Alvis 4.3 Litre (1936-1939)

1937 Alvis 4.3 Vandenplas Tourer - Photo : Marc Vorgers

 

Publié par Philippe Baron le 11 juin 2013.

 

Après la seconde guerre mondiale, un constructeur de Coventry commença à développer des automobiles qui allaient écrire un bon chapitre de l’histoire. Un triangle rouge et un lièvre sur la calandre représentaient le signe de fabrique des véhicules Alvis. Plus tard, le lièvre se transforma en aigle, ce qui correspondait à l’évolution des produits de l’entreprise.

 

1933 Alvis Speed 20 SA - Photos : Marc Vorgers

 

Le chef constructeur J.T. Smith-Clarke, qui rejoignit les rangs de l’entreprise en 1922, influença l’histoire de la marque durant les 28 années suivantes. Avec lui, les moteurs devinrent de plus en plus puissants et vigoureux. Lors de la course des 200 miles du Junior Car Club de Brooklands, la 12/50 HP remporta une victoire souveraine à une vitesse moyenne de 150.13 km/h. Smith-Clarke développa des voitures à traction avant, des moteurs à six et huit cylindres, construisit des crics intégrés et réalisa des amortisseurs réglables à distance. C’était un pur homme de technique et il ne voulait pas se contenter de réaliser des carrosseries. Celles-ci étaient, sans exception, fournies par Graber, en provenance de Berne en Suisse.

 

 

Les premières automobiles Alvis étaient dotées de moteurs à quatre cylindres sportifs qui ne pouvaient certes pas se mesurer à l’élite de l’époque, Bentley ou Bugatti. Toutefois, la robustesse et le rendement représentaient les caractéristiques principales de la biplace sportive 12/50 HP de l’année 1928, qui atteignait la vitesse de pointe remarquable de 115 km/h pour un moteur de 1 645 cm3.

 

1938 Alvis Speed 25 Cross & Ellis Tourer - Photos : Marc Vorgers

 

Avec la gamme de modèles Speed créée dans les années 1930, dont la légendaire 4.3 Litre faisait partie, Alvis s’immisçait dans la classe supérieure pour titiller des constructeurs comme Bentley, Lagonda et Daimler.

 

 

Deux tuyaux d’échappement et un nouveau style pour les ailes avant ainsi que la renonciation aux marchepieds pour la Speed 25 marquaient cette nouvelle évolution au cours des années 1936-1937. Un moteur de trois litres permettait à cette voiture de luxe pesant près de deux tonnes d’atteindre 155 km/h, ce qui était toutefois insuffisant pour Smith-Clarke. Son objectif consistait à réaliser une voiture atteignant la limite magique des 100 mph (160 km/h) pour distancer la concurrence. Ainsi, la cylindrée passa à 4 387 cm3 et, pour améliorer l’aérodynamique, la calandre fut rabaissée. Cela mis à part, tout était conservé et c’est ainsi qu’un des modèles d’Alvis les plus célèbres voyait le jour en août 1936, la légendaire 4.3 Litre.

 

1937 Alvis 4.3 Vandenplas Tourer - Photos : Marc Vorgers

 

La '4.3', dérivée de la Speed Twenty-Five 3.5 litres introduite l'année précédente, était propulsée par une version agrandie du nouveau moteur Alvis à sept paliers et soupapes en tête. Le châssis à renfort cruciforme traduisait bien le souci de modernisme associé de longue date à la marque : la suspension avant indépendante et la boîte à quatre rapports synchronisés introduits sur la Speed Twenty antérieure furent conservés et complétés de raffinements comme les amortisseurs hydrauliques Luvax réglables en marche et les freins assistés. Présentée comme la berline sans compresseur la plus rapide du marché britannique, l'Alvis 4.3-Litre fut probablement une des rares berlines d'avant-guerre capable d'atteindre 165 km/h avec une accélération impressionnante de 7.6 secondes de 0 à 96 km/h. D'une robuste construction et dotée d'un empattement généreux, la 'six' d'Alvis attira quelques très beaux exemples de l'art du carrossier de l'époque bien que le prix du seul châssis de la 4.3-Litre, 750 livres, l'eût réservé aux plus riches. 198 voitures seulement furent vendues jusqu'à la déclaration de la guerre en 1939.