MG MGA Coupe (1956-1962)

Photo : TobiasRauschenCom

 

Publié par Philippe Baron le 6 mai 2014.

 

Née roadster en juin 1955, la MGA succède à la génération du type T produit par la firme britannique MG depuis 1937. Dérivée d’un prototype conçu pour les 24 Heures du Mans, la MGA arbore des  lignes élégantes, fluides et modernes dessinées par Syd Enever. Lancée à un prix abordable, la MGA est très vite adoptée par une clientèle américaine qui, à elle-seule, absorbera les 80 % de la production. Dès septembre 1956, le succès des ventes de hardtop par des accessoiristes indépendants, incite MG à produire une version coupé du roadster.


Photo : George Woodward

 

Après-guerre, MG était passée sous contrôle de la firme British Motor Corporation. Cependant la firme d’Abingdon n’était pas la priorité pour le président Leonard Lord qui, après une alliance avec Donald Healey pour l’Austin Healey, ne valida le lancement de la nouvelle MGA qu'en 1954. En 10 mois, l'équipe technique va concevoir la nouvelle voiture en s'appuyant sur les travaux menés depuis 1950 par le styliste et futur ingénieur en chef, Sydney Enever, auteur pour les 24 Heures du Mans de 1951 et 1952 d’un prototype UMG 400, basé sur la MG TD. Un nouveau châssis séparé est adopté, plus large et surbaissé, rigidifié notamment grâce à un arceau d’auvent caissonné. L’essieu arrière est rigide et la suspension avant est montée sur pivots avec des amortisseurs à leviers faisant office de triangles supérieurs. Initialement elle est équipée de 4 freins à tambours hydrauliques.


Photo : The Gaz

 

Pour la motorisation, est repris le moteur B-Series de la berline Austin Magnette de 1953. Ce quatre-cylindres culbuté de 1 489 cm3 voit son taux de compression augmenté pour délivrer 68 ch, puis 72 ch pour l’année modèle 1958. L'été 1959, le moteur culbuté est remplacé par la version Twin Cam d’une cylindrée de 1 588 cm3 pour une puissance de 110 ch. Equipée de freins à disques Dunlop sur les quatre roues, cette MGA brille en compétition mais la fragilité de sa mécanique contrait MG à revenir dès 1960 au moteur B-Series 1 622 cm3 de 79 ch, puis de 90 ch en 1962. Les freins à disques seront conservés à l’avant mais les tambours réintégreront les moyeux arrière.


 

La MGA Coupé répondait à une demande d’une partie de la clientèle. Avec un toit rigide et une large lunette arrière en trois parties, ce coupé ne manquait pas d’élégance. Contrairement au roadster, il disposait de vitres latérales, de poignées aux portes et d’un déflecteur. Son prix enregistrait un surcoût de 16 % par rapport au cabriolet. Il ne sera produit qu’à 9 888 exemplaires soit seulement un peu plus de 9% de la totalité des 101 321 MGA produites entre 1955 à 1962. 


Photo :Jager McConnell