Mini Superleggera Vision Concept (2014)

 

Publié par Philippe Baron le 30 mai 2014.

 

Chaque année au printemps, le concours d'élégance de la Villa d'Este en Italie sert d'écrin à de prestigieuses voitures anciennes mais aussi à d’éblouissants concepts. En 2014, BMW, partenaire de l’événement depuis quelques années, rend hommage au légendaire carrossier italien Touring en exposant le merveilleux Mini Superleggera Vision Concept qui réinterprète le mythe du roadster anglais. Nombreux sont les amateurs qui rêvent désormais d’un prolongement en série.

 

 

Depuis quelques années, le groupe BMW profite du concours d'élégance de la Villa d'Este pour rendre hommage à l'âge d'or de la carrosserie italienne. Ainsi, Zagato réinterprétait la Z4 en 2012 puis Pininfarina donnait sa vision du coupé de grand tourisme de luxe en 2013. Dirigée par le Hollandais Adrian van Hooydonk, l'équipe du design du groupe BMW a demandé pour 2014 au carrossier Touring, auteur notamment de l'Aston Martin DB4 mais aussi des Alfa Romeo Disco Volante, d’exercer son talent, non pas sur une carrosserie munichoise, mais sur une MINI.

 

 

Portant la signature Superleggera, symbole de la carrosserie Touring, le concept de la Villa d'Este prend la forme d'un élégant roadster minimaliste à la carrosserie Blu Como formée à la main de façon traditionnelle. Sa face avant renvoie indéniablement à la MINI actuelle, mais les flancs, la découpe de la porte et le traitement de la poupe s'inspirent des productions anglaises des années 1960. Le pare- brise est très incliné, façon Speedster et les feux arrière reprennent la forme de l'Union Jack, tandis qu’une dérive façon aileron de requin traverse le capot arrière dans la longueur. On peut remarquer que les lignes de ce roadster plaisir ne s'encombrent d'aucunes ornementations.

 

 

L'habitable très dépouillé renvoie aux formes simples avec un volant à la jante en cuir et deux sièges baquets en cuir pleine fleur. La planche de bord réalisée d'un seul bloc en aluminium poli accueille le cadran de compte-tours et compteur de vitesse face au conducteur, un grand écran d'informations intégrant la navigation GPS, le système de climatisation et la montre analogique. Respectant l'environnement, ce roadster fonctionne à l'électrique. 

 

 

Pour répondre aux élans d'enthousiasme déclenchés par ce roadster, Peter Schwarzenbauer, le patron de la marque Mini, a révélé que ce concept pourrait être produit en série en avançant même un tarif avoisinant les 35 000 euros. Si le concept abrite une motorisation électrique, sans doute un modèle de série adopterait-il une motorisation conventionnelle. L’arrivée d’un tel roadster au sein de la gamme du constructeur anglais constituerait une petite surprise et pourrait sans doute répondre à une attente.