Lancia Delta (1979-2000)

 

Publié par Philippe Baron le 19 septembre 2016.

 

Dessinée par Giorgetto Giugiaro, la Lancia Delta fait sensation lors de sa présentation officielle au Salon de Francfort 1979. Elle plaît au public et à la critique au point de remporter en 1980 le titre prestigieux de ‘Voiture de l’année’ décerné par 52 journalistes spécialisés européens. La Delta permet la relance de Lancia en termes de vente et d’image au début des années 1980 mais aussi de signer des résultats époustouflants en compétition.

 

 

Lignes droites et tendues, formes géométriques typiques des voitures dessinées par Giugiaro à l’époque (comme le hayon arrière déjà vu sur la Volkswagen Golf dont il est aussi l’auteur), la Delta séduit par les proportions de ses volumes et sa modernité. Y participent les finitions chromées qui introduisent une certaine élégance et qui s’harmonisent bien avec quelques autres éléments comme les boucliers en résine synthétique dans la teinte de la caisse.

 

 

La Delta est agile et nerveuse. Les moteurs sont ceux de la Fiat Ritmo, sortie l’année précédente, mais revus au niveau de l’alimentation et de l’échappement avec un gain d’environ 10 ch. Le 1300 cm3 délivre 75 ch, tandis que la 1500 cm3 affiche 85 ch. A la première version succèdent en 1982, la LX 1300 et la LX 1500, plus raffinées et mieux finies. En 1983, la Delta bénéficie de nouvelles finitions avant l’arrivée de la version double arbre dérivée de la Lancia Beta 1600 de 1 585 cm3 et 105 ch appelée GT1600 qui précède la première des versions suralimentées par turbo, la HF Turbo de 130 ch. Cette HF Turbo de juin 1983 se distingue extérieurement par l’apposition du logo HF qui rappelle les exploits de la Squadra Corse Lancia en rallye et sur les circuits mondiaux et par le montage en option de roues à huit trous d’un style plus sportif. 

 

Lancia Delta GT 1600
Lancia Delta HF turbo

 

La Delta S4, née en 1985 pour usage exclusif en compétition, est ensuite construite en version routière. Ce modèle très moderne est l’expression d’une technologie d’avant-garde à l’époque dans le monde de la compétition automobile. Le moteur central arrière a deux systèmes de suralimentation : un turbo-compresseur et un souffleur volumétrique, technique d’une absolue nouveauté à laquelle s’ajoutent les quatre roues motrices. La cylindrée de ce 4-cylindres 16 soupapes préparé par Abarth est de 1 759 cm3 avec environ 400 ch à 8 000 tr/mn sur la version courte, réduite à 250 ch à 6 750 cm3 sur la version route. On trouve donc deux échangeurs de chaleur air-air et un système d’injection très élaboré dû à Magneti Marelli avec contrôle de l’injection et de l’allumage. La transmission est intégrale grâce à un différentiel central outre un différentiel sur chaque train. La caisse d’un style agressif est réalisée en matériau composite. 200 exemplaires sont construits de 1985 à 1987 pour obtenir l’homologation en Rallye Groupe B. La S4 gagne dès sa première sortie au Rallye d’Angleterre où elle prend les deux premières places au général et triomphe encore jusqu’en 1986, année de l’abolition du Groupe B.

 

Lancia Delta S4 Stradale

 

La Lancia Delta HF4WD apparaît en 1986 après cinq ans d’études. Elle reçoit le même moteur deux litres de 165 ch qui équipe la Fiat Croma Turbo.ie et la Lancia Thema. La transmission intégrale permanente est assurée par un visco-coupleur central tandis que le différentiel arrière est un Torsen autobloquant. Les freins sont à disque sur les quatre roues (autoventilés à l’arrière). Sur le plan esthétique, elle se distingue par ses deux projecteurs ronds jumelés et par la touche sportive de l’intérieur et du tableau d’instruments.

 

Lancia Delta HF 4WD

 

Fin 1987, son évolution est la HF Integrale dotée d’un nouveau turbocompresseur Garrett T3 qui élève le couple et le rendement grâce aussi à un échangeur plus grand. L’assiette de la voiture est abaissée, tandis que la carrosserie est élargie au niveau des passages de roue pour loger des pneumatiques de dimension supérieure. La puissance atteint 185 ch à 5 300 tr/mn. En mai 1989, l’Integrale 16V offre une distribution à quatre soupapes par cylindre et une puissance de 200 ch grâce à un nouveau turbocompresseur et à une nouvelle cartographie du calculateur de gestion moteur. Toutes ces versions recevront la consécration dans les divers rallyes du Championnat où elles domineront de manière indiscutable jusqu’aux titres mondiaux remportés par les versions préparées par Abarth.

 

Lancia Delta HF Integrale

 

Sortie en octobre 1991, la Delta Integrale Evoluzione est immédiatement surnommée « Deltona » en raison de ses dimensions généreuses. Le capot moteur avec sa prise d’air affiche une forme nouvelle. Les flancs sont encore plus larges. Les phares sont de type lenticulaire, tandis que le coffre arrière reçoit un spoiler. Le remplissage d’essence est positionné comme les voitures de compétition d’usine. Le moteur de 210 ch à 5 750 tr/mn permet à la voiture d’atteindre les 220 km/h et passer de 0 à 100 km/h en 5.7 secondes. Les suspensions arrière sont à bras transversaux avec de nouveaux ressorts, des amortisseurs plus fermes et une barre stabilisatrice plus grosse. Les étriers de frein sont en aluminium à deux pistons pinçant des disques autoventilés de 260 mm. En 1993, la puissance est encore augmentée. De ce modèle qui domine en Championnat du Monde des Rallyes naissent quelques versions spéciales produites en série limitée dont la HF Integrale 5, la HF Integrale 6 aux couleurs de Martini, la World Rally Champion, la Hi-Fi, la Club Italia, la Giallo, la Bianco Perlato, la Blu Lagon, la Final Edition pour le marché japonais, la Dealer’s Collection et la Cabrio construite à deux exemplaires pour la famille Agnelli.

 

Lancia Delta HF Integrale Evoluzione II "Gialla Ginestra"
Lancia Delta HF Integrale "Evo 2"

 

Après 525 231 exemplaires de la première génération, la nouvelle Delta est présentée en 1993. Sa ligne intègre la calandre traditionnelle Lancia et un arrière un peu rétro qui rappelle l’Alfasud. Construite sur la plate-forme commune générique de la Fiat Tipo, la nouvelle Delta ne connaîtra pas l'énorme succès de sa devancière, dont le véritable essor commercial avait été assuré par les victoires et le formidable palmarès en rallye. Lancia s'est en effet retiré des compétitions en décembre 1991 en raison de la politique du groupe qui, après l'acquisition de la marque Alfa Romeo n'a plus jugé indispensable de financer deux autres équipes (Lancia et Abarth) engagées dans le sport automobile. Lancia, après avoir remporté cinq titres mondiaux consécutifs avec la Delta, laisse alors un grand vide pour les passionnés du monde entier.

 

 

La Delta II est aussi pénalisée sur le marché italien en raison d'une faute stratégique de vente qui veut que la version de base équipée du moteur 1,4 litre ne soit commercialisée que sur les marchés d'exportation alors que la demande en Italie porte sur cette cylindrée pour des raisons de fiscalité. De plus les Italiens ne sont pas vraiment séduits par la ligne de la voiture et voient en elle une simple évolution de l'ancienne Alfasud.

 

 

La Lancia Delta II est commercialisée en 1993 en version 5 portes et seulement deux ans plus tard en 3 portes appelée Delta HPE. Elle est proposée avec une gamme complète de motorisation 4-cylindres essence : un 1600 cm3 de 76 ch, un 1800 cm3 de 105 ch, un 2000 cm3 16 soupapes de 142 ch et un 2000 cm3 16 S Turbo de 190 ch. Avec le premier restylage de 1996, les motorisations seront revues. Les moteurs Fiat 1.6 et 1.8 passent de 76 à 103 ch pour le 1.6 et de 105 à 131 ch pour le 1.8. La production de la Delta II est arrêtée en 2000, à peine deux ans après le dernier restylage et l’arrivée d’une 1.9 Turbo Diesel de 90 ch, avec une production sur cette génération de 138 980 exemplaires.