Austin/Morris 1800-2200 (1964-1975)

1973 Morris 1800 & 2200 - Scan : Alan Gold

 

Publié par Philippe Baron le 13 décembre 2014.

 

Mise en confiance par le succès de ses Mini et 1100, la British Motor Company continue de reprendre les mêmes principes de base pour une nouvelle familiale, qui, dès l’été 1964, est présentée sous sa marque Austin, la plus populaire du groupe. Privilégiant l’habitabilité et la visibilité, cette ‘1800’ suscite une grande attention de la part des médias, un peu déroutés par sa carrosserie totalement inédite, due à la fois à Pininfarina et au bureau de style BMC.

 

1964 Austin 1800 - Scan : Michiel V

 

Connue chez BMC sous le type ADO17 (l’ADO 15 étant la Mini et l’ADO16 la 1100), la ‘1800’ reprend le principe de base appliqué par l’ingénieur Alec Issigonis, le père de la Mini, avec un habitacle aussi vaste que possible, pour un encombrement total réduit au minimum, grâce à l’architecture en traction-avant et à la position transversale du moteur. La ‘1800’ adopte également la suspension par cônes de caoutchouc. Cette technique, nommée Hydrolastic, associe des blocs de caoutchouc à un système d’amortissement confié à un circuit hydraulique à haute pression qui fait aussi fonction de correcteur d’assiette au moyen d’une interconnexion entre les roues avant et arrière d’un même côté. 

 

 

La carrosserie à six glaces étonne par son empattement très long (2.69 m) pour une longueur de 4.17 m et une largeur d’1.70 m, ce qui lui donne le surnom de Landcrab, soit crabe terrestre. Son dessin est inspiré par une proposition de Pininfarina, retravaillé par Chris Kingham, Reg Korner et Dick Burzi. Le moteur, qui fait corps avec la boîte-pont, est un quatre-cylindres de 1 798 cm3 de 85 ch, alimenté par un carburateur SU H4 semi-inversé. La boîte à quatre vitesses synchronisées est commandée par un levier au plancher. La direction est à crémaillère. Le mécanisme de freinage Girling est mixte avec des disques à l’avant et des tambours à l’arrière avec système d’assistance à dépression.

 

1966 Morris 1800

 

Au Salon de Genève 1966, est présentée la version Morris qui diffère de l’Austin par sa calandre en aluminium anodisé à six barres horizontales et des feux arrière plus importants. Un an plus tard, la version plus luxueuse Wolseley 18/85 fait son apparition avec des feux verticaux à l’arrière.

 

1966 Morris 1800
1967 Morris 1800
Les Wolseley avec leur célèbre calandre et le logo illuminé la nuit

 

Les versions MkII sont présentées en mai 1968, mais c’est au Salon de Londres, que la Morris 1800 S est dévoilée. La puissance du moteur, maintenant de 95,5 ch, et l’adoption de deux carburateurs SU HS6 permettent d’atteindre les 160 km/h. Cette version ne sera disponible qu’au mois d’août chez Austin et en septembre pour la Wolseley MkII.

 

Austin 1800 Mk II - Scan : Anthony Lawman
1970 Morris 1800 Mk II

 

En mars 1972, les Austin et Morris définissent leurs appellations MkIII en présentant une grille de calandre au fond noir mat, agrémentée de deux blocs de trois baguettes horizontales. Les versions S, ainsi que la Wolseley 18/85 disparaissent pour laisser place aux Austin/Morris 2200 et Wolseley Six, qui utilisent un moteur six-cylindres de 2 227 cm3. La gamme n’évoluera plus de façon significative jusqu’à la fin de carrière en mars 1975. Au total, environ 221 000 Austin 1800/2200 ont été produites contre 95 271 Austin 1800 et environ 10 000  Austin 2200. Chez Wolseley, la 18/85 a été produite à 35 597 exemplaires et 25 014 pour la Six.

 

1972 Morris 1800 S
1972 Austin 2200