Opel Rekord E (1977-1986)

 

Publié par Philippe Baron le 1 août 2014.

 

Présentée au Salon de Francfort en septembre 1977, la nouvelle Opel Rekord sera finalement la dernière d’une lignée qui vit le jour en 1953 sous le nom d’Olympia Rekord. Véritable institution en Allemagne, la Rekord représente la berline familiale populaire, conventionnelle, sage, spacieuse et robuste, qui a beaucoup évolué au fil des ans. La nouveauté de la Rekord E est visuelle avec une carrosserie plus aérodynamique étudiée en soufflerie pour diminuer la consommation.

 

1977 Opel Rekord Coach

 

Le constructeur au Blitz dévoile en même temps la Commodore C, modèle possédant la même carrosserie que la Rekord mais plus luxueux et plus puissant avec son 6-cylindre de 2.5 l contrairement aux 4-cylindres proposés sur la Rekord. Le capot, la calandre et les jantes permettent de différencier les deux véhicules. Bien que présentée en septembre 1977, sa production en série ne débutera qu’en août 1978. Cependant, la Commodore sera boudée par la clientèle qui se tournera vers l’Opel Senator, plus haut de gamme, d’apparence similaire mais plus longue de 22 cm et plus riche en versions et en motorisations. Faute de succès commercial suffisant, la Commodore disparaitra en août 1982 après 80 521 exemplaires produits.

 

Opel Commodore C '1978–82'

 

La gamme de la Rekord E est composée de trois types de carrosserie : le coach 2 portes, la berline 4 portes et le break Caravan. Sur le marché allemand, la Rekord est disponible en essence avec moteurs 1.7 l 60 ch, 1.9 l 75 ch et 2 l 90 ch, mais en France est en premier lieu proposé un 2 litres de 100 ch pour la 2000 S. Ce quatre-cylindres de 1 979 cm3 à arbre à cames en tête dispose d’une puissance de 100 ch à 5  200 tr/mn, d’un couple de 15.6 mkg, d’un carburateur inversé, d’une boîte quatre vitesses ou automatique. La direction peut être assistée en option. Les freins sont à disques à l’avant et tambours à l’arrière. Pour la suspension, ressorts hélicoïdaux à l’avant et essieu arrière rigide. La vitesse de pointe est de 173 km/h. Le gabarit de la Rekord E est de 4.59 cm en longueur et d’une largeur d’1.73 m avec un empattement de 2.67 m.

 

 

La Rekord 2000 E dispose des mêmes caractéristiques que la 2000 S mais son moteur, à injection électronique Bosch, développe 110 ch à 5 400 tr/mn avec un couple de 16.2 mkg à 3 000 tr/mn et une vitesse maximale de 180 km/h. Le seul diésel proposé est le 2.3 l sur la Rekord 2300 D. Ce 2 260 cm3 développe 65 ch à 4 200 tr/mn avec un couple de 12.9 mkg et la vitesse maximale est de 140 km/h. 

 

1977 Opel Rekord Caravan disponible en 3 ou 5 portes

 

Pour le millésime 1983, la Rekord E est restylée avec la calandre, les phares et les pare-chocs qui s’alignent sur le style de la nouvelle Ascona C commercialisée fin 1981. A l’arrière, la malle plus haute permet au coffre de gagner 10 l en volume. Le Cx de la voiture est passé de 0.43 à 0.36. Un nouveau moteur rejoint la gamme : le 1 796 cm3 pour la Rekord 1800. Disponible avec une boîte 4 ou 5 vitesses, il dispose de 90 ch. La vitesse maximale est de 165 km/h. De son côté, le moteur de la 2300 D gagne 10 ch et au Salon de Genève 1984, Opel présente son premier turbo-diesel qui s’installe sur la Rekord 2.3 TD avec ses 86 ch. Le millésime 1985 présentera l’ultime évolution de la Rekord avec un 2.2 l offrant 115 ch avec l’injection.

 

1982 Opel Rekord

 

En 1986, s’éteint la grande dynastie des Opel Rekord. Best-seller de la marque au Blitz, la Rekord s’est vendue à environ 10 millions d’exemplaire depuis son apparition en 1953. La Rekord E contribua à ce succès avec ses 1 458 054 exemplaires produits. L’Opel Omega assure la succession de la Rekord. Sa modernité lui vaudra d’être élue « voiture de l’année » en 1987.

 

1982 Opel Rekord Caravan