Peugeot Type 156  (1921-1923)

Photos : Artcurial

 

Publié par Philippe Baron le 12 février 2015.

 

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, à l’opposé des minuscules et minimalistes Quadrilette, Peugeot n’oublie pas de proposer un modèle haut de gamme avec sa luxueuse 25 CV Type 156. Première Peugeot produite dans l’usine de Sochaux rénovée, elle a la particularité d’être animée par un moteur 6-cylindres de 6 litres, doté d’une distribution sans soupapes de type Knight. Adoptée par Panhard & Levassor, Voisin ou Daimler, cette disposition intrinsèquement coûteuse garantissait cependant un silence de fonctionnement appréciable joint à un rendement fort satisfaisant.

 

 

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, Peugeot s’attèle à remonter ses usines durement touchées pendant le conflit et à réorganiser son outil de production. Les usines de Lille, après avoir été pillées par l’occupant, sont en ruine, tandis que celles de Sochaux, flambant neuves en 1914, ont subi à plusieurs reprises de violents bombardements. Peugeot, qui avait produit 2 294 véhicules en 1914, ne put en délivrer que 500 en 1919. Après cette longue période meurtrière, la frénésie de vivre faisait de l’auto le symbole du temps de paix retrouvé et de prospérité. Peugeot était aussi conscient que la relance de son activité dépendait maintenant d’un modèle simple, à faible marge unitaire, mais à grande diffusion. La Quadrilette allait sauver la situation. Porté par le succès de ce modèle économique, Peugeot parvint en 1921 à produire 6 327 voitures et à se placer à la deuxième place des constructeurs français, certes loin derrière Citroën et ses 9 200 véhicules produits, mais devant Renault qui devait se contenter cette année-là de 4 743 automobiles.

 

 

La réussite de la Quadrilette autorise à son constructeur de nourrir des ambitions plus grandes et de ne pas renoncer au haut de gamme. Ainsi, est introduite en 1920 la luxueuse Peugeot 156 dont la production débutera en 1921. Elle se distingue par son moteur 6-cylindres sans soupapes de type Knight d’une cylindrée de 5 954 cm3, la première mécanique de ce genre commercialisée par la firme. Si cette technologie génère un silence et une souplesse d’utilisation inégalable, elle implique une qualité de fabrication sans faille tant les tolérances d’assemblage doivent être respectées au plus près.

 

 

Sur ce type de moteur, la distribution classique par soupapes est remplacée par un système de fourreaux coulissants qui découvrent alternativement des « lumières », en fait des fentes, permettant l’admission et l’échappement à la place des soupapes habituelles. Son bon rendement énergétique, son silence et la souplesse de son fonctionnement en font un moteur idéal pour le haut de gamme. Le panache de fumée bleue caractéristique qui l’accompagne devient synonyme de mécanique de luxe.

 

 

La Peugeot 156, vaisseau amiral de la gamme du Lion du début des années 1920 doté d'une mécanique performante et originale, permettait à son riche propriétaire de voyager dans de bonnes conditions à bord d'une automobile dont on ne saurait discuter la qualité et d'atteindre l'honorable vitesse de plus de 90 km/h. Ce modèle fut utilisé par Alexandre Millerand, Président de la République (23 septembre 1920 – 11 juin 1924). Malheureusement, la Peugeot 156, dépourvue de séduction, une carence rédhibitoire sur un tel modèle, ne réussira pas à s’imposer et sera remplacée en 1923 par le type 174 à quatre cylindres.