Alfa Romeo 155 (1992-1997)

1992 Alfa Romeo 155 Q4

 

Publié par Philippe Baron le 16 octobre 2016.

 

Présentée en avant-première à Barcelone en janvier 1992 puis officiellement au mois de mars à Genève, l’Alfa Romeo 155 succède à la 75 en abandonnant le schéma classique des modèles de la classe moyenne d'Alfa Romeo (moteur avant et propulsion, avec transmission et blocage de différentiel sur le train arrière pour répartir le poids de façon plus efficace) pour adopter une configuration avec traction avant et suspensions avec 4 roues indépendantes.

 

 

La ligne de la 155, dont le châssis est identique à celui de la Fiat Tipo, se révèle agressive, caractérisée par une calandre basse, des optiques avant très étroits, un arrière haut et massif et une ligne de ceinture haute et aux profondes rainures latérales. La nouvelle Alfa Romeo est au départ uniquement disponible en motorisations essence qui sont les 4-cylindres Twin Spark (2 bougies par cylindre, injection électronique et variateur de phase), disponibles en 1 773 cm3 (126 ch) ou 1 995 cm3 (143 ch). Le haut de gamme est assuré par le V6 2.5 (12S) de la GTV6 (166 ch), cette fois-ci en position transversale (et coiffé pour la première fois des tubulures d'admission chromées).

 

1992 Alfa Romeo 155 Q4

 

La version sportive Q4 est dotée d'ailes plus larges, de jantes en alliage, de pare-chocs plus importants, d'un équipement plus sportif et d'une mécanique dérivée de la Delta Integrale mais légèrement dégonflée : moteur 2 litres 16 soupapes et turbo de 192 ch, et 4 roues motrices permanentes issues elles aussi des Delta et Dedra Integrale. En 1993, la gamme est complétée par l'introduction des versions 1.7 Twin Spark (115 ch), TD (moteur 1.9 litre Fiat également utilisé par Lancia, 92 ch) et TD 2.5 (moteur VM de 125 ch). C'est à l'époque l'un des moteurs diesel les plus puissants, les plus nerveux et les plus performants du monde. Sans faire preuve de flatterie, on peut parler d’un diesel franchement sportif, les reprises sont excellentes et le conducteur n’a pas vraiment l’impression de conduire une voiture diesel.

 

1995 Alfa Romeo 155

 

En 1995, un léger restylage intervient avec notamment des voies arrière élargies, un nouveau galbe d'ailes arrière, de nouvelles teintes de carrosserie et des pare-chocs désormais peints sur toutes les versions, de nouvelles jantes... Des nouveautés aussi pour les moteurs, toujours Twin Spark et avec variateur de phase, mais dotés désormais de 4 soupapes par cylindre sur des cylindrées de 1 581 cm3 (120 ch), 1 747 cm3 (140 ch) et 1 970 cm3 (150 ch). La sportive Q4 tire sa révérence. Les moteurs diesel demeurent inchangés. La production s'arrête en 1997 après 191 949 exemplaires construits. Le modèle est remplacé par la 156 qui rencontrera un grand succès.