Citroën LN/LNA (1976-1986)

1982 Citroën LNA - Photo : Deuche 13

 

Publié par Philippe Baron le 24 février 2015.

 

Curieuse nouveauté que ce modèle baptisé LN exposé sur le stand Citroën du Salon de Paris 1976. Née dans des circonstances particulières, la LN peut se définir comme un coupé Peugeot 104 disposant d’un moteur Citroën 2 cylindres. Elle participe en quelque sorte à la naissance du groupe PSA Peugeot Citroën intervenue dans le courant de l’année, lorsque Peugeot SA fusionna avec Citroën SA en prenant 89.95 % du capital de Citroën.

 

 

A défaut de vraie nouveauté pour ce Salon de Paris 1976, Citroën emprunte dans la gamme Peugeot, la carrosserie d’un coupé 104 avec toute la partie suspension-direction-freinage mais sans la mécanique d’animation qui est l’ensemble moteur-boîte de la 2 CV 6, positionné en porte-à-faux devant les roues motrices. À l’intérieur, la planche de bord reste typiquement Peugeot, mais avec un volant Citroën pour commander la direction. L’habitacle est prévu pour recevoir quatre personnes, mais à l’arrière, seuls des enfants pourront prendre place. Pour la première fois sur une voiture française, les sièges arrière se replient séparément, augmentant ainsi, selon les besoins, le volume réservé aux bagages.

 

1977 Citroën LN

 

Dans la notice de présentation du modèle, le service des relations publiques Citroën déclare : « La LN est donc un modèle dû à des circonstances particulières. Bien que nous le pensions réussi, il faut cependant se garder de penser qu’il procède d’une philosophie nouvelle de l’accord Peugeot-Citroën. Au contraire, nous tenons à vous le dire, son processus de création ne préfigure en rien ceux des futurs modèles Citroën, qui resteront spécifiques à la marque pour tous les éléments constitutifs de son image propre. Certes l’entrée de Citroën dans le groupe Peugeot, lui-même associé à la Régie Renault, offrira dans l’avenir des possibilités de standardisation et de coopération industrielle (notamment pour ce qui concerne les moteurs) qui sont d’ores et déjà à l’étude, pour le bénéfice des trois partenaires, mais il reste entendu que Citroën conservera intactes sa personnalité, son indépendance dans les faits et aux yeux de la clientèle et du public. LN est donc un enfant qui restera unique, nous tenions à ce que vous sachiez pourquoi ».

 

 

Les LN, comme un peu plus tard les LNA, ont donc été élaborées en puisant dans la banque d'organes du groupe PSA nouvellement créé. Les moteurs et les transmissions sont identiques à ceux des Dyane et Acadiane, Visa et GS. Sur la LN et les Peugeot 104 trois portes d'entrée de gamme, les moteurs sont de type M 28, rebadgés R 06, provenant de la Dyane, alors que la boîte de vitesse est dérivée de celle de la GS. L'embrayage peut être centrifuge en option. Le deux-cylindres à plat refroidi par air de 602 cm3 anime la coque légère, permettant une vitesse maximum de 120 km/h. Toutes les caractéristiques sont communes aux deux appellations. Cette motorisation - qui se montre très faible, même en ville - n'est plus disponible à partir du début de l'année 1979. (129 611 exemplaires produits de LN).

 

Cabriolet Citroën LNA réalisé par une petite entreprise de l’Eure, Bertin-Cholet. 12 à 20 exemplaires auraient été construits entre 1982 et 1986 (Gazoline)

 

La version LNA, qui apparaît en novembre 1978, est reconnaissable à ses enjoliveurs de roue en acier inoxydable et à une protection en caoutchouc sur les pare-chocs, avec un moteur un peu moins faible qui procure des accélérations satisfaisantes en ville. Ce moteur a été créé l'année précédente pour les Citroën Visa Spécial et Club. Bien que s'agissant d'un deux cylindres à plat refroidi par air, comme le précédent, ce groupe est entièrement différent. Le bloc de 652 cm3 est totalement en aluminium. Le vilebrequin comporte trois paliers. La culasse porte de petites bougies sans joints. Le moteur dispose en série, ce qui est une première mondiale, d'un allumage électronique intégral (AEI Thomson Motorola). Compte tenu de ces améliorations, la puissance, le couple et la vitesse maximale augmentent alors que la consommation baisse. L'embrayage centrifuge n'est plus proposé, seul subsiste le modèle à linguet (modèle PKHB, encastré).

 

1982 Citroën LNA - Bethune Rétro
Citroën LNA

 

Pour 1983, l'évolution des moteurs au type V06/644 se porte sur des modifications de rapport volumétrique (passé de 9 à 9.5/1) et de distribution. L'embrayage est à diaphragme (modèle DBR); le volant moteur est modifié en conséquence (modification commune aux 2CV et Acadiane à la même époque), le mécanisme se fixant en applique. La boîte de vitesses garde la filiation avec celles montées sur les GS avec la présence des taraudages de fixation des étriers de freins (accolés à la boîte sur GS, déportés au niveau des roues sur LN et LNA). Sur la LN, le couple conique est de 8/35 et il passe à 8/33 sur la LNA (profitant du couple moteur en hausse de 25 %). La transmission s'effectue aux roues par l'intermédiaire de plateaux amortisseurs et de cardans en deux parties (manchon tubulaire cannelé) reprenant une architecture issue des modèles 2CV et dérivés. Le freinage est assuré par des freins à disques pleins à l’avant et des tambours à l’arrière.

 

 

Une version de la LNA Entreprise au Gaz de Pétrole Liquéfié (GPL) fut proposée. Le moteur 652 cm3 était adapté à l'emploi du gaz par modification de la distribution, la mise en place d'un réchauffeur détendeur sur la tubulure d'échappement gauche et la suppression du fonctionnement à l'essence par la mise d'un boisseau Century. En juillet 1986, Citroën cesse la production de la LNA, qui sera remplacée par la Citroën AX 3 portes à partir d'octobre 1986. La LNA a été produite à 223 772 exemplaires portant le total LN/LNA à 353 383 entre 1976 et 1986.

 

1982 Citroën LNA Entreprise