Lincoln Continental (1961-1969)

 

Publié par Philippe Baron le 20 juin 2014.

 

Après les excès stylistiques de la précédente série correspondant à l’esthétique « Space Age » de la fin des années cinquante, Lincoln présente en 1961 une nouvelle Continental, élégante et épurée, aux formes résolument strictes et anguleuses. Ce design novateur pour l’époque incitera le nouveau président américain John Fitzgerald Kennedy à s’en faire livrer une version allongée qui, le 22 novembre 1963, l’emmènera vers une funeste destinée. 

 

 

Complétement redessinée par Elwood Engel, la quatrième génération de Lincoln Continental donna le ton de l’esthétique de la décennie. Sur empattement de 313 cm, longue de 5.30 m, soit 50 cm de moins que la série précédente, la Lincoln, sobre et élégante, fut proposée sous la forme d’une conduite intérieure et d’une décapotable quatre portes munie d’un toit électrique dont les portes arrière dites « suicide doors » s’ouvraient à l’arrière. L’ouverture antagoniste des portières était alors un détail passé de mode après la guerre. Compacte à la silhouette pourtant bien imposante, la Continental offrait des flancs aux courbures douces surmontés par une ligne d’aile à angle vif revêtue d’un habillage de chrome courant sur toute la longueur de la voiture. Les doubles phares étaient montés en retrait à chaque extrémité de la grille de calandre horizontale, tandis que l’étroitesse des montants de pare-brise et le dessin du toit donnait à la voiture un habitacle intime, aéré et lumineux.

 

 

Un volume de ventes de 25 000 unités dès la première année replaça Lincoln en tête du segment du luxe devant Imperial. Le style de cette Lincoln en fit instantanément une classique et demeura inchangé pendant presque toute la décennie à l’exception du motif de la grille et d’un allongement d’empattement à 320 cm en 1964.

 

1966 Lincoln Continental Convertible - Photos : Goodman Reed Motorcars

 

La Continental, nom apparu pour la première fois en 1939 pour désigner les versions les plus chères, les plus exclusives et les plus raffinées, profitait du plus gros V8 de la production américaine, un 6.6 litres de 300 ch avec un couple atteignant 63 mkg à 2 600 tr/min, alimenté par un carburateur Carter quadruple corps et couplé à une boîte automatique à 3 vitesses. Il permettait à cette voiture de près de 2.5 tonnes d’atteindre 180 km/h en vitesse de pointe et le 0 à 100 km/h en 12.5 secondes.

 

Photo : Jowen Smith

L’agence chargée de la protection de la présidence américaine acheta une Continental à toit ouvert, celle-là même dans laquelle John F.Kennedy prendrait place le jour de son assassinat en 1963 à Dallas. Cette voiture fut ensuite équipée d’un blindage pare-balles et d’un toit fixe et continua à être utilisée par la présidence. Elle se trouve aujourd’hui au musée Ford à Dearborn, dans le Michigan.


 

En 1966, une Continental deux portes compléta la gamme et le moteur V8 fut porté à 7.6 litres et 340 ch.  Contrairement à la plupart des voitures américaines de l’époque, qui avaient un cycle de vie plutôt court, cette Lincoln Continental de quatrième génération fut produite jusqu’en 1969 et se vendit à 267 266 exemplaires. Sa remplaçante, la Mark III, se distinguera par ses projecteurs éclipsables et un traitement du couvercle de coffre intégrant la roue de secours.

 

1962 Lincoln Continental Sedan