Peugeot 807 (2002-2014)

 

Publié par Philippe Baron le 16 décembre 2014.

 

Fabriqué à Valenciennes, dans l’usine Sevel Nord que se partagent PSA et Fiat, le Peugeot 807 vient remplacer en juillet 2002 le grand monospace 806. Produit sur la même base que les Citroën C8, Fiat Ulysse II et Lancia Phedra, le Peugeot 807 fait oublier l’aspect utilitaire de son prédécesseur en gagnant en fluidité et peut accueillir jusqu’à huit passagers.

 

2002 Peugeot 807

 

Pour remplacer le 806, Peugeot a augmenté la taille de son monospace de 28 cm. Il mesure maintenant 4.73 m. Avec une face avant qui porte l’identité visuelle des productions du Lion, le ‘807’ s’est doté d’innovations techniques qui facilitent la vie à bord. Non seulement les portes latérales coulissantes ont été conservées, mais elles sont désormais assistées électriquement (excepté sur la finition de base). Commercialisé avec cinq places, le ‘807’ peut aussi recevoir sept passagers grâce à des sièges supplémentaires, voire à huit via une banquette de trois places à l’extrême arrière. Les sièges pivotants garantissent une certaine convivialité, tandis que le coffre avec son grand hayon laisse une ouverture large et carrée, avec un seuil de chargement placé très bas.

 

 

Outre le fait de disposer de sièges individuels amovibles, inclinables et coulissants, le ‘807’ reçoit une climatisation automatique bi-zone, six airbags, l’ESP, et de nombreux rangements. La finition ST ajoute les portes arrière électriques et le capteur de pluie. Plus cossus, les 807 SV renchérissent avec les jantes alliage, l’aide au stationnement, le chargeur CD et les sièges chauffants. De nombreuses options sont également disponibles, comme le GPS (inclus dans les finitions Nav Tech) ou pour la joie des enfants, un système de vidéo embarquée avec écran au plafond. 

 

 

Le Peugeot 807 est le dernier véhicule Peugeot à utiliser des appellations d’une autre époque : ST, SR et SV. Tous les moteurs sont fournis par PSA. En essence, l’offre débute avec le 2.0 138 ch, puis le 2.2 160 ch et le V6 3.0 210 ch. Les diesels, qui assurent l’essentiel des ventes, sont le 2.0 HDi 110 ch (uniquement livrable en version automatique) et le 2.2 130 ch.

 

2008 Peugeot 807

 

Pour 2006, la gamme est remaniée avec l’apparition de nouvelles appellations. Ce changement, purement marketing, est cependant accompagné de quelques modifications en matière de présentation, mais surtout avec l’arrivée d’un nouveau 2.0 essence de 141 ch, la disparition des 2.2 et V6 essence. Côté diesel, le 2.0 HDi de 120 ch vient renforcer l’offre. 

 

 

En 2008, le ‘807’ est succinctement restylé avec l’apparition de baguettes de chromes. La nouveauté est le 2.2 HDi de 170 ch, équipé d’une boîte manuelle ou automatique à six rapports. A partir de 2009, les années commencent à peser sur la catégorie des grands monospaces, victimes des nouveaux crossovers. Peugeot emploie alors la méthode réservée à ses modèles en fin de carrière : il restreint la gamme au maximum. Ainsi, plus de moteurs essence, et seulement deux finitions demeurent.

 

 

En septembre 2009, suite à son alliance avec Chrysler, Fiat annonce l'arrêt de la production de ses monospaces en raison de l'ancienneté des modèles et de ses ventes très réduites. A Valenciennes, la production du Citroën C8 et du Peugeot 807 continue. L’usine est sauvée, grâce à un accord signé avec Toyota. En juillet 2012, le ‘807’ reçoit son ultime restylage qui est le nouveau logo du Lion. En 2013, le segment des grands monospaces ne représente plus que 0.7 % du marché. Une page se tourne chez Peugeot. La production du 807 est stoppée au 30 juin 2014 après 194 000 unités fabriquées. Selon les souhaits du nouveau PDG de PSA, Carlos Tavares, Peugeot va se concentrer sur les véhicules à fort potentiel... et les grands monospaces n'en font plus vraiment partie. Ces véhicules ont été ringardisés par la déferlante de crossovers et de SUV. Ainsi, chez Peugeot, une famille nombreuse se tourne davantage vers un 5008. L’usine Sevel Nord ne se retrouve cependant pas sans véhicule puisqu'elle assemble les utilitaires de milieu de gamme de PSA, les Citroën Jumpy et Peugeot Expert, qui ont été rejoints en 2013 par un modèle badgé Toyota.