BMW 1600 GT (1967-1968)

Photos : Irm Collection

 

Publié par Philippe Baron le 18 avril 2014.

 

Après l’impressionnant succès populaire de sa petite Goggomobil pendant les années cinquante, le constructeur germanique Glas devient plus ambitieux et profite de la malchance de son compatriote Borgward ayant fait faillite pour négocier avec le carrossier Frua le dessin qu’il venait d’effectuer pour celle qui aurait dû porter le nom de Borgward 1500. Cette Glas GT de 1965 deviendra BMW 1600 GT,  quand à son tour, Glas, victime de problèmes financiers, sera racheté par BMW.


 

En 1955 Glas, fabricant de machines agricoles puis de scooters, se tourne vers l'automobile, industrie de plus en plus florissante, avec la Goggomobil, petite voiture économique mue par un bicylindre deux temps refroidi par air de 250 cm3 et 14 ch dérivé en 300 et 400 cm3 de 20 ch dès 1957. Succès populaire, la Goggomobil sera vendue à plus de 280 000 exemplaires jusqu'en 1968.

Glas GT - Photo : Kompressed

 

Au début des années soixante, Karl Dompert, le directeur technique de Glas avait développé avec l'ingénieur Leonhard Ischinger un nouveau moteur pour monter en gamme et s'adapter à la demande de la clientèle. Ce moteur conçu en collaboration avec Continental innovait en étant le premier moteur de série dont l'arbre à cames en tête était entraîné par une courroie crantée. En 1961, ce quatre cylindres à 4 temps de 992 cm3 de 42 ch était présenté sur la nouvelle Glas 1004, une berline tricorps dessinée par Michelotti. Il sera ensuite porté à 1200 puis 1300 cm3 sur les berlines et breaks 1204 et 1304.


 

En 1963, malgré des ventes en chute, Glas élargie sa gamme avec une nouvelle berline 1500. Un projet avorté de Borgward ayant récemment fait faillite et ayant été conçu avec Frua. Glas prend donc contact avec Frua et négocie un accord, en échange du droit d'utiliser le dessin de cette berline Borgward 1500. Frua dessina l'ensemble de la future gamme Glas et assura la fabrication de la carrosserie du coupé au style italien avec un long capot, deux fins pare-chocs, un habitacle très en arrière et une ligne de toit de type fastback. Cependant l'assemblage se faisait dans l'usine Glas en Allemagne.


 

Le coupé GT bénéficie d'un empattement plus long de vingt-deux centimètres que celui de la berline pour améliorer la tenue de route tout en gardant la plate-forme monocoque et la suspension indépendante à l'avant à double triangulation de longueurs inégales, une solution très moderne et efficace. A l'arrière, cependant le constructeur avait opté pour un antique essieu rigide avec ressorts à lames guidé par une barre Panhard, une technologie dépassée par rapport à ce que proposait BMW ou Alfa Romeo. Les freins assistés étaient à disques à l'avant mais à tambours à l'arrière.


 

Le coupé 1300 GT reprend le 4-cylindres à courroie des berlines 1304. Ce bloc en fonte à culasse en aluminium est d’une cylindrée de 992 cm3 pour 42 ch. Doté de cinq paliers, il est surmonté d'une culasse en aluminium avec deux soupapes inclinées à 30°. Les huit soupapes s'ouvrent et se ferment par l'intermédiaire de culbuteurs tous indépendants entraînés par un arbre à cames en tête et bien sûr une courroie crantée. Ce simple détaille avant-gardiste fera beaucoup parler de Glas et lui assurera une certaine notoriété. Les avantages annoncés de cette courroie étaient un meilleur silence de fonctionnement, un système moins coûteux et plus léger. Le coupé GT reçoit donc la dernière évolution de ce moteur d'une cylindrée de 1 290 cm3 d'une puissance de 75 ch permettant une vitesse de pointe de 170 km/h et un modeste 0 à 100 km/h en 13 secondes. Deux ans plus tard la puissance sera portée à 85 ch augmentant la vitesse de pointe de 5 km/h. Le coupé recevra aussi le 1700 de la berline 1700 une évolution du 1500 qui reprend la même technologie que le premier 4-cylindres. Ce 1 682 cm3 de 100 ch à 5 500 tr/min permettra au coupé de seulement 920 kg d'atteindre les 180 km/h et les 100 km/h en 11 secondes.


 

 

Lors du rachat de Glas par BMW en 1966, le coupé restera en production pendant un peu plus d'un an pour compléter la gamme BMW. En 1967, il prend le nom de 1600 GT. La carrosserie est quelque peu modifiée pour recevoir la calandre BMW et des feux arrière des BMW 1602. Le train avant moderne est gardé mais le reste de la mécanique est repris de la BMW 1600 Ti. Le train arrière est maintenant composé de semi bras avec ressorts hélicoïdaux complètement indépendants ce qui améliore grandement le comportement tout en rendant la voiture plus sous vireuse. Ce 1 573 cm3 de 105 ch moins coupleux que le 1700 Glas donne cependant des performances très proches. En plus de la mécanique BMW, les carrosseries des 1600 GT, qui sortent de chez Frua, reçoivent un traitement antirouille. En seulement onze mois de production seuls 1 257 BMW 1600 GT seront fabriquées dont 2 cabriolets.


 

En 1968, la production des Glas est arrêtée. L’usine permet à BMW de doubler sa capacité de production et après des travaux de modernisation, les séries 5, 6 et 7 y seront fabriquées à partir de 1973. Dans cette usine, ont été produites 3 760 Glas GT 1300, 1 802 Glas 1700 GT et 363 Glas 1300/1700 Cabriolets.