Lancia Gamma (1976-1984)

 

Publié par Philippe Baron le 20 mars 2014.

 

En 1976, au Salon de Genève, Lancia présente la Gamma Coupé et la Gamma Berline. Le nom Gamma provient bien évidemment de l’alphabet grec selon l’antique tradition Lancia mais il est également repris d’un modèle des années 1900. Avec ces deux modèles signés Pininfarina, Lancia a l’intention de célébrer les 70 ans écoulés depuis sa fondation. 

 

 

 

La berline est dérivée d'un ancien projet de Pininfarina pour BMC, la 1800 Berlina Aerodinamica, sortie au salon de Turin de 1967 qui a inspiré entre autres les Citroën GS et Citroën CX. À l'origine Fiat n'avait prévu qu'une berline et le prototype du coupé n'était qu'un exercice de style de Pininfarina, différent esthétiquement de la berline. Mais devant l'accueil du public, il sera commercialisé.



1981 Lancia Gamma - Photos : Silverstone Auctions

 

Le coupé, qui interprète de façon optimale le style fluide Pininfarina de ces années 1970, est tracé d’après des résultats d’études effectuées dans la soufflerie : la forme est moderne, légère et fuyante, avec un capot légèrement plongeant et un effet d’arc-boutant au niveau des panneaux de custode. Une bande de caoutchouc garnit la moulure en creux qui court sur toute la longueur des flancs, tandis que le pavillon présente un simulacre d’arceau de sécurité à l’arrière du toit.

 


 

L’habitabilité, malgré un raccourcissement de l’empattement de 120 mm par rapport à la berline, est suffisante pour cinq personnes L’intérieur est très soigné et, de série, le modèle offre l’air conditionné, les glaces électriques et les rétroviseurs à réglage électrique. 

 


 

Le moteur qui comporte un arbre à cames en tête par culasse est un 4-cylindres opposés à plat tout en aluminium. Les motorisations comprennent un 1 999 cm3 de 120 ch (version 2000) ou 2 484 cm3 de 140 ch (version 2500), deux groupes caractérisés par leur grande souplesse. L’alimentation est assurée par un carburateur à double corps et l’injection ne sera proposée que sur la dernière série sur le moteur 2 484 cm3. Les performances sont brillantes, malgré un poids de 1 200 kg qui les pénalisent : 185 km/h pour la 2000 et 195 km/h pour la 2500. En 1980, la deuxième série présente quelques retouches esthétiques telles que l’adoption d’une grille de calandre d’un dessin nouveau repris sur la Lancia Delta, et une planche de bord et une instrumentation complétement redessinées.

 


 

Les Lancia Gamma, naissant cependant lors d’une période encore marquée par une crise pétrolière qui en limite le succès, ont été produites à un peu plus de 15 000 exemplaires pour la berline et presque 7 000 pour le coupé. L'élégant coupé a servi de base à trois prototypes de salon dessinés par Pininfarina eux aussi : Spider (coupé à toit amovible, 1978), Scala (berline 4 portes, 1980) et Olgiata (break de chasse à trois portes, 1982).