Citroën C-Cactus Concept (2007)

 

Publié par Philippe Baron le 6 juin 2014.

 

Lauréate du Trophée du design de « l’Automobile Magazine », la C-Cactus, présentée au Salon de Francfort en 2007, démontre une vision ambitieuse et réaliste de la part du constructeur Citroën. Ce concept, au style décalé, jovial et attachant, incarne le véhicule économique et écologique de demain qui, avec son originalité et son ingéniosité, offre à ses occupants l’ensemble des prestations essentielles à leur bien-être.

 

 

Industriellement avec ce concept, Citroën s’attache à limiter le nombre de pièces utilisées pour construire l'auto : 200 contre les 400 habituelles qui constituent un modèle. D'où de nouveaux concepts comme le volant à moyeu fixe associé à la console centrale qui permettent la disparition du tableau de bord. La proue et les flancs sont moulés d'un seul et même bloc ; les panneaux de portes ne nécessitent plus que 2 pièces, contre 12 pour un modèle normal, tandis que les boucliers avant et arrière sont identiques.

 

 

Une attention toute particulière a été apportée aux roues qui sont chaussées de jantes de 21 pouces. Citroën a ainsi travaillé avec Michelin au développement de pneumatiques taille basse de grand diamètre mais de largeur réduite. La consommation est limitée grâce à la faible surface de frottement au sol et les coûts de fabrication des pneumatiques sont largement contenus étant donné la faible quantité de caoutchouc nécessaire à leur réalisation. Pour un style encore plus original et nouveau, ces pneumatiques spécifiques sont ornés de motifs verts sur fond blanc imprimés à l’intérieur d’une large rainure sur toute la bande de roulement.

 

 

Les matériaux qui agrémentent l’habitacle sont novateurs, esthétiques et à la fois économiques et écologiques. Le liège est utilisé pour de nombreuses pièces de décor, la réalisation des aérateurs ou la façade de climatisation. Le plancher est quant à lui couvert de motifs en cuir recyclé. Les décors ne sont pas ajoutés, mais se créent par retrait de matière. Cette idée de « décorer par le vide » se trouve dans la réalisation des motifs présents sur les panneaux de portes et les coques de sièges. En effet, les motifs découpés dans la matière des panneaux de portes laissent apparaître la feutrine vert pomme placée entre le panneau et la tôle. Le rôle premier de cet élément est d’assurer l’insonorisation du véhicule, mais sa couleur et les découpes en font aussi un élément esthétique à part entière. Les mêmes motifs, en forme de fleurs, végétaux et papillons qui symbolisent l’environnement, la pureté et le bien-être, sont repris sur plusieurs éléments de l’habitacle. Ils sont ainsi découpés dans les coques des sièges peintes en blanc laqué. Ces découpes font apparaître la mousse colorée qui constitue l’assise des sièges.

 

 

Le C-Cactus Concept propose des équipements de haut niveau, un espace à bord optimal et une modularité astucieuse tout en préservant son accessibilité économique. Les passagers disposent ainsi de tout le confort essentiel à leur bien-être. Tout d’abord, la « clé de contact » de C-Cactus est un lecteur MP3 portable, à écran tactile, qui prend place sur le moyeu fixe du volant et est reconnu par le véhicule qui peut alors être démarré. Le volant à moyeu fixe concentre de nombreuses fonctions. Outre les commandes habituelles, il reçoit le compteur de vitesses qui prend une forme particulièrement originale puisque ce sont les chiffres, en relief autour du moyeu du volant, qui tournent en fonction de la vitesse et se positionnent par rapport à un repère fixe. Un second écran tactile placé sur la console centrale propose un système de navigation et fait aussi office d’ordinateur de bord. La console centrale reçoit également deux haut-parleurs actifs haut de gamme. Leur emplacement ingénieux permet de limiter le câblage et de bénéficier d’un coût d’installation raisonnable.

 

 

Pour le confort des passagers, l’habitabilité est excellente grâce aux dimensions familiales du C-Cactus (4,20 mètres de long pour 1,80 mètre de large) qui permettent aussi de disposer d’un volume de coffre généreux et modulable (de 500 à 1 100 litres), grâce à la banquette arrière coulissant sur un rail pour venir s’encastrer contre les sièges avant. Le plancher est solidaire de la banquette et coulisse lui aussi pour laisser place à un sous-plancher. Il découvre ainsi une surface quasiment plane pour le chargement d’objets volumineux. Toujours dans le registre de l’ingéniosité, un sac se clippe du côté du passager. Il remplace astucieusement la boîte à gants et peut être utilisé pour transporter des objets en dehors du véhicule. Enfin, pour le confort et le style, C-Cactus bénéficie d’un toit vitré panoramique offrant une luminosité exceptionnelle à l’intérieur de l’habitacle.

 

 

Sous le capot, le C-Cactus hérite d’une association entre un Diesel (le 1.4 HDi de 70 ch) et un moteur électrique de 30 ch. Capable de demeurer en mode 100 % électrique en ville, le C-Cactus offre une consommation de 3,4 l/100 km et des rejets de C02 de 78 g. Le mode ZEV commute l'auto en tout électrique pour les déplacements urbains et la vitesse maximale est limitée à 150 km/h.

 

 

En 2013, à nouveau à Francfort, le concept Cactus revient avec le même regard à deux étages que la Citroën C4 Picasso II et présente pour la première fois les « airbumps ». Ces Airbumps ou coussins d’air ont une épaisseur de 5 cm, et sont constitués d’un plastique très souple : le TPU (polyuréthane). Ils ont la particularité de pouvoir s’enfoncer de 2 cm quand on appuie dessus, avant de reprendre leur forme initiale. Au Salon de Genève le 5 février 2014, date anniversaire d'André Citroën, aux côtés de la C4 Cactus de série, est présenté le Citroën C4 Cactus Aventure  qui se distingue par de gros pneus tout-terrain, des phares et des feux arrière protégés par une grille, un pare buffle à l'avant, des débattements de suspension augmentés et une peinture spécifique. Un coffre de toit installé sur les barres de toit regroupe des projecteurs additionnels. La C4-Cactus, version définitive typée crossover, est commercialisée en juin 2014.