Monteverdi Hai 450 SS Coupé (1970)

 

Publié par Philippe Baron le 3 avril 2014.

 

Présentée au Salon automobile de Genève en 1970, la Monteverdi Hai reste une belle pièce de musée, l'une des plus intéressantes de l'histoire suisse du sport automobile. Son nom, qui signifie « requin » dans plusieurs langues d’Europe du Nord, est évocateur de puissance et d’agressivité. D’une sportivité sans concession, la Hai sera jugée par son créateur, Peter Monteverdi, trop puissante, trop rapide et trop dangereuse pour un conducteur non expérimenté et ne sera produite qu’à 2 exemplaires. 

 


 

Peter Monteverdi, fils d’un garagiste de Bâle, est né en suisse en 1934. Il débute sa formation technique chez Vevey, un fabricant de tracteurs agricoles, avant de la poursuivre chez Saurer, bien connu à l'époque pour sa gamme de camions. Au cours d'un voyage en Italie, il rencontre Enzo Ferrari, qui lui propose de devenir son agent sur une partie de la Suisse. Après le décès de son père en 1956,  Peter Monteverdi prend la tête de l'entreprise familiale, et abandonne petit à petit l'activité poids lourds du garage pour se concentrer sur la diffusion d'automobiles de luxe, à travers les marques Ferrari et Lancia, puis plus tard Jensen, Rolls Royce et BMW.

 


1967 Monteverdi 375 S

 

Dès cette époque, il participe à de nombreuses courses automobiles. Le jeune homme bénéficie d'une certaine notoriété dans le milieu de la compétition. Outre la vente d'automobiles, il est le premier à fabriquer des karts en Europe. Ses deux premières vraies voitures, un petit coupé en 1956 et un roadster en 1957, sont vendues sous la marque MBM à quelques unités. Par ailleurs, la production de Formule Junior contribue grandement aux résultats de son affaire au début des années 60.

 


 

En 1961, il construit sa première et dernière Formule 1. C'est en effet à son volant qu'il eut un accident qui le fit s'écarter définitivement de la compétition. En 1962, le petit garage est transformé en un immeuble moderne, où Monteverdi continue la vente d’automobiles de luxe. Peter Monteverdi, qui est régulièrement en contact avec une riche clientèle de voitures de prestige, perd la distribution des Ferrari en 1965 suite à un désaccord avec le Commendatore. La conjonction de ces deux facteurs le décide à se lancer dans la fabrication de ses propres voitures de " grand tourisme ".

 


1970 Monteverdi Hai 450 SS

 

La première vraie " grand tourisme " de Monteverdi est dévoilée le 11 septembre 1967 au salon de Francfort. Il s'agit de la 375 S, dont le dessin est signé Frua. Monteverdi développe alors toute une gamme de modèles à la fin des années 60 et au début des années 70. Comme on ne s'improvise pas constructeur du jour au lendemain, le constructeur suisse fait appel aux mécaniques surpuissantes de Chrysler pour animer ses productions. La Hai 450 SS, visait une nouvelle catégorie d'acheteurs, moins " grand tourisme " et plus  " sportive ". Elle fait ses débuts au salon de Genève en mars 1970. Son moteur V8 Chrysler de 6 974 cm3 est installé en position centrale arrière. Il développe 450 ch SAE, et l'excellent rapport poids puissance de la Hai lui permet d'atteindre 293 km/h et le 0 à 100 km/h en 4.9 s.

 


1973 Monteverdi Hai 450 GTS

 

Au salon de Genève en mars 1973, la 450 SS devenait 450 GTS. Outre quelques retouches esthétiques, elle recevait le très performant moteur Hemi que fabriquait Chrysler en petite série. La puissance était toujours de 450 ch,  mais selon la norme Din, plus exigeante que la norme américaine SAE. Le dessin de la Hai 450 fut imaginé par Trevor Fiore, et la voiture produite par les ateliers de Fissore avant assemblage à Binningen près de Bâle. Longue de 4,35 mètres et large de 1,79 mètre, c'est surtout sa faible hauteur de 1,02 mètre qui impressionnait. Marcel Beligond, l'un des pères de l'Alpine A 310, s'était inspiré d'une maquette que réalisa le même Fiore pour la Régie Renault. Trevor Fiore, Frost de son vrai nom, était un designer britannique aux racines italiennes. On lui doit la TVR Trident des années 60, mais il est aussi connu pour avoir dirigé le style Citroën de 1980 à 1982. Il était en particulier l'auteur du concept car Karin qui fut exposé au salon de Paris en 1980.

 


1972 Monteverdi 375 L

 

Il était prévu de construire 50 exemplaires de la Monteverdi Haï 450 SS mais en raison de problèmes techniques, de soucis financiers et de son prix trop élevé, seuls deux exemplaires seront construits. Le second exemplaire, rouge, ne sera jamais vendu, il restera perpétuellement chez Monteverdi où il restera exposé. Le premier et unique exemplaire de la Haï 450 SS, présenté à Genève de couleur pourpre, sera exposé dans différents salons automobile avec trois couleurs différentes (pourpre, rouge et gris) et des intérieurs aussi différents (cuir noir, brun et blanc) jusqu'en 1971 date à laquelle la voiture sera vendue à Karl-Heinz Schuberth.

 


 

Cette Monteverdi Haï 450 SS changera plusieurs fois de mains. En 1980, elle est dans les mains du californien Norbert McNamera qui choisit une livrée cuivre métallique avec un intérieur beige. Dix ans plus tard, elle retrouve ses spécifications de 1970, peinture pourpre, intérieur blanc et apparait de cette façon au concours d'élégance de  Pebble-Beach 1989.  Elle est finalement achetée en 2000 par un propriétaire exigeant qui, en 2006, la fit à nouveau restaurer, aux mains d'Andy Palmer à Los Angeles, confirmant, ce faisant en sablant couche après couche de peinture, qu'elle avait successivement été « purple smoke » (fumée violette) sa couleur initiale, rouge et cuivre métallisé. Sagement et correctement il choisit de peindre la carrosserie mise à nu dans la couleur dans laquelle le monde la découvrit. «En préparant la voiture pour la peindre nous avons trouvé un fragment de peinture originale nous permettant d'obtenir la teinte exacte. » L'intérieur fut refait pointilleusement pour retrouver l'apparence du salon de Genève 1970. Présentée de nouveau à Pebble Beach en 2006, la Monteverdi couleur magenta d’origine se classe 3ième. Plus tard, elle sera exposée à Rétromobile en 2010 sur le stand Bonhams et vendue pour € 398,000. En 2012, chez Gooding & Company aux USA, elle est une nouvelle fois vendue, ce coup-ci à 577.500 US$...

 


 

Entre-temps, la marque Monteverdi n'avait pu survivre la crise de l'énergie des années 70 ainsi que les exigences quasi impossibles des normes américaines, sauf que Monteverdi reconvertit avec succès son entreprise dans la création de 4x4. La production finit par cesser en 1982 et l'usine devint le musée Monteverdi où sont exposés l’autre modèle de 1970 et les deux autres modèles construits au début des années 1990. Peter Monteverdi décéda en 1998.