Dodge Coronet (1965-1967)

1966 Dodge Coronet

 

Publié par Philippe Baron le 21 novembre 2013.

 

 

Dodge introduit pour la première fois le nom de Coronet dans sa gamme en 1949. Des modèles portant ce patronyme vont se succéder jusqu’en 1959. Assurément attaché à ce nom, Dodge le réutilise pour une nouvelle génération en 1965. Bien dans l’air du temps, cette Coronet sait se muscler comme sa grande sœur, la Charger, mais contrairement à cette dernière, elle laisse entrevoir ses phares dans une calandre séparée en quatre par des bandes chromées ou toute noire pour sa version sportive, coupé ou cabriolet, la R/T pour Road and Track.

.


1967 Dodge Coronet 500 - Photos : Alain Morin

 

Lorsque Dodge ressuscite sa Coronet en 1965, il la place en modèle intermédiaire entre la Dart et la plus imposante Polara. Elle rentre alors en concurrence avec les Ford Fairlane et Chevrolet Chevelle. Le style de la Coronet tranche radicalement avec les créations des années précédentes. Finis les flancs galbés et les courbes généreuses. Désormais, les côtés sont plats et droits, les angles carrés et le style dépouillé, comme le veut la tendance. 

 


 

Pourtant, dès l’année suivante, la Coronet est redessinée et peut s'équiper de gros et puissants V8 mais c'est le logo "426 Hemi" qui fera toute la différence. En 1967, la Coronet Deluxe, contrairement à ce que son nom peut laisser penser, est le modèle de base. Suit la 440 qui offre un équipement supérieur à celui de la Deluxe. Cette série propose, en plus de la berline, du coupé et de la familiale (station wagon) déjà présents dans la série Deluxe, un hardtop deux portes et une décapotable. La série 500, de son côté, comprend peut-être moins de modèles (berline, hardtop deux portes et décapotable) mais le niveau de luxe est encore plus élevé. 


1967 Dodge Coronet R/T Convertible - Photos : Barrett-Jackson

 

Conscient du potentiel de son V8, Dodge va introduire pour ce millésime 1967 une version sportive portant le nom de Road and Track (R/T) sur coupé et cabriolet. Par rapports aux autres Coronet, la grille de calandre s’inspire de celle de la Charger, les entrées d'air (factices) sur le capot et les emblèmes R/T constituent les seuls changements extérieurs. L'intérieur reçoit des sièges sport. Techniquement, les suspensions sont renforcées et les freins à tambours de 11 pouces "police-spec" sont de série, des disques à l'avant figurent au catalogue des options.


 

Sous le capot, le moteur standard est un 7,2 litres Magnum qui développe 375 chevaux. En option, le 7 litres V8 Hemi de 425 chevaux à 5000 tr/min et 664 nm à 4000 tr/min. Dodge vendra 9 553 Coronet "Magnum" coupé, 628 cabriolets et seulement 283 "Hemi". Ces différences de chiffres s'expliquent par le fait que la version standard était moins chère et plus facile à entretenir mais la 426 Hemi était d'une efficacité diabolique avec 4,8 secondes pour le 0-60 mph et 13,5 secondes à la vitesse de 169 km/h pour le 1/4 de mile.


 

En 1968, le style des Dodge Coronet et des Dodge Charger changera radicalement pour des configurations qui deviendront légendaires,  respectivement, la Bullitt et la General Lee. De la génération 65-67, presque 650 000 Coronet ont été produites. Elles ont joué un rôle primordial dans l’établissement de Dodge parmi les grands acteurs du segment des muscle-cars.