BMW Z1 (1988-1991)

 

Publié par Philippe Baron le 31 juillet 2013.

 

En 1985, BMW inaugure une nouvelle tour pour son bureau d’études « BMW Technik GmbH » renommé en 2003 « BMW Forschung und Technik GmbH (recherche et technique S.A.) ». Pour promouvoir cette nouvelle entité dirigée par Ulrich Bez et Harm Lagaay, est conçu un prestigieux roadster nommé Z1 (Z pour Zukunft, signifiant « futur » en allemand), considéré comme une réussite technique et esthétique et bien prometteur pour l’avenir.

 

 

Le Z1 est dévoilé officiellement au Salon Automobile de Francfort en 1987. Après la construction de douze exemplaires de développement, la production démarre en juillet 1988. BMW annonce qu’elle sera limitée à 5 000 unités. La commercialisation ne débute qu’en mars 1989.

 

 

Le châssis de type monocoque est en acier galvanisé à chaud pour une grande rigidité et une résistance à la corrosion. Un tube en acier, intégré au cadre du pare-brise, relie les deux montants pour rigidifier l'ensemble et faire office d'arceau de sécurité. Les panneaux de carrosseries sont quant à eux réalisés en fibre de verre renforcée et collés. Le train avant McPherson est dérivé de celui de la série 3 mais le train arrière adopte une cinématique particulière dite en Z (multibras) qui décrit des mouvements sphériques autour d'un point central et offre de remarquables possibilités de réglage. Le système de freinage avec ABS en série et la direction assistée sont aussi dérivés de ceux de la série 3. Les roues de 16 pouces sont chaussées de pneus en 225/45.

 

Dimensions : Longueur : 3.92 m – Largeur : 1.69 m – Hauteur : 1.27 m (capoté) – Poids à vide : 1 250 kg.

 

La ligne fuselée du Z1 est due au développement de compacts phares à lampes à décharge. Le Cx obtenu est de 0,43 décapoté et de 0,36 capoté. Le carénage des soubassements, la forme particulière du bouclier avant, ainsi que la forme en profil d'aile du silencieux d’échappement contribuent au bon écoulement de l’air tout en réduisant la portance sur les deux essieux. La grande originalité du Z1 réside surtout au niveau de l’ouverture électrique de ses portes qui s’escamotent dans les bas de caisse, ce qui permet de pouvoir conduire les portières baissées et de se procurer  des sensations inhabituelles.

 

 

La mécanique retenue est celle de la BMW 325i E30. Le 6-cylindres en ligne M20 de 2 494 cm3 de cylindrée développe une puissance de 170 ch à 5 800 tr/mn avec un couple 22.6 mkg à 4 300 tours. Placé en position centrale avant, en arrière de l'essieu avant, il permet d'afficher une très bonne répartition des masses avec 49% sur l'avant et 51% sur l'arrière. Le point faible du véhicule est certainement l’étagement de la boîte de vitesses qui pénalise accélérations et reprises.

 

 

Le roadster BMW Z1 est resté un modèle exclusif du fait de son prix élevé mais son succès a amené BMW à en produire 3 000 de plus jusqu’à l’arrêt de sa fabrication en juin 1991. Sur cette quantité, seules 341 voitures ont été livrées par le réseau BMW France contre 6 443 vendus en Allemagne. La version Alpina, (appelée « RLE » pour Roadster Limited Edition) qui proposait 210 ch, 230 km/h et qui a été produite à 66 exemplaires, est la plus exclusive.