Oldsmobile Hurst/Olds (1968-1984)

1969 Hurst/Olds - Photo : Mecum Auctions

 

Publié par Philippe Baron le 23 mai 2014.

 

En 1965, Oldsmobile complète sa gamme intermédiaire Cutlass avec la version musclée 442. Mais en 1968, GM impose aux divisions de son groupe une limite de 6.5 litres pour la cylindrée. Pour contourner cette interdiction, Oldsmobile trouve une astuce en s’associant au préparateur Hurst, renommé dans le domaine des courses d’accélération, pour créer des  « éditions spéciales » qui porteront toutes le nom de Hurst/Olds.

 

Photo : Mike Garrett

 

Durant les  années 1950,  George Hurst et Bill Campbell se passionnent pour des « drags », ces courses d'accélération chronométrées qui se pratiquent sur une distance d'un quart de mille. En 1959, ils mettent au point le premier levier de vitesses Hurst destiné aux gens qui souhaitent améliorer les performances de leur voiture et qui porte déjà les marques qui le rendront célèbre, soit une tige plate dotée d'une courbe très particulière et une poignée ressemblant à une boule de billard. Après avoir formé la Hurst  Performance Inc., Hurst et Campbell engagent l’ingénieur Jack Allen ‘Doc ‘ Watson qui se révélera un  véritable génie pour rendre les voitures hautes-performantes tout en apportant de nombreuses innovations dont des pinces de décarcération permettant d’extraire un pilote accidenté lors d'une course automobile. Elles sont surnommées JAWS à cause des initiales de son créateur, Jack Allen Watson.

 

Photo : Mike Garrett

 

En 1968, Hurst et Oldsmobile  collaborent  pour la série spéciale Hurst/Olds qui sera la première voiture de General Motors à porter le nom  d’une de ses divisions relié à celui d’un  fournisseur. Cette  première  Hurst/Olds est  une  Oldsmobile  Cutlass, strictement de série, prélevée sur la chaîne de montage de Lansing, Michigan  et  acheminée chez Demmer Engineering de l’autre côté de la rue pour être transformée en  véritable  voiture de compétition. Elle reçoit les attributs Hurst/Olds, des bandes décoratives, le coffre peint en noir, le levier de changement de vitesses Hurst et surtout son 6,5 litres est remplacé par un énorme 7,5 litres V8 Toronado de 390 chevaux à 5000 tr/min (380 sur les autos dotées de la climatisation) et 678 nm à 3200 tr/min qui hérite du fameux "Force Air" en  monte  standard. Les  515  exemplaires  produits en 1968  sont tous de la même couleur "Peruvian Silver" avec des inserts noirs.  L’année suivante, la Hurst/Olds, dont la puissance est descendue à 380 ch mais avec autant de couple, est produite à 900 exemplaires dans une unique couleur Firefrost Gold on white.

 

1975 Hurst/Olds - Photo courtesy HurstOlds.com and Dean Naddeo

 

Pour  son retour  en 1972,  la Hurst/Olds est choisie comme voiture de tête au Indy 500. Son coloris est  maintenant Cameo White  on Gold. Son moteur est toujours le même, mais proposé en deux versions : standard L75 U de 270 ch et l’option W-30 : L77 de 300 ch. 629 exemplaires seront produits. Pour 1973, la Hurst/Olds reprend la carrosserie de style Colonnade de la Cutlass S et utilise pour la dernière fois son moteur « haute-performance » dans des versions 250 se distinguant en Black on Gold (439 exemplaires) et  270 ch en White on Gold (658 exemplaires). Pour 1974, elle utilise le Rocket V8 L34 de 5.7 litres dans la version standard de 180 ch en couleur White on Gold (1 420 exemplaires) et le W-30 de 7.4 litres et 245 ch en Black on Gold (380 exemplaires). A nouveau, la Hurst/Olds est choisie comme voiture de tête au Indy 500. Pas de changement moteur pour 1975, mais pour la première fois la muscle car est équipée d’un pot catalytique et propose en option un toit T-Top avec panneaux amovibles appelé Hurst-Hatch. Pour le capot et le toit, la couleur est toujours Gold, le reste de la carrosserie est au choix Black ou White. Les ventes de l’année s’élèvent à 2 535 exemplaires.

 

1983 Hurst/Olds

 

Après trois ans d’absence, la Hurst/Olds revient en 1979 dans les mêmes tons mais basée sur la carrosserie du coupé  Cutlass  Calais. L’unique  motorisation est le V8 L34 R Code de 5.7 litres accouplé à la transmission automatique TH-350 avec l’inévitable Dual-Gate Shifter. Elle sera produite à 2 499  exemplaires. A noter que l’année  suivante, elle est produite en tant qu’Oldsmobile 442 avec l’option W-30.

 

 

L’ultime version de la Hurst/Olds restera en production pendant deux ans en 1983 (couleur Black on Silver) et  1984  (Silver on Black). Le seul moteur proposé est le V8 LG8 de 5 litres. Le plus étonnant était le nouveau et très complexe mécanisme changement de vitesses Hurst, le lightning Rods Shifter, constitué de trois leviers. Le modèle sera vendu à  3 001  exemplaires en 1983 et pour sa dernière année en 1984 à 3 500 exemplaires.

 

 

Impossible d’évoquer la firme Hurst sans mentionner Linda Vaughn, la Miss Shifter Golden Hurst, qui fut la Première  Dame de la course automobile aux Etats-Unis, quelle que soit la discipline, Nascar, Indy, Formula 1, SCCA etc. Retenue à la suite d’une annonce postée dans un numéro de Hot Rod Magazine, elle entama une longue carrière en tant que Miss Hurst pour les industries Hurst pour devenir rapidement une icône dans les courses de dragsters du monde entier. Vers la fin des années 1960,  Linda  était devenue  tellement populaire  que Hurst a dû créer un team de Hurstettes pour  l’aider à assurer la  promotion  des produits Hurst dans toutes les courses importantes. Linda Vaughn parcourait la ligne droite des stands dans un sens et dans l’autre, à très petite vitesse, juchée sur la plate-forme arrière d’un cabriolet  Olds se tenant d’une main à un shifter  géant. Après des révérences et des saluts à la foule, elle  présentait ensuite les accessoires Hurst sur le stand de la marque. Elle quitta son activité de Miss Hurst Shifter Gold en 1983  lors de la présentation à Pomona Drag Raceway de l’ultime édition de la fameuse Hurst/Olds.

 

1966 - Photo de Bob D'Olivo