Opel Ascona (1981 – 1988)

 

Publié par Philippe Baron le 20 décembre 2015.

 

Au mois d’août 1981, Opel revisite aussi bien techniquement qu’esthétiquement son Ascona, dénommée Vauxhall Cavalier au Royaume-Uni, pour la production de sa troisième génération dans ses usines de Rüsselsheim, d'Anvers et de Luton. Fondamentalement transformée, à carrosserie conventionnelle tricorps ou en élégant coupé bicorps à hayon, elle bénéficie désormais de la traction avant.

 

 

Déclinée en 4 portes, 5 portes, break et coupé, l’Ascona C, fabriquée sur la plate-forme J de General Motors, est la deuxième Opel après la Kadett D à adopter le principe de la traction. Ses lignes ont été tracées par l’Américain George Gallion, responsable-adjoint de l’Adam Opel Design Center. Bien profilée, l’Ascona bénéficie d’un comportement routier très sain.

 

 

Au niveau de sa structure, l’Ascona est constituée d’une carrosserie autoporteuse en tôle d’acier, de roues avant indépendantes de type McPherson, de ressorts hélicoïdaux et barre antiroulis, de roues arrière semi-indépendantes par bras tirés et barre de torsion transversale, ressorts miniblocs hélicoïdaux, d’amortisseurs hydrauliques avant et arrière, pour le freinage de disques à l’avant et de tambours à l’arrière avec assistance à dépression, double circuit, direction à crémaillère, embrayage monodisque à sec, boîte 4 sur les 1300, 5 vitesses sur les 1600 et 1800 ou option sur les 1300 ainsi que la boîte de vitesses automatique.

 

1981 Opel Ascona CC

 

Les moteurs sont des 4-cylindres en ligne, implantés transversalement à l’avant, bloc fonte et culasse alu et refroidissement par eau. L’éventail est large avec pour les versions essence, les 1.3 60 ch, 1,3 S 75 ch, 1.6 75 ch et 1.6 S 90 ch. Le 1.6 Diesel 54 ch est présentée en janvier 1982 lors du Salon de Bruxelles tandis que le haut de gamme CD 1.8 E de 115 ch est dévoilé à l’automne lors du Salon de Paris 1982.

 

1984 Opel Ascona Sport

 

Au Salon de Genève 1984, les Ascona SR 1.6 et 1.8 E bénéficient d’une boîte courte. En 1985, les modèles arborent une nouvelle calandre et une version cabriolet, réalisée par Hammond & Thied, est disponible dès le printemps et commercialisée en France par le réseau GM. Arrivée deuxième du Trophée européen de la voiture de l'année en 1982, derrière la Renault 9, l’Opel Ascona C a été produite à travers le monde à 1 721 647 d'exemplaires. Le troisième et dernier volet de l’Ascona née en 1970 se ferme en octobre 1988 pour s’ouvrir sur un nouveau modèle : la Vectra.