BMW / EMV 327 (1938-1955)

1937 BMW 327 Cabriolet

 

Publié par Philippe Baron le 21 août 2016.

 

En 1936, BMW lance le roadster 328 qui contribuera largement à la notoriété de la marque. Fort du succès du modèle, BMW en développe des déclinaisons plus touristiques : les coupés et cabriolets 327. Dotés d'une finition plus confortable, les 327 reçoivent le même moteur dans une configuration un peu moins puissante. Puis, à partir d’avril 1938, le moteur à triple carburateur de type 328 est proposé en option. Les véhicules ainsi équipés sont décrits comme des modèles 327/28.

 

1938 BMW 327 Coupe

 

En novembre 1937 à Eisenach, en Thuringe, BMW présente le cabriolet 327/55, dernière création du bureau de style dirigé par Wilhelm Mayenhuber, auteur de la calandre à deux ovales si caractéristique de la marque. La ligne aérodynamique est signée Peter Schimanowski, et la calandre de Kurt Joachimsohn, auteur de la face avant de la 328 remarquée par l’intégration des optiques, est conservée. La robe harmonieuse est développée avec le carrossier allemand Autenrieth, basé à Darmstadt. Equipé du 6 cylindres de 1 971 cm3 de 55 ch mis au point par l’équipe de Fritz Fiedler, le cabriolet atteint les 125 km/h. 

 

1937 BMW 327 Cabriolet - Photo : Marc Vorgers

 

Le cabriolet 327/55 est commercialisé en mai 1938, rejoint à l’automne par un coupé, le premier de la marque et une 327/28 de 80 ch. La 327/28 atteignait à sa sortie les 150 km/h, ce qui était un exploit à cette époque. A l’arrivée de la guerre, l’activité automobile est mise entre parenthèses. Aussi, 1 124 cabriolets 327/55 ont été produits jusqu’en 1941, 482 cabriolets 327/28 jusqu’en 1940, 86 coupés 327/28 jusqu’en 1940 et 179 coupés 327/55 jusqu’en 1941.

 

1938 BMW 327/28 - Photos : Artcurial
1938 BMW 327/28 Coupe - Photos : Pawel Litwinski, RM Auctions

 

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, BMW se trouve divisé avec du côté Ouest ses ateliers munichois et du côté Est son usine d’Eisenach qui reprend son activité automobile sous l’autorité des occupants soviétiques puis sous le contrôle de la jeune République Démocratique Allemande. La reprise, rendue difficile par le contingentement des matières premières, est marquée par l’intégration, le 15 septembre 1946, de l’usine d’Eisenach au sein du conglomérat industriel Awtowelo qui regroupe toutes les usines mécaniques de Thuringe. En 1948, l’usine d’Eisenach, possédant quelques machines-outils survivantes de la 327, décide de revisiter le modèle malgré les pièces qui font défaut et qu’on ne peut se procurer à l’Ouest. Modernisée et construite à la main, une 327/1 est présentée au Salon de Bruxelles en 1949. 16 exemplaires seront construits jusqu’en 1950 avec un moteur de 55 ch.

 

1952 BMW 327/2 - Photos : Marc Vorgers
11953 EMW 327 - Photos : Bonhams