Chevrolet SSR (2003-2006)

 

Publié par Philippe Baron le 26 octobre 2013.

 

Au Salon de l’Auto de Detroit en janvier 2000, est présenté sous la forme d’un concept car, un pick-up néo-rétro sportif à toit repliable. Ce véhicule inclassable, nommé SSR pour Super Sport Roadster, réussit à combiner les éléments d’un hot-rod, d’un cabriolet et d’un utilitaire. Il soulève tellement l’enthousiasme que Chevrolet décide de le mettre en production pour une série limitée à partir de 2003.

 


Longueur : 4 862 mm - Largeur : 1 996 mm - Hauteur : 1 631 mm - Empattement : 2 946 mm

 

Le SSR flirte avec le style rétro des camionnettes Chevrolet des années 1947 à 1953, mais avec une benne dont le couvercle est en fibre de verre. Ce stricte deux-places à vocation ludique est basé sur la Chevrolet TrailBlazer. Pour nous rappeler l’époque des « Hot Rod », les stylistes ont même reproduit des garnitures intérieures assorties à la couleur de la carrosserie. Le toit escamotable vient se loger entre la cabine et la boîte de chargement par simple pression d’un bouton et l’opération s’effectue avec une grande précision et en un temps assez court. 

 


 

Pendant ses deux premières années de production, le véhicule de 2 159 kg utilise un moteur V8 Vortec 500 de 5,3 L de 300 chevaux. Dans les virages, ce roadster décalé colle au bitume même si celui-ci est lisse comme un billard grâce à ses gros pneus de taille 295/40R20 à l’arrière et de 255/45R19 à l’avant. Mais en 2005 après deux ans de vente au ralenti, le SSR, qui doit se booster pour sa survie, se dote d'un moteur V8 LS2, utilisé notamment par la Chevrolet Corvette C6 et la Pontiac GTO et une transmission manuelle à 6 vitesses Tremec utilisée pour la première fois. En 2006, le moteur LS2 subit quelques modifications pour développer 395 chevaux avec une boîte de vitesses automatique et 400 chevaux avec une boîte de vitesses manuelle. 


 

A la mi-2006, le Chevrolet SSR n’a toujours pas répondu aux attentes de GM et continue de rechercher désespérément une clientèle. Hormis les passionnés de voitures d’exception, qui a réellement besoin d’un roadster qui se conduit comme un camion, ni d’un pickup sans charge utile et se vendant à plus 60 000 $ ? Aussi, le constructeur américain décide de l’arrêt de la production avec un compteur qui restera à 24.150 exemplaires.