Fiat Panda (1980-2003)

 

Publié par Philippe Baron le 22 avril 2014.

 

Voiture économique et pleine d’astuces, la Panda est la grande nouveauté Fiat pour les années 80. Conçue en étroite collaboration avec Ital Design avec pour ligne de conduite une grande simplicité de fabrication, la Panda est la voiture facile à vivre et à entretenir. Pendant ses 23 ans de carrière, elle sera longtemps la première voiture des jeunes ou le second véhicule de la famille, séduits autant par son prix que par son côté pratique.


 

Panda, comme le petit mammifère symbole du WWF, est le nom choisi tardivement par Fiat pour sa nouvelle citadine qui rompt avec la tradition des 500 et 126 à moteur arrière. Suivant la nomenclature utilisée en interne, la Panda aurait dû être la Zero. Finalement, la Tipo Zero deviendra la Panda, la Tipo Uno restera la Uno en 1983, la Tipo Due en 1988 deviendra la Tipo, la Tipo Tre la Tempra en 1990, et la Tipo Quattro la Croma en 1985.


 

Pour la première fois de son histoire pour un modèle à grande diffusion, Fiat choisit de confier son projet à un studio extérieur. La responsabilité du design est donc prise par Giorgetto Giugiaro au sein d’Ital Design, qui réalise une Panda, pratique et spacieuse, cultivant les formes carrées au dehors comme en dedans. Longue de 3.38 m et large de 1.46 m, la Panda bénéficie d’une hauteur d’1.44 m pour gagner en habitabilité. Les sièges arrière sont rabattables et réglables selon sept différentes positions. Le coffre d’une capacité de 280 litres peut être porté à 1 000 litres en repliant les sièges. L’habitacle, bien qu’essentiellement spartiate, regorge de solutions intelligentes comme la planchette porte-paquets sous forme d’une seule longue poche « marsupiale » habillée de tissu où l’on peut déposer toutes sortes d’objets. Inédit aussi le cendrier mobile déplaçable sur tout le bord de la planchette.


 

Présentée en février 1980 au Salon de Genève et commercialisée immédiatement, la Fiat Panda est proposée, uniquement pour l’Italie, en version 30 avec moteur bicylindre refroidi par air dérivé de celui de la 126 d’une cylindrée de 652 cm3 et d’une puissance de 30 ch pour 125 km/h en pointe. La seconde version, destinée à l’exportation, est la Panda 34, reprenant le 843 cm3 de l’ancienne 850. Ce 4-cylindres en ligne en position transversale avec arbre à cames latéral, alimenté par un carburateur inversé, est d’une puissance de 34 ch. La direction est à crémaillère. La transmission de cette traction avant est dotée d’une boîte 4 vitesses. Les freins sont à disques à l’avant et tambours à l’arrière. La suspension avant utilise des ressorts hélicoïdaux et pour l’arrière, un essieu rigide avec des ressorts semi-elliptiques. La vitesse maximale est annoncée à 130 km/h. La Panda 45 répond aux mêmes caractéristiques que la 34, mais avec un moteur de 603 cm3 pour 45 ch et une vitesse de 140 km/h.


 

En septembre 1981, Fiat présente une nouvelle version, la Panda 45 à toit découvrable en toile. La Panda, assemblée au départ à Termini Imerese, Desio et Pampelune chez Seat, intègre rapidement les chaînes de Mirafiori. Le succès surprend par son ampleur, plus de 500 000 exemplaires sont fabriqués jusqu’en octobre 1982, date à laquelle est présentée la Panda 45 Super, mieux équipée et susceptible d’offrir un meilleur confort. Elle se reconnaît extérieurement à ses protections latérales couleur caisse et aux roues recouvertes d’enjoliveurs. A l’intérieur, les sièges sont mieux rembourrés, la planche centrale est nouvelle avec emplacement pour la radio et allume-cigare et une boîte à cinq rapports en option pour l’Italie et de série à l’export. Le reste de la gamme bénéficie aussi de quelques améliorations dont la principale concerne une nouvelle suspension arrière à ressorts monolame.


 

En 1983, Fiat présente une version à transmission intégrale (non permanente), la Panda 4x4, équipée d’un moteur à quatre cylindres de 965 cm3 avec une boîte 5 rapports, donnant 48 ch pour une vitesse maximale de 135 km/h. La transmission 4x4 adoptée est le fruit d’une collaboration entre Fiat et Steyr-Daimler-Puch, marque autrichienne qui a toujours été très liée à Fiat, et qui a même fabriqué des Fiat 500 et des Fiat 126 sous licence. L’assemblage final s’effectue cependant à Termini Imerese. Extérieurement, la Panda 4x4 se reconnaît à ses protections latérales noires, sa garde au sol rehaussée de 5 cm, ses pneus à crampons dont la largeur a été portée à 145 mm (au lieu de 135). Les 4x4 sont la génération test des freins chasse, qui ont pour particularité de "freiner" en croisant les roues comme au ski (la technique du chasse-neige). Elle peut grimper sur des pentes jusqu’à 43 %. De plus, sa calandre est en plastique, comme sur la Super. Elle est basée sur le niveau de finition intermédiaire entre la 45 de base et la Super. La Panda 4x4 a, entre autres compétitions, participé au Paris-Dakar de 1984, avec, à son bord, la présentatrice Évelyne Dhéliat. Sur ses vingt ans de carrière, la Panda 4x4 prouve son extraordinaire popularité dans les espaces ruraux de toute l'Europe, là où les routes sont souvent sinueuses, à forte pente ou mal goudronnées. La plupart des pays européens possèdent leur propre Club de Panda 4x4. C'est, également, un succès commercial dans les départements montagneux français, où l'on rencontre plus de versions 4x4 que de simples versions citadines. Une livrée spéciale a aussi été commandée par EDF-GDF.


 

Une mise à jour de la Panda est présentée au Salon de Turin 1984. La gamme s’embourgeoise avec l'introduction des finitions L et CL, et toutes les versions bénéficient de la calandre de la Super. La Panda, deuxième série, apparaît en février 1986. Bien plus qu'un simple restylage, c'est quasiment une refonte complète du modèle, avec de nombreuses modifications intérieures et extérieures, mais, surtout, structurelles dont l’essieu arrière en forme d’Omega. La Panda 750 représente le bas de gamme avec son moteur FIRE, un 4-cylindres en ligne de 770 cm3, 34 ch, 125 km/h. La Panda 1000, au niveau supérieur, reçoit le FIRE de 999 cm3, 45 ch, 140 km/h, la Panda D inaugure le diesel en avril avec le 1 301 cm3 de la Uno, d’une puissance de 37 ch, 130 km/h. En juin 1983, la Panda 4x4 est dotée du nouveau FIRE qui équipe la 1000, c’est toujours la plus petite voiture offrant la possibilité d’une transmission intégrale.


 

La Fiat Panda bénéficie d’une politique marketing agressive de la part de Fiat, qui lance des séries spéciales (Shopping, Malicia, Pop, Perfect, Estivale..) et présente même en février 1990, la Panda Elettra, première voiture à propulsion électrique produite en série. Elle possède une boite de vitesse automatique, de type ECVT Fuji (Transmission à variation continue et embrayage électrique), ce qui ajoute un certain agrément pour une conduite en ville. La version Elettra est équipée d'un moteur électrique de 9,2 KW. Uniquement disponible en 2 places, pour loger les batteries. La recharge s'opère en 8 heures, sur une simple prise électrique de 220 volts 16 A. Son autonomie dépasse les 200 km à la vitesse de 70 km/h. En octobre 1990, est lancée la Panda Selecta avec transmission à variation continue. Les versions catalysées apparaissent en 1993 avec boîte 5 vitesses. De son côté, pendant l’été 1992, la Panda 4x4 reçoit un moteur FIRE de 1 108 cm3 à injection électronique et pot catalytique. L’injection Bosch est remplacée par une Weber Marelli, courant 1994, monopoint (4x4 & Selecta), pour respecter la législation européenne Euro 3, plus stricte en matière de pollution. 


 

En 1994, l’arrivée de la Cinquecento oblige la Panda à recentrer sa gamme vers le haut, à l’exception d’une unique version dépouillée. La gamme est maintenant composée de la 1000 i.e. proposée à un prix plancher, la Selecta i.e. et pour crapahuter la Panda 4x4 1100 i.e. En 1995, la Panda occupe maintenant le terrain en dessous de la Cinquecento. Elle est déclinée en versions L, Colore, Selecta, 4x4 Trekking et 4x4 Country Club. Malgré sa conception ancienne, la Panda conserve encore pas mal d’amateurs, notamment grâce à son prix, à sa simplicité mécanique et à son originale version 4x4. Au printemps 2001, son petit quatre-cylindres de 899 cm3  disparaît et une seule motorisation figure au catalogue. Il s’agit du 1.1 de 54 ch. La Panda reste une des dernières voitures à être privée de la direction assistée, même en option.


 

La fabrication de la Fiat Panda est maintenue jusqu'en septembre 2003, en raison de son succès permanent dans tous les pays d'Europe. C'est une des rares Fiat des temps modernes fabriquées uniquement en Italie et en Espagne. La Panda première génération a attendu 23 ans avant d'avoir une descendante. Produite en Pologne, elle aurait dû porter le nom de Gingo. Mais Renault a opposé son véto, trouvant ce patronyme trop proche de celui de la Twingo. De ce fait, le nom Panda a repris du service et toujours avec autant de succès. La fabrication de la Panda première génération s’est arrêtée après 4 491 349 exemplaires construits en Italie et 1 059 589 en Espagne, soit un total de 5 550 938 exemplaires.