Citroën Saxo (1996-2003)

 

Publié par Philippe Baron le 22 janvier 2015.

 

En 1996, La Saxo est la bonne surprise offerte par Citroën. Malgré une ligne peu originale, la nouvelle petite citadine se révèle bien sous tous rapports. Nerveux, son petit diesel 1.5 l respire la santé et sait se faire discret et sobre. Tandis que la Saxo VTS à caractère sportif est une véritable boule de nerfs qui possède ce qu’il faut pour faire exploser les idées toutes faites, grâce à son tempérament tout simplement remarquable et à son comportement routier irréprochable.

 

 

Présentée au Salon de Genève 1996, la Citroën Saxo est commercialisée uniquement en version 3 portes en février. D’une longueur de 3.72 m, la Saxo dérive étroitement de la Peugeot 106 avec des retouches effectuées en commun. Le design intérieur, avec ses rondeurs, ses volutes, ses teintes joyeuses, ses matériaux de qualité et l’impression d’espace qui s’en dégage, est plus réussi que la ligne anonyme de la carrosserie. Produite en France, à Aulnay-sous-Bois et au Portugal, à Mangualde, la Saxo est proposée en plusieurs niveaux de finition, X, SX, VSX et VTL et dispose à sa sortie de 3 motorisations essence : 1.0i de 50 ch, 1.1i de 60 et 1.4i de 75 ch.

 

 

Au mois de mai, la gamme Saxo est complétée par la VTR équipée d’un 1.6i 8 soupapes de 60 ch et l’arrivée du diesel 1.5 de 58 ch. Ce dernier surprend par sa faciliter à prendre des tours, au-delà de son régime maximal. Nerveux lors des démarrages et reprises, ce moteur assure des accélérations franches, sans à-coups et la vitesse de pointe proche de 165 km/h enterre la concurrence. Economique, la Saxo Diesel se contente de 6.5 l/100 km en moyenne. Bien accrochée à la route, elle offre un comportement routier sain et reposant, et se révèle agile à conduire.

 

 

En juillet, les modèles 5 portes deviennent disponibles et la Saxo VTS avec son 1.6i 16 soupapes de 120 ch fait son entrée. Cette Saxo 3 portes à caractère sportif se distingue par ses couleurs vives, ses élargisseurs d’ailes, sa sortie d’échappement chromé, son bouclier intégrant des projecteurs antibrouillard, de belles roues en alliage et le sigle 16 S décorant le hayon. Plein, rageur, secondé par une boîte de vitesses précise et bien étagée, le moteur 1600 permet à la voiture d’atteindre 207 km/h en vitesse de pointe. Un châssis irréprochable permet d’exploiter sans arrière-pensées les qualités de ce moteur, tandis que le freinage, aidé par un ABS, est tout à fait à la hauteur des performances. Proposée à un prix raisonnable, la VTS bénéficie d’équipements de série assez conséquent, dont vitres et rétroviseurs électriques, fermeture centralisée des portes, airbag conducteur, sièges avant baquet et une fonctionnalité arrière 1/3 2/3.

 

 

En juillet 1997, est présentée la Saxo à moteur électrique de 20 kW atteignant 91 km/h. En décembre 1997, la Saxo est légèrement restylée avec une calandre plus ouverte que l'ancienne, permettant un meilleur refroidissement du moteur. Les feux arrière sont aussi retouchés et la version "Exclusive", le haut de gamme chez Citroën, est ajoutée. 

 

 

En septembre 1999, la Saxo subit un restylage très important avec des modifications qui lui changent radicalement la face. Les projecteurs qui rappelaient ceux de l'AX sont abandonnés au profit de ceux en forme d'amande. Désormais la doyenne de la gamme Citroën, et dépassée par l’arrivée de la C3 en avril 2002, la Saxo prend sa retraite en juin 2003 avec un score honorable de 1 750 000 exemplaires produits.