Mercedes-Benz Classe C (1993-2000)

 

Publié par Philippe Baron le 27 septembre 2016.

 

Lancée en France le 16 juin 1993, la Mercedes-Benz Classe C fait mieux que succéder à la 190 en étendant la gamme vers le bas comme vers le haut. Son prix raisonnable et compétitif, son image jeune et rassurante ainsi que la variété de ses présentations la rendent très populaire, de quoi devenir rapidement la Mercedes-Benz la plus vendue dans le monde entier. 

 

 

Modèle inédit, la Classe C Type W 202 n’est pas plus longue que la 190 qu’elle remplace (4.48 m au lieu de 4.45 m) et offre une faible augmentation de l’habitabilité arrière à cause d’un accroissement limité de l’empattement (+2.5 cm). Toutefois, l’impression globale à bord des nouvelles « petites » Mercedes tranche résolument avec l’ancienne 190. Le constructeur de Stuttgart n’a pas hésité à déroger à une règle toute germanique : ses intérieurs ne sont plus lugubres dès le modèle de base Classique.

 

Mercedes-Benz C 36 AMG

 

Il suffit par exemple d’opter pour le pack Esprit pour bénéficier de selleries de couleurs vives (bleue, rouge…) et de la banquette arrière fractionnable ou alors plus raffiné avec le pack Elegance cossu et douillé avec son volant cuir, ses boiseries au tableau de bord et sur les portes, ses chromes des poignées de portes et de coffre, ses baguettes latérales et de pare-chocs, ses enjoliveurs de roues. Le pack Sport propose des roues alliage avec pneus 205/60-15, des suspensions abaissées et affermies, des sièges sport et un intérieur avec insert d’aluminium. Car, c’est nouveau, Mercedes propose une seule version de base (Classique) avec chacune des motorisations, sur laquelle on peut indifféremment greffer l’un des trois packs suscités.

 

Mercedes-Benz C 250 Turbodiesel

 

Techniquement, la Classe C apporte son lot d’inédits avec des motorisations à quatre soupapes par cylindre (diesels compris) sauf le petit 2 litres de 75 ch. L’équipement est très riche puisque toutes les versions disposent d’un airbag conducteur, d’un ABS, des vitres et rétroviseurs électriques, des vitres teintées, d’un compte-tours, du siège conducteur réglable en hauteur, du verrouillage centralisé et d’une direction assistée. 

 

Mercedes-Benz C230 Kompressor

 

La gamme C comprend en essence la C180 4-cylindres de 122 ch, la C200 4-cylindres 2.0 136 ch, la C220 4-cylindres 2.0 136 ch et 2.2 de 150 ch, en 1996 la C230 4-cylindres 2.3 de 150 ch peu après la C230 Kompressor 2.3 de 193 ch, la C240 V6 2.4 170 ch en 1997, C280 V6 2.8 de 193 ch puis en 1997 de 197 ch. 

 

Mercedes-Benz C 240

 

En diesel, la C 250 D de 113 ch, puis en septembre 1993 la C 220 D diesel 95 ch et en janvier 1994 la C 200 D de 75 ch. En 1995, la C250 TD rejoint la gamme avec son 5-cylindres en ligne turbocompressé 2.5 l et 150 ch. Version exclusive et fort performante, la C AMG est disponible en essence 6-cylindres en ligne en juin 1994 avec 280 ch que sur base moteur de 3.6 litres. Par la suite en 1997, elle sera dopée par un 4.3 V8 de 306 ch et 5.4 l 347 ch en 1998.

 

Mercedes-Benz C280

 

La gamme est complétée par la C Break en juin 1996. Les berlines 180, 220 D et 250 TD existent maintenant avec transmission longue, ce qui leur permet de descendre à 7 au lieu de 8 CV. Après un restylage en juillet 1997, les nouveaux moteurs V6 2.4 l et 2.8 l font leur apparition en septembre 1997 puis la C 220 CDi  4-cylindres de 102 ou 125 ch en février 1998. La Classe C type W202 laisse place à la nouvelle génération W203 en 2000 après une production établie à 1 870 021 exemplaires.