Chrysler ME 412 (2004)

 

Publié par Philippe Baron le 3 novembre 2013.

 

Au Salon de Detroit 2004, Chrysler, alors composante américaine du puissant groupe DaimlerChrysler, surprend la presse internationale en dévoilant le spectaculaire concept ME 412. Une silhouette de prototype des 24 Heures du Mans, un monstre de puissance avec un 12-cylindres de 850 chevaux et 400 km/h annoncés en pointe. Chrysler a semble-t-il voulu démontrer son savoir-faire en réalisant la plus performante propulsion du monde.

 


 

"Notre idée était de créer la surprise », avait confié Trevor Creed, Senior Vice President de Chrysler Group design. "Personne n’avait eu vent de ce projet et le secret avait été bien gardé même à l’intérieur de Chrysler. C'est aussi un exercice de style réalisé par nos ingénieurs, dans le but de donner à la marque Chrysler une nouvelle image de performance ». 

 

La ME 412, dessinée par Brian Nielander, présente un aérodynamisme particulièrement travaillé et semble avoir trouvé le juste équilibre entre élégance et force. Avec une coque réalisée en fibre de carbone et en aluminium par Pagani, des pneumatiques Michelin et un poids contenu de 1 310 kg, les performances sont de premier ordre avec un 0 à 100 km/h abattu en 3 secondes. La ME Four Twelve signifie « Four » pour 4 turbos et « Twelve » pour 12 cylindres du Mercedes AMG. Ses dimensions sont celles d'un véritable supercar à deux places ; 1,14 mètre de hauteur pour 2 mètres de large et 4,54 mètres de long. Le travail de son aérodynamisme a été réalisé dans les souffleries du groupe Chrysler à Auburn Hills, dans le Michigan. Toujours au chapitre de l'aérodynamique, son aileron arrière est commandé par l'ordinateur de bord, et capable de se déplacer d'avant en arrière sur une distance de 10 centimètres, de façon à repartir différemment le poids de l'auto sur les trains avant et arrière. Les ingénieurs de Chrysler ont paramétré l'ordinateur qui commande cet aileron de façon à ce qu'au-delà de 300 km/h, le train arrière jouisse d'un appui aérodynamique d'au moins 421 kg.

 


 

Les trains roulants se composent de suspensions à double triangulation avec combinés amortisseurs pilotés. En fonction de la demande, les lois d’amortissement (compression et détente) peuvent être adaptées à l’usage de la voiture. A performances très élevées, freinage exceptionnel : la ME Four Twelve hérite comme la Mercedes SLR de disques de freins en céramique. On les aperçoit à travers les superbes jantes en aluminium de 19 pouces à l’avant et 20 pouces à l’arrière. Ces dernières reçoivent des Michelin haute-performance de 265 /35 ZR19 à l’avant et 335/30 ZR20 à l’arrière.

 


 

En position centrale, se trouve le V12 Mercedes AMG tout aluminium de 6 litres. Suralimenté par quatre turbos, il délivre 850 chevaux à 5 750 tours et un couple phénoménal de 115 Nm entre 2 500 et 4 500 tours. Il est associé à une inédite boite robotisée Ricardo à 7 rapports intégrant un double embrayage comme la boite DSG récemment mise au point par Volkswagen. Par palettes sous le volant, les changements de rapports ne prennent pas plus de 200 millisecondes. 

 


 

Chez Mercedes comme chez Chrysler, on est resté très vague sur le devenir de ce prototype même si, sur le stand de Detroit, on évoquait une petite production. Mais tout cela était avant le divorce Daimler – Chrysler en 2007.