Opel Manta B (1975-1988)

1977 Opel Manta CC GT/E

 

Publié par Philippe Baron le 14 avril 2014.

 

Présentée à l’automne 1975 au Salon de Francfort, la nouvelle Opel Manta répond, comme la génération précédente vendue à plus d’un demi-million d’exemplaires, à la demande d’une large clientèle désirant un coupé sportif mais familial proposé à un prix attractif. Avec ses différentes motorisations et ses deux carrosseries, la Manta B séduit et connaîtra également une carrière sportive couronnée de succès.


1975 Opel Manta

 

Tout d’abord, en version normale à 2 portes avec décrochement arrière, la Manta dérivée de la berline Ascona, est proposée en version Liftback CC, plus pratique avec son hayon. La Manta peut se révéler bourgeoise ou authentique sportive selon la finition choisie : L en base, LS, GLS, Berlinetta à toit vinyle, SR et GT/E.


 

La gamme des motorisations commence par le 1200 N à arbre à cames latéral, un moteur de 1 169 cm3. Il est remplacé en 1978 par le 1300 N à arbre à cames en tête de 68 ch à 5 800 tr/mn avec un couple de 9.9 mkg à 3 400 tr/mn pour une vitesse maximale de 145 km/h. Les caractéristiques techniques de la 1300 N sont : direction à crémaillère, carburateur simple corps, boîte 4 vitesses, freins à disque à l’avant et tambours à l’arrière, servofrein de série, pour la suspension, ressorts hélicoïdaux et essieu rigide arrière. La 1300 N est chaussée de pneus 165 SR 13.


1975 Opel Manta

 

La 1600 S possède les mêmes caractéristiques que la 1300 N sauf pour son moteur de 1 584 cm3 de 75 ch à 5 000 tr/mn et un couple de 11.7 mkg à 3 800 tr/mn et une vitesse maximale de 160 km/h. Elle dispose d’un carburateur inversé à registre, boîte 4 vitesses, disponible en automatique. La Manta 2000 S bénéficie du 1 979 cm3 alimenté par un carburateur double corps, de 100 ch à 5 400 tr/mn, d’un couple de 15.8 mkg à 3 800 tr/mn et d’une vitesse maximale de 180 km/h. Boîte 4 vitesses ou automatique, la 2000 S est chaussée de pneus 185/70 13. La 2000 E remplace rapidement la 1.9 injection et  coiffe la gamme avec son deux litres injection (1 979 cm3) de 110 ch à 5 400 tr/mn, un couple de 16.2 mkg à 3 400 tr/mn et une vitesse maximale de 187 km/h. Cette version bénéficie d’une présentation plus sportive avec, par exemple, des sièges Recaro.


 

La gamme évolue en 1980 avec la version GT/J à présentation sportive et moteur 1.3 l de 75 ch. En 1981, apparaît la Manta 400, la version établie de la GT/E avec, comme elle, des jantes aluminium chaussées de pneumatiques taille basse, becquet, décorations sur les portières. Le moteur en revanche est le 4 cylindres 16 soupapes ayant déjà équipé l’Ascona 400 et qu’un kit compétition peut porter à 132 ch. La version de série du 2 410 cm3 est de 144 ch à 5 200 tr/mn, un couple de 21 mkg à 3 800 tr/mn et une vitesse maximale de 210 km/h.  Pour cette version, le moteur à deux arbres à cames en tête est associé à une boîte 5 rapports, des freins à disques à l’avant comme à l’arrière.


 

L'Opel Manta 400 Groupe B débute sa carrière en rallyes durant la saison 1983, en remplacement de l'Opel Ascona 400. Voiture à l'architecture dite "classique" c'est-à-dire : moteur atmosphérique placé à l'avant et seules roues motrices arrière, elle ne remporta aucune épreuve mondiale, mais s'imposa dans divers championnats nationaux. Aux mains de l'équipage belge Guy Colsoul et Alain Lopes, l'Opel Manta 400 occupa même la tête du fameux rallye-raid Paris-Dakar, durant une semaine, face aux 4x4 (alors qu'elle ne disposait pourtant que de deux roues motrices).


 

En avril 1982, la carrosserie est remaniée : spoiler avant intégré et pare-chocs arrière en plastique teinté. Les Manta sont désormais dénommées « GT » (les 1300 N et S sont appelées Manta GT/J). Le modèle Berlinetta constitue toujours le plus luxueux de la gamme. La quasi-totalité des Manta adopte la boîte 5 rapports, des déflecteurs latéraux et sur la GT/E le spoiler arrière en prime. Un nouveau moteur apparaît, le 1800 S et 90 ch. Il existe de multiples versions sportives très peu diffusées comme la i200 à moteur 2 l de 125 ch, la i240 2.4 l 136 ch ou encore la i300 6-cylindres de 3 l et 176 ch. Après avoir connu un réel succès avec plus de 557 000 unités produites, toutes versions confondues, la Manta B termine sa carrière en juin 1988.


1984 Opel Manta GSI