Lotus Europe/Europa (1966-1975)

1974 Lotus Europa Special - Photo : Stijn Sioen

 

Publié par Philippe Baron le 26 décembre 2015.

 

En 1963, Ron Hickman est chargé par Lotus de créer une GT propulsée par un moteur Ford et capable de battre Ferrari sur le circuit du Mans. Il esquisse également les plans d’une voiture de course légère à moteur central. Colin Chapman, le patron de Lotus, ne remporte pas le contrat, mais, séduit par les croquis d’Hickman, décide d’en produire une version de route à petite échelle. Ainsi, naît en 1966 l’Europe.

 

1968 Lotus Europe - Photo : BodyBentley

 

À l'origine, le modèle, qui donnera l'Europe Type 43, est donc conçu pour répondre à la recherche par Ford - dès 1963 - d'un projet de sport-prototype « clé en mains » qu'il compte aligner pour renverser la suprématie de Ferrari en compétition sur le continent européen, avec évidemment des visées de marketing et de commerce. Sur les rangs, se positionne Colin Chapman dont ses Lotus de l'époque sont propulsées par des blocs Ford modifiés. Finalement, Ford choisit la Lola Mk6 GT, conçue déjà à trois exemplaires par Eric Broadley autour d'un Ford V8 et dessinée par John Frayling, modèle qui servira de base à la future Ford GT40 destinée à courir dès la saison prochaine. Dépité, Colin Chapman, dont le projet en est encore à la planche à dessin, décide de le convertir en une voiture de sport légère et peu coûteuse, capable de remplacer la Lotus Seven.

 

1968 Lotus Europe S2 - Photos : Bonhams

 

Présentée le 26 décembre 1966, l’Europe est la première voiture de sport britannique à moteur central. Il s’agit aussi du premier modèle de Lotus proposé en kit. Les hauts contreforts qui entourent le compartiment moteur arrière permettent de réduire son coefficient aérodynamique à un Cx de seulement 0.29. La carrosserie moulée en polyester, due à John Frayling, est très futuriste et originale tout en étant proche des prototypes d’Hickman, conférant à l'auto une allure de modèle de course, avec sa très faible hauteur et son profilage exceptionnel.

 

 

Un accord est conclu entre Chapman et les dirigeants de Renault pour la fourniture du « moteur Cléon-Alu » 4-cylindres de 1 558 cm3, ainsi que la boîte d'origine Renault 16, la puissance étant légèrement augmentée à 82 chevaux et la vitesse maximale à 175 km/h. La structure est de type poutre centrale en acier en « Y » avec, dans la première version, une carrosserie en fibre de verre incorporant le châssis, la coque participant donc à la rigidité. Avec une suspension directement dérivée des modèles Lotus de compétition, et un centre de gravité extrêmement bas, le résultat en tenue de route est excellent. Le modèle dérivé pour la course (Type 47) s'adjuge d'ailleurs les deux premières places à sa première compétition à Brands Hatch. 

 

1973 Lotus Europa Special (Type 74)

 

L'Europe, stricte deux places, évolue quelques mois plus tard en Série 1A qui comporte quelques modifications (vitres démontables avec déflecteurs fixe, tableau de bord bois, notamment), puis 1B (nouveaux feux et jupe arrières), puis Série 2 (Type 54) en juillet 1967 avec châssis séparé, mieux équipée et mieux finie avec tableau de bord en bois véritable, sièges réglables, moquettes et vitres électriques.

 

1973 Lotus Europa Special (Type 74)

 

Dès 1968, Lotus travaille à l’adaptation du Ford 105 ch de l’Elan. En 1971, ce groupe supplante définitivement le Renault et la Lotus est alors rebaptisée Europa. Deux ans plus tard, elle devient Europa TC (Twin Cam) en recevant le moteur « big valve » 126 ch de la Lotus Elan Sprint, accouplé à la boîte Renault 365 à cinq rapports. Les derniers exemplaires d’une production totale, tous types confondus, de 9 230 véhicules seront fabriqués en 1975.