Morris/Austin 1100/1300 (1963-1974)

Morris 1100 - Photos : Martin ZT

 

Publié par Philippe Baron le 13 mars 2015.

 

Après le projet ADO 15 (Amalgamated Drawing Office) qui donna naissance à la Mini, la BMC plancha sur le nouveau projet ADO 16. Cette fois-ci, il s’agissait pour l’équipe d'Alec Issigonis de transposer le concept de la Mini sur une voiture plus spacieuse, plus volumineuse. Le résultat est la Morris 1100 présentée en octobre 1963 qui se distingue du point de vue technique par sa suspension originale.

 

 

Reprenant les idées appliquées sur les Austin et Morris 850 présentées trois ans auparavant, Alec Issigonis conserve pour la Morris 1100, la traction avant et la disposition transversale du moteur formant bloc avec la boîte de vitesses, l’embrayage et le différentiel. Le levier de changement de vitesse est reculé comme sur les Austin Cooper. La vitesse de pointe se situe entre 125 et 130 km/h.

 

1966 Morris 1100 - Photo : Damian Sharples

 

La grande nouveauté réside dans la suspension « Hydrolastic » combinant l’élasticité de blocs de caoutchouc et le déplacement d’un liquide sous pression dans les canalisations. Ce dispositif, que l’on doit à Alex Moulton, doit assurer les fonctions normales d’une suspension classique, celles des amortisseurs normaux et enfin réaliser l’interconnexion des roues avant et arrière situées d’un même côté de la voiture.

 

Photo prise à la fin des années 1970 par Martyn Hearson

 

Dès 1964, la berline quatre portes britannique devient disponible sous la marque sœur Austin. Seule la décoration de la calandre permet de faire la différence entre les Morris et les Austin. En mars 1966, deux breaks identiques à trois portes, l'Austin Countryman et la Morris Traveller s'ajoutent aux berlines. Après quelques retouches cosmétiques, les Austin et Morris 1100 deviennent Mark II en octobre 1967. A cette occasion, une berline deux portes complète la gamme sous les deux marques. Parallèlement, Austin et Morris proposent une variante dénommée 1300 équipée d'un moteur de 1 275 cm3. Cette nouvelle gamme est disponible sous les mêmes carrosseries que la 1100 : berline deux et quatre portes, ainsi que break Countryman. Au début de l'année 1968, Austin commercialise l'America, un modèle réservé à l'exportation, qui se différence par son niveau d'équipement élevé. Cette voiture n'est disponible qu'en berline deux portes.

 

 

A partir de 1969, la British Motor Corporation propose la 1300 GT, une version mieux présentée et plus puissante, sous les deux écussons. En 1970, la berline deux portes Austin 1100 est facturée 10 695 francs en France, et le break Morris Countryman 14 320 francs. A titre de comparaison, une Renault 6 de base vaut 8 800 francs, et une Renault 12 TL 11 280 francs. En 1971, les Austin et Morris 1100/1300 sont les voitures les plus vendues en Grande Bretagne.

 

Morris 1300 Traveller - Scan : Snowypictures

 

La nouvelle British Leyland lance en avril 1971 la Morris Marina. Si la gamme des Austin 1100 et 1300 est maintenue au catalogue, les Morris du même nom cèdent leur place à la nouvelle berline Marina, à l'exception du break Traveller qui reste maintenu pendant encore une année. En octobre 1971, les Austin 1100 et 1300 Mk III se présentent avec une nouvelle calandre noire barrée d'une seule baguette et un tableau de bord redessiné. A partir de 1973, l'Allegro prend la relève, et 1974 sera la dernière année de commercialisation des Austin 1100 et 1300.

 

 

La série des 1100 et 1300 fut aussi déclinée sous les marques MG, Riley, Vanden Plas et Wolseley, suivant en cela la politique du " Badge Engineering " propre à l'industrie britannique des années soixante. Au total, la BMC 1100/1300 a été produite à 1 119 800 exemplaires.

 

MG 1300 - Photos : Newbiggin
MG 1100 - Photos : MartinZT
Austin Vanden Plas Princess 1300 - Photo : Photowall1
Wolseley 1100 - Photo : Octane
1967 Riley Kestrel 1300
1963 Austin 1100
Wolseley 1300
1966 Morris 1100 Traveller
Morris 1300 GT - Scan : Cortina-Chris
1972 Austin 1100 et 1300 Mk III
Photo : Warren Kirk