Mercedes-Benz W 196 R (1954)

Photos : Bonhams

 

Publié par Philippe Baron le 26 juillet 2013.

 

La monoplace W 196 R signa magistralement le retour de Mercedes en compétition en 1954 en remportant le championnat du monde de F1 avec Juan-Manuel Fangio au volant. Le 12 juillet 2013, lors de la vente réalisée par la maison Bonhams à Goodwood en Angleterre, elle est devenue l’auto la plus chère du monde jamais vendue avec une enchère record de 22 701 860 €. 

 

 

En 1939, Mercedes avait quitté la compétition, mais ses dirigeants souhaitèrent y revenir en 1954 avec pour ambition de remporter à la fois le championnat du monde de F1 et celui des rallyes. L’objectif sera doublement atteint avec une domination écrasante aussi bien sur route que sur circuit. La W 196 R vendue aux enchères s’est imposée au Grand Prix de Suisse et au Grand Prix d’Allemagne. Ces victoires ont permis à Juan-Manuel Fangio de remporter son deuxième titre de champion du monde des pilotes. Il avait lui-même imposé cette carrosserie laissant les roues apparentes en prévision du Nürburgring, alors qu’à Reims et Silverstone, il avait couru avec une carrosserie enveloppante. 

 

 

Sur les 14 W 196 R construites, 3 furent carrossées en laissant les roues apparentes. La W 196 est animée par un 8-cylindres en ligne de 2.5 l à injection. Les 4 roues sont indépendantes et la monoplace est équipée de 4 tambours in-bord et d’un châssis multitubulaire. Après sa dernière course à Monza en 1955, la W 196 R châssis 00006/54 fut conservée par Mercedes pour tester des pneus sur son circuit d’essais d’Untertürkheim.  La Mercedes W 196 R bat ainsi le record de l’ancienne enchère alors détenue par la Ferrari Testa Rossa depuis août 2011 pour seulement … 10.7 millions d’euros !