5 rapports Audi. La puissance passe de 170 ch DIN à 177 ch à partir de 1981. L'augmentation de puissance correspond à l'apparition de l'allumage électronique. Sa commercialisation cessera avec la sortie de la 944 en 1982, sauf sur certains marchés où les grosses cylindrées sont fiscalement pénalisées, tel l'Italie. 12 665 exemplaires, toutes motorisations confondues ont été produits.

 

Porsche 924 Turbo

 

En 1985, est lancée la 924 S 2.5 L. Suite à la disparition du 2,0l, elle est équipée du bloc moteur de la 944 légèrement modifié. La puissance est de 150 ch puis de 160 ch en 1988. À l’usage, la 924 S de 1988 se révèle plus agréable que la 944, grâce à sa légèreté, son agilité, et ses ailes étroites favorisant une meilleure pénétration dans l’air. Elle se reconnaît à ses jantes de type « Téléphone » en 5 trous. Elle sera produite à 16 669 exemplaires, toutes motorisations confondues (jusqu'en 1988).

 

Porsche 924 Carrera GTS

 

Entre-temps, en 1981, Porsche a lancé une version musclée de la 924, baptisée « 924 Carrera GT », 1 984 cm3, 210 ch, 240 km/h, construite sur la base d’une 924 Turbo profondément remaniée. Les ailes avant sont élargies (reprises plus tard sur la 944), des extensions d’ailes sont rivetées à l’arrière, la face avant est retouchée. Sièges « sport » en tissu et jantes type FUCHS de 16" sont les signes distinctifs de cette version « virile ». Elle sera vendue à 406 exemplaires. Ce modèle sera également décliné en « 924 Carrera GTS » et « 924 Carrera GTR », de 245 chevaux (50 exemplaires dont 5 en version allégée « ClubSport ») et 375 chevaux (17 exemplaires) respectivement.

 

Porsche 924 Carrera GT