Alfa Romeo 75 (1985-1993)

Photos : Michael Ward, Auto Italia

 

Publié par Philippe Baron le 8 avril 2015.

 

Présentée le 17 mai 1985, la nouvelle Alfa Romeo porte le numéro 75 pour célébrer avec brio les 75 ans d'existence du constructeur milanais. Remplaçante de la Giulietta, l’Alfa 75, berline sportive et attrayante à plus d’un titre, sera la dernière propulsion de grande série produite par Alfa Romeo. Par ses performances et ses particularités mécaniques, elle est considérée par les fanatiques de la marque comme la dernière « vraie » Alfa Romeo.

 

 

Mis au point au cours d’une période de difficultés financières, Alfa Romeo étant à l'époque intégré dans le méga holding d'État italien IRI (Institut de reconstruction industrielle), le projet de l’Alfa 75 souffre de multiples restrictions. Ainsi, la nouvelle Alfa conserve la base mécanique ainsi que l'ossature de la carrosserie de la Giulietta, en redessinant simplement les parties extérieures de la carrosserie par le "Centro Stile Alfa" dirigé par Ermanno Cressoni. A l’intérieur, l’ambiance sportive des Alfa Romeo est préservée avec une instrumentation à six compteurs, de lecture facile, installés sur une planche bicolore.

 

 

Voiture brillante, l’Alfa 75, dont la longueur est de 4.33 m, est équipée des fameux moteurs quatre cylindres en aluminium doubles arbres à cames en tête qui ont fait la réputation de la marque avec une alimentation à deux carburateurs : le 1.6 de 110 ch, le 1.8 de 120 ch et le 2.0 de 128 ch. La version turbo diesel 2 litres d'origine VM Motori, grâce à l'adoption d'un intercooler et d'une augmentation de la pression du turbo, donne une puissance de 95 ch au lieu de 82 ch donnés sur la Giulietta. De ce fait, au commencement de sa commercialisation, l’Alfa 75 est la voiture turbo-diesel la plus rapide du monde. En haut de gamme, l’Alfa 75 est équipée du magnifique V6 Busso de 2 492 cm³ à injection électronique de 156 ch. Les performances sont celles d’une Grand Tourisme avec des vitesses de pointe allant de 175 km/h pour la 1.6 à 210 km/h pour la 2.5 avec des accélérations remarquables : la version 2.5i V6 Quadrifoglio Verde passe de 0 à 100 km/h en 8 secondes.

 

Photo : Black Cygnus Photography

 

En mars 1986 l'Alfa 75 1.8 Turbo complète la gamme avec son moteur turbocompressé de 155 ch provenant du fameux 1 779 cm³ Alfa Romeo avec un turbo Garett de 155 ch. Cette même année 1986, la version destinée au marché nord-américain, la "Milano" est présentée. La carrosserie est traitée pour répondre aux normes US avec des pare-chocs très proéminents à absorption d’énergie. Elle sera exportée jusqu'en 1989 avec les moteurs 2,5 et 3 litres et boîte automatique ou manuelle. En 1986, le groupe Alfa Romeo, divisions automobiles Alfa Auto et industrielles Alfa Romeo Industrie, est vendu par Finmeccanica au Groupe Fiat SpA qui le rattache à Lancia pour créer la société Alfa-Lancia Industriale SpA.

 

Photos : Reijo Sipp, Estonie

 

En 1988, grâce aux ressources financières mises à disposition par Fiat, la seconde série du modèle 75 est lancée. L'Alfa 75 est appelée simplement « 75 » sans le suffixe Alfa et bénéficie d'un très léger restyling : calandre sans les bandes horizontales chromées, deux prises d'air plus grandes et des feux arrière rouges. La Twin Spark de 148 ch dotée d’une injection électronique et d’un double allumage sort la même année que la V6 3.0 America de 185 ch et la Turbo Evoluzione construite à 500 exemplaires pour l’homologation dans les épreuves du Championnat de Tourisme. En 1988, la version 1.8 de 120 ch adopte l'injection électronique et le variateur de phase, tandis que le diesel VM 2.0 TD est remplacé par un nouveau moteur, toujours d'origine VM Motori, un 2.4 turbo diesel de 116 ch, avec une finition identique à la Twin Spark.

 

 

En 1990, la version 1.6 se dote également de l'injection électronique et du variateur de phase, sa puissance est de 109 ch. Les versions "America" voient leur appellation se transformer en "Quadrifoglio Verde". Le moteur 1.8 turbo développe alors 165 ch et le 3.0 atteint 192 ch, mais avec l'obligation de disposer d'un catalyseur pour les moteurs au-delà de 2 litres, sa puissance se trouvera réduite à 185 ch. En 1991, alors que la carrière de la 75 touche à sa fin, tous les modèles adoptent des rétroviseurs et des pare-chocs de la couleur de la carrosserie et des feux arrière entièrement rouges, des pots d'échappement catalytiques. Aussi en 1991, une série spéciale numérotée à 450 exemplaires voit le jour c'est la 75 1.8 i.e "Scuderia" célébrant les 60 ans de la Squadra Alfa Romeo fondée par Enzo Ferrari. Le numéro 13, comme toute voiture de course, n'existant pas, le numéro 451 fut attribué pour cette dernière.

 

Photos : Romain Berdy

 

En fin d'année 1992, alors que la nouvelle Alfa Romeo 155 est déjà dévoilée au public, la gamme 75 est simplifiée et seulement les deux versions 75 1.6 et 75 2.4 TD restent au catalogue. Puis à l'automne 1993, la fabrication de l'Alfa 75 cesse après une production dans l'usine d'Arese de 386 000 exemplaires. La commercialisation des Alfa 75 1.6 et 1.8 catalysées continuera jusqu'en 1994 sur certains marchés, comme l'Italie. Une frange de la clientèle puriste, les « alfistes » continuant à apprécier les modèles à propulsion par rapport à la traction adoptée sur la 155 ; d'autres invoquant la trop importante mainmise technologique Fiat dans ce nouveau modèle qui utilisait une plate-forme commune avec les Fiat Tipo et Lancia Dedra, avec des diesels Fiat. 

 

Photo : Vintagemilano