Austin Healey 3000 (1959-1967)

1962 Austin Healey 3000 MkIIA - Photos : Marc Vorgers

 

Publié par Philippe Baron le 13 juin 2014.

 

Classique, à la ligne intemporelle à couper le souffle, l’Austin Healey 3000 est l’une des plus belles voitures anglaises de l’après-guerre. Confort, puissance, couple et sonorité du moteur contribuent à donner à ce splendide et généreux roadster une personnalité attachante. Lancée au Salon de New York en 1959, l’Austin Healey 3000 reprenait la carrosserie de la 100/6 mais dotée d’un plus gros moteur.

 

 

 

Ingénieur et pilote de renom, Donald Healey s’associe avec Leonard Lord, le nouveau président de la BMC, dont fait partie la marque Austin, pour construire un roadster performant et à un prix abordable, qui lui assurerait une plus large diffusion. La voiture fait sensation lors de sa présentation au Salon de Londres à Earls Court en 1952. Dessinée par Gerry Coker, elle prend le nom d’Austin Healey 100 (100 pour 100 miles à heure). Equipée d'un quatre cylindres de 2 663 cm3 développant 90 ch, le modèle (série BN1) est suivi en août 1954 par une version sportive, la 100-S, dont les 132 ch sont obtenus grâce à une culasse préparée chez Weslake. L'Austin Healey 100 connaît une première évolution en 1955 (série BN2) avec l'adoption du train arrière de la Morris Minor et d'une boîte de vitesses à quatre rapports. Une variante plus performante, la 100 M, voit son moteur porté à 110 ch. La voiture est identifiable à son capot percé d'ouïes et fixé par une sangle.


 

L'année 1956 marque un tournant dans l'évolution de l'Austin Healey avec l'apparition du premier modèle à six cylindres : la 100 Six (série BN4), dont le moteur de 2 639 cm3 (102 ch) est celui de l'Austin A-105 Westminster. Sa carrosserie allongée fait de la voiture une 2 + 2, qui adopte désormais un pare-brise fixe. Variante de la précédente, la 100 Six (série BN6) revient en 1958 avec une carrosserie deux places et un moteur passé à 117 ch, grâce à une nouvelle culasse et à des carburateurs SU HD6. 


1962 Austin Healey 3000 MkIII - Photos : Marc Vorgers

 

Développée sur la base des expériences tirées des succès en compétition obtenus par les Austin-Healey précédentes, la « 3000 »  apparaît en 1959, disponible en roadster deux places (série BN7) et 2 + 2 (série BT7). Elle reçoit un six-cylindres de 2 912 cm3 et 124 ch avec des freins avant à disques imposés par ses gains de performance. Sa vitesse maximale se situe vers 180 km/h avec le hard-top optionnel en place. La Mk I devient en 1961 la Mk II. Son appellation est justifiée par une nouvelle calandre à barrettes verticales, un gain de puissance à 132 ch et un troisième carburateur SU HS4. 


 

En 1962, la version biplace étant moins demandée, la « Big Healey » n’est proposée qu’en configuration 2+2. En version décapotable, la Mark II se montre plus pratique grâce à une capote à arceaux repliable et à des glaces à manivelle. Cette série (BJ7) se distingue aussi par ses déflecteurs et son pare-brise bombé. Par ailleurs, elle renonce au troisième carburateur. La Mk III (BJ8) est introduite en 1964. Sa présentation confirme son embourgeoisement avec un intérieur revu dont l’apparition de bois sur la planche de bord. Son moteur délivre 148 ch puis 150 ch en 1965, puissance suffisante pour porter la vitesse de pointe à plus de 190 km/h. Elle se voit doter d'un servofrein et d’une suspension arrière à tirants longitudinaux. 


 

Parmi les plus grands succès de l’Austin Healey 3000 en compétition, citons la victoire de Pat Moss dans le Rallye Liège-Rome-Liège de 1960, la domination de Donald Morley dans la Coupe des Alpes en 1961 et 1962 et ses remarquables performances dans le Rallye des Tulipes au début des années 1960. Avec le renforcement des normes sécuritaires et environnementales, la production de l'Austin-Healey 3000 cesse en 1967. Les 80 % des 42 918 Austin Healey 3000 produites ont été exportés vers les Etats-Unis. 


1962 Austin Healey MkII - Photo : Marc Vorgers
1967 Austin-Healey 3000 MK III - Photos : RM Auctions
1965 Austin-Healey 3000