Land Rover Range Rover (1970-1994)

 

Publié par Philippe Baron le 30 janvier 2015.

 

En 1970, la Range Rover, héritière de toute l’expérience de Rover accumulée avec la Land Rover depuis 1948, crée la catégorie des tout-terrains de luxe et marque de son sceau le développement des SUV (Sport Utility Vehicle). Le modèle originel, connu maintenant sous le nom de « Classic », réunissait pour la première fois deux véhicules en un : voiture haut de gamme pour rouler au quotidien et véhicule de loisirs à même de sillonner aussi bien les autoroutes que les terrains les plus inhospitaliers de la planète.

 

 

L’histoire à succès de la Range Rover est à mettre au crédit de l’ingénieur Charles Spencer « Spen » King, le visionnaire, à qui l’on doit l’idée d’allier le confort et les performances routières d’une berline Rover avec les aptitudes tout-terrain d’une Land Rover. Personne ne l’avait fait jusqu’alors. Dans le courant des années 1960, les ingénieurs de Rover se rendirent aux Etats-Unis où se développait clairement un marché de 4x4 de loisir. A cette époque, rares étaient alors les modèles offrant une grande capacité de chargement. Les Jeep Wagoneer, Ford Bronco et autres International Harvester Scout étaient des breaks spacieux et faciles à conduire, équipés de la traction intégrale enclenchable pour de meilleures performances en tout-terrain, et des moteurs puissants leur garantissaient des performances acceptables sur route. En Europe, il n’existait aucun véhicule de ce type. Les ingénieurs de Land Rover évaluèrent en détail ces véhicules américains. Toutefois, dans le tout-terrain, ils étaient très loin d’offrir les performances d’une Land Rover tandis que sur route le niveau de confort et de raffinement ne supportait guère la comparaison avec celui d’une berline conventionnelle.

 

 

Charles Spencer King : « La Range Rover avait pour objectif d’assurer des performances élevées tant dans le tout-terrain que sur route. J’étais intimement persuadé qu’il devait être possible de concevoir un véhicule nettement plus confortable qu’une Land Rover sans pour autant sacrifier ses aptitudes en tout-terrain. Puis le moteur V8 acheté par Rover à la division Buick de General Motors a fait son apparition, dès lors rien ni personne ne pouvait nous empêcher de mener à bien notre entreprise. »

 

 

Les travaux de conception du premier prototype Range Rover, baptisé ultérieurement le « break avec un empattement de 100 pouces », débutèrent en 1966. « Il s’annonçait comme un véhicule de loisirs premium, mais pas comme un authentique véhicule de luxe, se souvient Geof Miller, l’ancien ingénieur en chef du projet. Il se voulait également avant-gardiste sur le plan technique. "Spen" était convaincu que ce véhicule devait être équipé de ressorts hélicoïdaux à l’avant comme à l’arrière, pour garantir un plus grand confort. Or, aucun autre 4x4 n’en avait jamais été pourvu jusqu’alors. Il devait disposer d’une suspension à long débattement pour un maximum de souplesse dans le tout-terrain.» La Range Rover originelle possédait encore d’autres innovations techniques : ce fut le premier véhicule produit en grande série à comporter une carrosserie entièrement en aluminium (le capot prévu en aluminium sera par la suite remplacé par de la tôle d’acier moins déformable), une traction intégrale permanente, ainsi que des freins à disque sur les quatre roues.

 

 

La Range Rover fut présentée à la presse internationale le 17 juin 1970 dans les Cornouailles à l’extrémité sud-ouest de l’Angleterre avec des essais tout-terrain dans des mines d’étain à proximité de St Agnes. La Range Rover était présentée comme « le véhicule le plus polyvalent au monde alliant le confort d’une voiture particulière avec la robustesse et les aptitudes tout-terrain d’une Land Rover à traction intégrale ». A ses débuts, la Range Rover ne possédait que deux portes et ne proposait pas de boîte de vitesses automatique. Il fallut attendre 1981 avant de voir apparaître une version 4 portes de série. Une année plus tard apparut l’option boîte automatique. Ces deux conditions devaient être impérativement réunies pour garantir le succès de la Range Rover sur le marché américain où les ventes débutèrent en 1987.

 

 

Au début, dans les années 1970, la Range Rover n’évolua que fort peu, mais pendant les années 1980, le développement de la Range Rover allait s’accélérer, principalement pour valoriser encore plus son caractère luxueux. Son habitacle a régulièrement fait l’objet de perfectionnements. La Range Rover se para ainsi de moquette, d’une sellerie cuir et de boiseries, si bien qu’elle devint une alternative sérieuse aux berlines de luxe. Le V8 aluminium vit sa cylindrée passer de 3,5 litres à 3,9 litres en 1989, puis à 4,2 litres en 1992, gagnant ainsi en performances et en raffinement. A partir de 1990, la Range Rover fut le premier SUV à être doté de l’ABS. La boîte automatique à trois rapports qui apparue en 1982 céda sa place en 1985 à une boîte ZF à quatre rapports plus souple et plus performante. Une version appelée LSE à empattement long équipée d’une suspension électronique réglable en hauteur fit son apparition en 1992 ; cette suspension était également proposée en option sur la version « normale » comportant l’empattement de 100 pouces.

 

 

La Range Rover doit essentiellement ses qualités routières hors pair et son exceptionnelle aptitude tout-terrain au long débattement de ses ressorts hélicoïdaux qui garantissent par ailleurs une excellente articulation des essieux, un avantage de taille pour le tout-terrain. Le train arrière est doté d’un correcteur d’assiette automatique destiné à garantir une parfaite tenue de route et un excellent confort de conduite indépendamment de la charge, tout en offrant une impressionnante capacité de remorquage. La Range Rover fut également le premier véhicule tout-terrain à recevoir des freins à disque sur les quatre roues pour une puissance de freinage accrue à vitesse élevée. Ce type de freins s’avéra nécessaire du fait même des performances exceptionnelles de ce véhicule : avec sa vitesse maximale de 155 km/h et ses puissantes accélérations.

 

 

La force de la Range Rover provient de son V8 de 3,5 litres léger, puissant et coupleux, caractérisé par une mécanique d’une grande simplicité. Il est accouplé à une boîte de vitesses manuelle à quatre rapports, lesquels sont en fait doublés grâce à une boîte de transfert. Un différentiel central assure à la Range Rover une transmission intégrale permanente ce qui représente aussi une innovation importante pour l’époque. La transmission intégrale permanente répartit uniformément le couple entre l’avant et l’arrière et permet d’adopter des essieux plus légers, ce qui représente un avantage appréciable.

 

 

La Range Rover fut l’un des premiers véhicules haut de gamme à proposer une motorisation diesel. Dans ce but, le constructeur britannique fit appel à un moteur VM, le spécialiste italien du diesel. Ce bloc de 2,4 litres ne brillait certes pas par ses performances– il lui fallait notamment plus de 18 secondes pour abattre le 0 à 100 km/h – il parvint toutefois, lors de sa commercialisation en 1986, à conquérir des clients sur le continent européen où les motorisations diesel connaissaient un franc succès. 

 

 

La Range Rover fut le premier 4x4 au monde à être doté de l’ABS. Les ingénieurs de la marque ont travaillé durant cinq ans à l’élaboration d’un système ABS opérationnel pour le tout-terrain. Ils rencontrèrent notamment des difficultés sur les surfaces glissantes et très inégales. Mais ils finirent par trouver une solution et l’ABS fut monté de série sur la version haut de gamme du millésime 1989, et en option sur les niveaux inférieurs.

 

 

La Range Rover ne mise pas uniquement sur ses qualités mécaniques exceptionnelles pour garantir un excellent niveau de motricité. Dans la catégorie des 4x4, ce modèle a également fait œuvre de pionnier dans le domaine des systèmes de régulation électroniques. C’est ainsi qu’en 1992, la Range Rover Classic fut le premier 4x4 à recevoir le dispositif de contrôle de motricité électronique ETC. D’abord disponible uniquement sur le train arrière, il fut bientôt étendu aux quatre roues. En 1992 la Range Rover Classic a été le premier 4x4 à recevoir une suspension pneumatique électronique automatique (EAS) qui comportait cinq niveaux de régulation. 

 

1980 Range Rover Classic - Photo : Vidar Eriksen

 

Le châssis de la première Range Rover comporte un robuste châssis en caisson d’aluminium. Tous ses panneaux de carrosserie sont en aluminium à l’exception du capot moteur et du hayon. La grande majorité des voitures utilise pour la carrosserie des composants en acier. Mais l’aluminium offre de nombreux avantages. Non seulement il est plus léger et résiste mieux à la corrosion, mais il est aussi plus durable et plus facile à recycler. Chez Land Rover, l’aluminium s’inscrit dans une longue tradition qui remonte à la fondation de l’entreprise en 1948. A cette époque, pour la construction de l’ancêtre de la Land Rover, l’aluminium fut utilisé en masse non seulement en raison des avantages que présente ce matériau, mais aussi parce qu’après la guerre il était plus facilement disponible que l’acier.

 

Photo : BatteredRangey

 

Un véhicule tout-terrain comme la Range Rover est souvent considéré comme un « tout-terrain urbain». Pour mieux définir son image, très tôt de nombreuses activités ont été déployées pour mettre en valeur ses aptitudes tout-terrain. La Range Rover a été soumise à un programme impitoyable : il lui a fallu traverser des déserts, escalader des montagnes, traverser des cours d’eau et partir à l’assaut de marécages. Car en fin de compte, pour la Range Rover, des exigences en termes de luxe et l’esprit d’aventure ne sont aucunement antagonistes, mais plutôt les deux faces d’une même médaille.

 

Photo : BatteredRangey

 

Dans le sport automobile, une Range Rover spécialement modifiée pilotée par l’équipage français Alain Génestier et Joseph Terbiaut a remporté le premier rallye Paris-Dakar en 1979. Nouvelle victoire d’une Range Rover en 1981. En 1972, la Range Rover avait déjà été le tout premier véhicule à traverser la province de Darién lors d’une expédition de l’Armée Britannique à travers tout le continent américain. Une Range Rover a remporté le marathon Londres-Sydney en 1977 dans la catégorie 4x4, de cette épreuve impitoyable de 30’000 km, considérée comme le plus long rallye de vitesse de tous les temps. La Range Rover est associée à de nombreux records de vitesses. Ainsi, en 1985, une Range Rover à moteur diesel décrocha 27 records de vitesse, dont celui du premier diesel à avoir roulé à plus de 100 mph (161 km/h) de moyenne pendant 24 heures. La Range Rover participa aussi au Camel Trophy, une épreuve sportive faisant la part belle à l’aventure et à l’exploration. Des Range Rover furent engagées lors des éditions 1981, 1982 et 1987. L’édition de 1981 traversait l’île indonésienne de Sumatra, mettant aux prises les participants avec la jungle tropicale, l’édition de 1982 se déroula, quant à elle, en Papouasie Nouvelle Guinée, tandis que celle de 1987 – dans laquelle étaient engagés des nouveaux modèles à moteur Diesel VM – donna lieu à la première traversée nord-sud de Madagascar par des véhicules, un périple de plus de 2’200 km. 

 

Photo : 89RangeRoverClassic

 

Juste après son lancement en 1970, la Range Rover a été considérée comme une icône en matière de design. Une maquette fidèle à l’original a été exposée au Louvre à Paris dans le cadre d’une exposition destinée à souligner l’influence que le design et les designers exerçaient sur le style de vie britannique. 24 ans plus tard, la Range Rover est toujours là, devenue la référence en matière de tout-terrain, celle que l’on imite et copie. La première génération de Range Rover tire sa révérence après 317 615 exemplaires produits pour laisser place à la Range Rover 2 lancée le 28 septembre 1994.

 

Photos : 89RangeRoverClassic