Fiat 500 (1957-1975)

1968 Fiat 500 L

 

Publié par Philippe Baron le 21 avril 2015.

 

En 1957, pour un prix défiant toute concurrence, Fiat présente la plus petite voiture au monde construite en grande série. Ses solutions techniques sont certes des plus modestes mais elles offrent une garantie de robustesse éprouvée et de maintenance simplifiée. Maniable et vive, cette citadine « passe-partout » à la bouille bien sympathique nommée 500 devient immédiatement populaire et symbole de la démocratisation automobile en Italie.

 

1957 Fiat 500

 

La Fiat 500, surnommée « pot de yaourt » en France, porte en fait le nom de Fiat Nuova 500 pour se distinguer du modèle antérieur 500, vendu de 1936 à 1955 et plus connu par son surnom « Topolino » (petite souris). La toute première série de Fiat Nuova 500 est présentée à Turin le 4 juillet 1957. Elle est équipée d'un toit ouvrant en toile et mesure 2,97 m de long et 1,32 m de haut et de large. Disposé à l'arrière, son moteur bicylindre vertical de 479 cm3 est refroidi par air. Il délivre 13 ch et autorise une vitesse maximale de 85 km/h avec une consommation de seulement 4,5 litres aux 100 km. Cette première version est très dépouillée selon la volonté de son créateur, voire trop. Elle ne rencontre pas le succès escompté car elle n’offre que deux places à l'avant. L'objectif était, se rappelle son concepteur Dante Giacosa, d'offrir une alternative aux scooters, très en vogue à cette époque en Italie.

 

 

Très rapidement, Fiat se rend compte que la puissance du petit moteur et le niveau d'équipement de la voiture sont insuffisants et présente lors du Salon de Turin en octobre 1957, soit à peine 3 mois après le premier lancement, deux versions Economique et Normale dont la puissance du moteur a été portée à 15 ch. L'Economique reprend globalement l'ancienne version de base tandis que la Normale voit sa finition nettement améliorée et son équipement complété. C'est la version A. L'année suivante, en 1958, pour profiter de la vague lancée par Abarth et Giannini Automobili avec les versions sportives dérivées de la Nuova 500, Fiat lance une version Sport équipée d'un moteur porté à 499,5 cm³ et développant 21 ch. La version de base disparaît. La version sport est la seule, de série, à ne pas recevoir de toit ouvrant en toile, mais un toit en tôle. C'est la version B.

 

 

1959 est une année importante pour la petite Fiat 500. Dante Giacosa reçoit un Compas d'Or pour sa conception. Dès le début de l'année, Fiat lance la version avec un toit ouvrant en toile. La puissance du moteur est portée à 16,5 ch et son prix est réduit de 20 % par rapport à la première version de 1957. Cette même année, l'Italie adopte de nouvelles règles de sécurité sur les automobiles en imposant les feux de position et de direction séparés ainsi que les répétiteurs de direction sur les ailes. C'est la version C.

 

1960 Fiat 500 D

 

En 1960, la 500 devient 500 D. Fiat lance en même temps la version fourgonnette, la Fiat 500 Giardiniera. Elle est nommée « D » simplement parce qu'elle correspond à la 4e version après la Base, la Normale « A », la Sport « B » et la Tetto Apribile « C ». Elle garde la même carrosserie, légèrement retouchée, et conserve le moteur de la version Sport alors retirée de la gamme mais avec une puissance ramenée à 17,5 ch. Elle pèse 500 kg et la capacité de son réservoir d'essence est maintenant de 22 litres, sa vitesse maximum atteint 95 km/h. Cette version restera inchangée pendant cinq ans, d'octobre 1960 à mars 1965.

 

1960 Fiat 500 Giardiniera

 

Au Salon de Genève, en mars 1965, Fiat dévoile la 500 F. « F » et non pas « E » car la version « E » correspond à une finition« America » de la 500 D. Elle reçoit des portes ouvrant contre le vent, un pare-brise agrandi, et tout l'intérieur est revu avec un niveau de finition de bonne facture. Son moteur gagne 1/2 ch ce qui porte sa puissance à 18 ch. Le succès de cette version convainc Fiat à poursuivre la carrière de la 500 et à lancer, en 1968, un modèle de luxe, la fameuse version « L ».

 

1965 Fiat 500 F

 

En août 1968, alors que personne ne s'attendait à la présentation d'une nouvelle Fiat 500, mais plutôt à celle de sa remplaçante, Fiat lance la version luxueuse de la 500, la « L ». À l'extérieur, seule une barre chromée cintrée double les pare-chocs avant et arrière. L'intérieur est complètement modifié. La planche de bord, qui était en tôle de la teinte de la carrosserie, est maintenant entièrement revêtue, le cadre des instruments rectangulaire repris de la Fiat 850 comporte désormais tous les instruments, les sièges sont moelleux et le dossier est réglable. L'ancien logo Fiat est maintenant remplacé par le logo en losange. La 500 L connaîtra un succès commercial sans précédent ; ce sera le modèle le plus produit avec un pic de 407 365 exemplaires en 1970, dont plus de la moitié pour l’exportation.

 

1968 Fiat 500 L

 

Reportant le lancement de sa remplaçante, la Fiat 126, du fait de l'engouement prolongé de la clientèle, le constructeur italien décide de lancer une version ultime de la 500, la « R » (renouvelée) en même temps que la nouvelle 126. C'est ainsi qu'au Salon de Turin, début novembre 1972, les deux voitures se retrouvent côte à côte. Le modèle « R » est doté du même moteur que celui de la Fiat 126, un 594 cm³ mais développant 18 ch au lieu des 22 de la 126, et autorisant une vitesse maximale de 105 km/h. Ce modèle ne sera pas fabriqué sur les chaines turinoises mais en Sicile, à Termini Imerese et chez Autobianchi à Desio, près de Milan.

 

1972 Fiat 500 R

 

La Fiat 500 berline fut produite en Italie à 3 392 941 exemplaires auxquels s'ajoutent les 327 000 exemplaires de la Fiat 500 Giardiniera. Bien que la Fiat 500, dans l'esprit collectif, représente l'Italie des années 1950-1960, cette micro voiture a aussi été fabriquée en petite série dans deux autres pays plutôt habitués aux voitures de grosse cylindrée, l'Allemagne et l'Autriche. Cela s'explique par des droits de douane en vigueur à l'époque très importants. En Allemagne, Fiat Neckar a fabriqué entre 1959 et 1962 plus de 6 000 exemplaires d'un dérivé de la Fiat 500 Giardiniera, l'Autobianchi Panoramica ainsi qu'un coupé sur la base de la berline à 6 118 exemplaires. En Autriche, Steyr-Puch, qui utilisait des licences de fabrication Fiat depuis 1907, assembla entre fin 1957 et 1972 exactement 57 834 exemplaires de la Fiat 500 berline avec un moteur Steyr spécifique, dérivé du moteur Fiat. La production globale du modèle Fiat 500 a atteint les 3 800 000 exemplaires sans compter ses innombrables dérivés signés Abarth, Bertone, Pininfarina, Zagato, Allemano, Autobianchi, Frua, Ghia, Giannini, Steyr-Puch et des dizaines d'autres.

 

1972 Fiat 500 R