Mercedes-Benz Classe S (W 116) (1972-1980)

 

Publié par Philippe Baron le 12 juin 2015.

 

Pour remplacer ses 280 S, SE et 300 SEL, Mercedes travailla séparément puis simultanément sur les moteurs, les carrosseries et les suspensions grâce aux différents prototypes étudiés, que ce soit le coupé C 111 ou les deux véhicules expérimentaux de sécurité ESF 05 et ESF 13. La synthèse et le résultat de ces recherches ont donné naissance à cette nouvelle série de modèles, au code interne W 116, que Daimler Benz a répertoriée sous le nom de Classe S (Sonderklasse – Classe Spéciale) et qui groupe, sous une même carrosserie,  les berlines 280, 350 et 450 dans leur déclinaison SE et SEL. Les premiers modèles de cette nouvelle gamme, étendue et diversifiée, sont présentés en 1972. 

 

 

Les carrosseries des séries S, tout en restant assez proches de leurs devancières W 108, s’en distinguent par une ceinture de caisse moins haute, par un avant affiné où figurent une large prise d’air et, aussi bien à l’avant comme à l’arrière, par les groupes optiques des 350 SL. En ce qui concerne les éléments arrière, ceux-ci  possèdent des cannelures horizontales destinées à éviter qu’ils ne se salissent trop facilement. Un détail comme d’autres qui met l’accent sur une recherche axée tout entière vers une sécurité optimale. La calandre, beaucoup plus plate que les anciennes, est, bien entendu, toujours surmontée de l’étoile à trois branches et toujours solidaire du capot qui s’ouvre dans le sens de la marche mais possède deux crochets de sécurité. 

 

Photos : Thierry Vincent

 

L’empattement a été allongé de 11.5 cm pour une longueur hors tout (4.96 m) très sensiblement supérieures aux anciennes versions (6 cm). A l’intérieur, la commande de boîte de vitesses est disponible au volant comme au plancher. Les ceintures de sécurité sont équipées d’enrouleurs logés dans chaque montant central, un dispositif qui à l’époque ne pouvait que vous inciter à vous sangler. Le verrouillage simultané des 4 portières est très apprécié, au même titre que le rétroviseur extérieur commandé à partir de l’habitacle. 

 

Mercedes-Benz 450 SEL

 

Sur la base du 6-cylindres existant, Mercedes a réétudié pour la 280 SE un groupe avec culasse à double arbre à cames en tête entraînés par chaîne. L’alimentation est assurée par une pompe à injection Bosch à commande électronique. L’allumage, lui, est transistoré. Avec 185 ch DIN pour 2 800 cm3, la puissance est obtenue par un régime maximal de rotation assez bas puisque ne dépassant pas 6 000 tr/mn. Dans son essai de la voiture en 1973, Etienne Moity de l’Automobile écrit : « Nous avons couvert plusieurs kilomètres sur l’autoroute à 207 km/h avec deux personnes à bord, avec un vent légèrement favorable de trois quart arrière. La consommation à ces vitesses, reste très normale puisque, sur les 150 km couverts à plus de 180 km/h de moyenne, nous n’avons pas dépassé les 23 litres. »

 

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 (W116)
Mercedes-Benz 280 S (W116)
Mercedes-Benz S-Klasse (W116)

 

En conclusion de son essai, Etienne Moity écrit : « Si l’on achète toujours une Benz pour son étoile, aujourd’hui elle scintille davantage. Elle vient de franchir un échelon techniquement important dans le firmament actuel de la production, basé principalement sur un critère, vital aujourd’hui, celui de la sécurité. Cette série S possède des qualités qu’une équipe de techniciens, placée sous la direction de l’ingénieur Ulhenhaut (dont la retraite coïncida précisément avec le lancement de la gamme) a su mettre en valeur après les longs travaux exécutés sur divers prototypes. La carrosserie est dotée d’un train avant intelligemment conçu qui, presqu’à lui seul, conditionne les qualités essentielles : confort, tenue de route, direction et freinage. Son prix est certes trop élevé, voiture conçue pour une minorité, même si, déjà, les carnets de commandes sont saturés avec plus de douze mois de délais outre-Rhin. Cette technique que Mercedes a maîtrisée, on la retrouvera un jour, sur des modèles plus démocratiques. Ainsi va le progrès. On se souviendra alors de la Série S ! ». Produite jusqu’en 1980 à 473 035 unités, la W116 a été suivie par la W126 Classe S présentée dès 1979. 

 

Mercedes-Benz 350 SE (W116)
Mercedes-Benz 450 SEL (W116)