Alfa Romeo Carabo (1968)

 

Publié par Philippe Baron le 30 novembre 2015.

 

Taillé à la serpe, le concept Carabo d’Alfa Romeo, présenté au Salon de Paris 1968, marque une rupture stylistique définitive avec les lignes rondes en vogue. Conçue par Marcello Gandini, responsable du design chez Bertone, la Carabo incarne alors pour beaucoup la voiture du futur. Cet exaltant exercice de style prend le nom de Scarabée, Carabo en italien,  d’où cette étrange livrée vert métal et ces reflets dorés émanant du vitrage.

 

 

Fils de chef d’orchestre, passionné par le design et l’automobile, le turinois Marcello Gandini entre chez Bertone en 1965 après le départ de Giorgetto Giugiaro. Il y restera jusqu’en 1980, après avoir signé des monuments incontournables du design automobile de cette période du XXe siècle : Lamborghini Miura (1966), Lamborghini Marzal (1967), Lamborghini Espada (1968) et la Lamborghini Countach (1974).

 

 

La Carabo en impose avec ses traits brutaux et cunéiformes. Le capot plat monte en pente douce pour exposer un immense pare-brise fabriqué en Belgique par la société Glaverbel. Le court pavillon ne culmine qu’à 99 cm pour se prolonger par un capot arrière d’une seule pièce. Portes en élytres et bandes de signalisation fluorescentes renforcent son aspect futuriste.

 

 

Le prototype a été construit sur le châssis de l'Alfa Romeo 33 Stradale, un V8 à 90°. Le moteur de la Carabo développe 230 ch à 8 800 tr/min, ce qui permet à cet insecte aplati d'atteindre une vitesse maximale de 250 km/h. Modèle unique témoin d’une période psychédélique, la Carabo peut se faire admirer au Museo Storico Alfa Romeo.